Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Réalisation

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    « Mensonges », le défi de réalisation de Francis Leclerc

    « Mensonges », le défi de réalisation de Francis Leclerc

    Pour la très attendue quatrième saison de « Mensonges », c’est Francis Leclerc qui remplace Sylvain Archambault derrière la caméra. Le réalisateur de « Pieds nus dans l’aube » a plus concrètement repris les rênes de la franchise alors que plusieurs scènes des épisodes étaient déjà tournées. Sur 42 jours de tournage, il a pris part à 27 d’entre eux. Son défi consistait à s’approprier la série télévisée tout en ne dénaturant pas l’univers déjà préétabli. « J’ai dit oui beaucoup en raison des acteurs parce que je les connais tous et que je travaille avec eux depuis des années. C’était très rassurant pour moi de les voir », confie le cinéaste à Qui fait Quoi.

    18 avril 2018, 07h11

    Grégoire Viau, amoureux de l’Afrique, relate son tournage au Cameroun

    Grégoire Viau, amoureux de l’Afrique, relate son tournage au Cameroun

    Alors que le Cameroun aspire à l’émergence économique en 2035, le pays doit négocier avec le terrorisme de Boko Haram, très présent dans le nord du continent. « Cameroun à l’heure de Boko Haram », plus récente production de Grégoire Viau met en images le contexte économique, religieux, culturel et technologique de ce pays africain sous un oeil exclusif, étonnamment très optimiste. Rare projet qu’il développe sans l’appui des Productions via le monde avec qui il collabore depuis 30 ans, le documentariste s’est rendu sur place dans des conditions bien précises qu’il a détaillées auprès de Qui fait Quoi.

    18 avril 2018, 04h15

    « Toraja », la démarche singulière d’Alex B. Martin axée sur l’expérience intime

    « Toraja », la démarche singulière d’Alex B. Martin axée sur l’expérience intime

    Riche d’un parcours marqué par l’improvisation, le cinéma de fiction et le documentaire, Alex B. Martin multiplie les projets au fil des nombreux voyages qu’il effectue un peu partout dans le monde. « Toraja », une de ses plus récentes oeuvres à se concrétiser, jette un regard bien particulier sur la culture de Tana Toraja située dans les montagnes de Sulawesi en Indonésie. C’est la dimension spirituelle qui l’a attiré vers ce sujet. « Il y a plusieurs cultures dans le monde qui, sans présenter des gens qui sont religieux, vont entretenir l’idée de prendre le temps de s’arrêter et dire merci », affirme le réalisateur à propos de son court métrage documentaire.

    17 avril 2018, 07h22

    Alfonso Maiorana nommé pour un prix par la Canadian Society of Cinematographers

    Alfonso Maiorana nommé pour un prix par la Canadian Society of Cinematographers

    Le co-réalisateur, co-scénariste et directeur de la photographie Alfonso Maiorana a été nommé pour un prix par la Canadian Society of Cinematographers pour son travail sur le documentaire de Rezolution Pictures, « RUMBLE : The Indians Who Rocked the World ». Le Montréalais était en compétition pour le Robert Brooks Award for Documentary Cinematography, un prix commandité par Sony. Le gala a eu lieu le 14 avril 2018 au Acadian Court, à Toronto.

    16 avril 2018, 09h46

    Louise Archambault prépare le tournage d’« Il pleuvait des oiseaux »

    Louise Archambault prépare le tournage d’« Il pleuvait des oiseaux »

    Cinq ans après la sortie de « Gabrielle », Louise Archambault prépare le tournage de son troisième long métrage « Il pleuvait des oiseaux », une adaptation du roman éponyme de Jocelyne Saulnier. La réalisatrice est accompagnée de Catherine Léger à la scénarisation de ce récit qui se déroule dans un décor complètement différent de son précédent film. À l’occasion du dépôt des treize nouveaux épisodes de « Trop », série qu’elle coréalise en compagnie de Chloé Robichaud, la cinéaste a discuté avec Qui fait Quoi de ce projet qu’elle développe depuis plusieurs années.

    16 avril 2018, 09h45

    Stephen Campanelli demeure fidèle au texte de Richard Wagamese avec « Indian Horse »

    Stephen Campanelli demeure fidèle au texte de Richard Wagamese avec « Indian Horse »

    Diplômé de l’Université Concordia et ayant grandit dans le quartier Notre-Dame-de-Grâce à Montréal, Stephen Campanelli travaille comme caméraman depuis plusieurs années. Fidèle complice de Clint Eastwood avec lequel il collabore depuis vingt ans, celui qui habite désormais Vancouver réalise son deuxième long métrage, « Indian Horse ». Après « Momentum », un premier film d’action, le réalisateur plonge au coeur du drame intime d’un jeune ojibwé qui échappe aux cruautés des pensionnats autochtones grâce au hockey. Qui fait Quoi l’a rencontré afin de discuter de ce projet.

    13 avril 2018, 03h54

    Pascal L’Heureux pilotera « Discussions avec mes parents »

    Pascal L’Heureux pilotera « Discussions avec mes parents »

    Après avoir assuré la continuité de la série « Les pêcheurs », Pascal L’Heureux prend place derrière la caméra pour filmer dès la fin du mois de mai « Discussions avec mes parents », l’adaptation télévisuelle du livre éponyme signé par François Morency. Produit par A Media, les treize épisodes de 30 minutes prévus à l’antenne d’ICI Radio-Canada Télé lors de la saison 2018-2019 promettent de faire rire le téléspectateur à travers une démarche axée autour du naturel des textes écrits par l’humoriste.

    11 avril 2018, 06h54



    Manon Barbeau, une vie d’images et de mots

    Manon Barbeau, une vie d’images et de mots

    Toute jeune, Manon Barbeau se réfugie dans les mots et les images. Avec un père peintre, signataire du manifeste du Refus global, une tante chez qui elle a vécu qui tâtait de la peinture du dimanche, elle grandit avec l’odeur d’huile particulière, celle de lin, utilisée par Marcel Barbeau. Très tôt, Manon Barbeau se retrouve en pensionnat et découvre sa plus grande vulnérabilité : la peur d’être invisible. L’enfant se met à écrire des poèmes et se fait vite remarquer par les religieuses, qui l’appelaient la « nouvelle Minou Drouet », en référence à une enfant poétesse française. L’univers des mots et des images ne quitteront jamais Manon Barbeau. La jeune fille remporte, la même année, deux prix d’un concours de poésie organisé par Radio-Canada, ce qui confirme son besoin de visibilité, nous confie-t-elle en entrevue.

    6 avril 2018, 07h25

    François Bouvier sollicite une liberté dans l’espace pour ses personnages

    François Bouvier sollicite une liberté dans l’espace pour ses personnages

    Lorsqu’il s’est retrouvé devant les textes de Frédéric Ouellet, François Bouvier a dirigé le point de vue qu’il allait adopter pour mettre en scène l’histoire de Mary Travers alias « La Bolduc » sur l’authenticité. Dans ce long métrage mettant en vedette Debbie Lynch-White dans le rôle-titre, le réalisateur de « Paul à Québec » tenait à présenter certaines facettes de sa vie à travers des pôles dramatiques. « Je disais toujours à Debbie : on fait un film sur une mère de famille qui est devenue chanteuse et non pas un film sur une chanteuse qui est mère de famille », indique-t-il en entrevue avec Qui fait Quoi.

    6 avril 2018, 07h10

    « Scénariser le réel », comment prévoir l’imprévisible ?

    « Scénariser le réel », comment prévoir l’imprévisible ?

    Comment scénariser ce qui n’est pas encore arrivé ? C’est un peu la question qui sous-tend le documentaire alors que, pour accorder du financement aux projets, les institutions nécessitent un scénario. Alors que la matière avec laquelle travaille les réalisateurs et les réalisatrices se définit par le réel, les documentaristes doivent ainsi prévoir l’imprévisible. Trois cinéastes aux démarches différentes, mais complémentaires se sont réunis pour discuter de ces enjeux. Vincent Toi, Joannie Lafrenière et Helgi Piccinin ont tenté de déterminer comment « Scénariser le réel ». Qui fait Quoi était présent pour cette table ronde ayant eu lieu en marge du festival Regard.

    6 avril 2018, 07h04

    Jean-François Asselin déploiera un univers féminin pour la deuxième saison de « Plan B »

    Jean-François Asselin déploiera un univers féminin pour la deuxième saison de « Plan B »

    Retrouvant son collègue Jacques Drolet aux textes, Jean-François Asselin revient à la barre de la deuxième saison de « Plan B », la série dramatique au concept qui a marqué l’imaginaire de plusieurs téléspectateurs et a fait discuter plusieurs chaumières lors de sa diffusion à Séries + au printemps 2017. Pour ces six nouveaux épisodes qui seront mis en ligne dans la section Véro.TV d’ICI Tou.Tv Extra en novembre 2018, le réalisateur filmera une toute nouvelle histoire, celle de Florence, une mère de famille féministe, qui après un drame familial, fera appel au service de la fameuse entreprise pour effectuer un retour dans le passé.

    5 avril 2018, 07h10

    Martin Frigon actualise l’enquête journalistique d’Henry Aubin avec « Main basse sur la ville »

    Martin Frigon actualise l’enquête journalistique d’Henry Aubin avec « Main basse sur la ville »

    Poursuivant un cycle amorcé avec « La grande invasion », documentaire portant sur l’aménagement du territoire et les conséquences sociales du sur-développement dans les Laurentides, Martin Frigon s’intéresse pour son nouveau film à l’histoire du centre-ville de Montréal développé par des investisseurs européens. Dans « Main basse sur la ville », le documentariste trouve son point de départ avec l’ouvrage « Les vrais propriétaires de Montréal », issu de l’enquête journalistique d’Henry Aubin oeuvrant pour The Gazette. « Je retourne aux sources du développement que je dénonçais dans "La grande invasion" », indique le réalisateur en entrevue.

    30 mars 2018, 05h41