Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    CALENDRIER

    Scénarisation

    • Michel Brouillette et Stéphanie Perreault se frottent à la comédie romantique

      Pour leur premier projet de série de fiction commun, Michel Brouillette et Stéphanie Perreault pénètrent l’univers du jeu vidéo. Avec « Les bogues de la vie », ils mettent en scène Eliot et Jeanne, deux jeunes au quotidien diamétralement opposés qui se rencontrent dans des (...)

      Suite
    • Être noire et femme, Carmine Pierre-Dufour le voit comme une richesse

      Après des études en communication à l’Université Concordia, Carmine Pierre-Dufour part faire une maîtrise à Syracuse, dans l’état de New York. Puis, elle obtient un stage à Los Angeles, chez Focus Features, une entreprise du groupe Comcast. À son apogée, elle travaillera chez (...)

      Suite
    • Tally Abecassis a trouvé sa place dans l’industrie québécoise

      Diplômée en communication de l’Université Concordia en 1996, Tally Abecassis a rencontré, grâce à un stage organisé par l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision, Nathalie Barton, présidente d’InformAction, qui l’a prise sous son aile. Elle a collaboré à (...)

      Suite
    • Jean-François Asselin se plaît dans la production télé

      Pendant ses études en cinéma à l’Université Concordia, Jean-François Asselin s’est joint à un groupe d’étudiants mécontents du programme qu’ils suivaient. Révoltés — c’est le terme utilisé par le réalisateur lui-même — ils ont décidé de fonder leur (...)

      Suite
    • REGARD : Sophie B Jacques explore le suspense et l’humour noir

      Après avoir prêté son logis à un couple qui lui laissait une curieuse impression, Sophie B Jacques s’est mise à imaginer le pire qui pourrait arriver durant cette expérience de location d’appartement. Cet effroyable scénario s’est matérialisé dans « Foyer » où une jeune (...)

      Suite
    • La réalisatrice Susanne Serres s’intéresse à la maladie mentale

      L’image a toujours attiré Susanne Serres. La réalisatrice a d’abord fait un DEC en cinéma et un DEP en photographie au Gégep Ahuntsic, puis un DEP en photographie au CFP Lachine. Après un passage au Black Theatre Workshop, une compagnie engagée à refléter la culture et la (...)

      Suite
    • Scénaristes et réalisateurs « condamnés » à travailler ensemble ?

      Lors de l’édition 2018 des Rendez-vous Pro, des scénaristes avaient vivement exprimé leur colère de voir leurs oeuvres dénaturées par un réalisateur, un producteur, voire un distributeur. La tension était palpable pendant l’heure qu’a duré cette discussion. Pour établir (...)

      Suite



    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    La directrice photo Sara Mishara a découvert son métier presque par hasard

    La directrice photo Sara Mishara a découvert son métier presque par hasard

    C’est en 2007 que Sara Mishara peaufine la lumière sur un premier long métrage, celui de Stéphane Lafleur, « Continental, un film sans fusil ». Depuis, sa carrière regorge de projets des plus hétéroclites. De « Tout est parfait » d’Yves Christian Fournier à « Tout ce que tu possèdes » de Bernard Émond en passant par « Allure » des frères Sanchez, se dessinent tout de même deux collaborations marquantes, la première avec le réalisateur d’« En terrains connus » et « Tu dors Nicole », la deuxième aux côtés de Maxime Giroux qu’elle a rencontré sur les bancs de Concordia. Retour sur la classe de maître qu’a donnée la directrice photo dans le cadre des Rendez-vous Québec Cinéma.

    12 mars 2019, 06h28

    Richard Blaimert se frotte à l’univers de la maladie mentale

    Richard Blaimert se frotte à l’univers de la maladie mentale

    « Cerebrum » est né dans l’esprit de Richard Blaimert il y a de la cela trois ans. Avant même de créer « Hubert & Fanny », l’auteur a imaginé le récit d’Henri Lacombe, psychiatre dont la conjointe disparaît mystérieusement. C’est l’intérêt de plonger dans l’univers de la santé mentale qui l’a mené vers ce personnage, mais lorsqu’il a constaté, au début de ses recherches, l’ampleur de son sujet, il a senti que davantage de préparation était nécessaire avant d’aboutir aux dix épisodes d’une heure qui seront tournés à compter du 11 mars prochain.

    11 mars 2019, 10h51

    « Nous sommes Gold », la musique comme moteur créatif et esthétique

    « Nous sommes Gold », la musique comme moteur créatif et esthétique

    Pour son deuxième long métrage, Éric Morin revient à Rouyn, sa région natale. Excepté qu’avec ce film, qui donne suite à « Chasse au Godard d’Abbittibbi », il choisit de rendre plus flous les contours de la petite ville minière dans laquelle l’action se déroule. C’est Marianne, bassiste de retour au bercail et renouant avec deux amis musiciens, qui guide « Nous sommes Gold », ode à la musique rock et à la nostalgie. Qui fait Quoi a discuté avec le cinéaste à Rouyn, quelques minutes avant une projection spéciale au Cinéma Paramount situé sur la rue Perreault.

    5 mars 2019, 07h19

    Dans « Slaxx », Elza Kephart emprisonne ses personnages dans un environnement totalitaire

    Dans « Slaxx », Elza Kephart emprisonne ses personnages dans un environnement totalitaire

    Présenté au Marché Frontières à Fantasia en 2017, le projet « Slaxx » est maintenant prêt à prendre vie. Depuis le 12 février dernier, Elza Kephart immortalise les images de son slasher imaginé aux côtés de Patricia Gomez Zlatar qui coproduit le long métrage d’horreur avec Anne-Marie Gélinas d’EMAFilms. Le récit demeure le même : celui d’une paire de jeans animée par un esprit vengeur qui se met à assassiner un à un les employés d’une boutique de vêtements. Qui fait Quoi a rencontré la réalisatrice sur le plateau pour discuter de sa démarche.

    5 mars 2019, 06h45

    Le Cinéma Moderne organise une rétrospective de la cinéaste Penny Lane du 15 au 20 mars

    Le Cinéma Moderne organise une rétrospective de la cinéaste Penny Lane du 15 au 20 mars

    Le Cinéma Moderne et la revue de cinéma 24 images poursuivent la série « 10/10 » qui propose 10 rétrospectives et ateliers avec des cinéastes d’ici et d’ailleurs. Après le passage de la réalisatrice thaïlandaise Anocha Suwichakornpong, le Cinéma Moderne accueillera en mars les oeuvres de la cinéaste américaine Penny Lane. La rétrospective se tiendra du 15 au 20 mars au Cinéma Moderne en présence de la cinéaste.

    5 mars 2019, 06h35

    Gaspar Noé, un cinéma toujours plus près de sa perception de l’existence

    Gaspar Noé, un cinéma toujours plus près de sa perception de l’existence

    Provocateur, choquant, déstabilisant, mais aussi innovant et radical : plusieurs étiquettes collent à l’image de Gaspar Noé, cinéaste dont les films ne laissent personne indifférent. Après « Love », mélodrame sulfureux, il revient avec « Climax », une proposition toujours aussi audacieuse, mais qui amène le réalisateur là où nous ne l’attendions pas, dans l’univers de la danse. Pour ce cinquième long métrage, il réunit une troupe de danseurs urbains dans un local de répétition près de la forêt. Alors que ces jeunes s’exécutent sous les rythmes de la musique, quelqu’un verse une substance illicite dans la sangria. Rencontre avec l’artiste qui discute de sa démarche.

    1er mars 2019, 07h14

    « Appelle-moi si tu meurs », d’humour et d’amitié

    « Appelle-moi si tu meurs », d’humour et d’amitié

    En 2014, Pierre-Yves Bernard et Claude Legault préparent « Chrysalide », un projet télé tournant autour d’un personnage de délateur dont ils reconstruisaient l’identité. Au fil de l’écriture des épisodes, les auteurs constatent qu’ils n’ont pas les connaissances nécessaires pour préciser leur univers ancré dans une police scientifique et la chirurgie plastique. Or, le noyau de leur histoire,– deux personnages, Jean-François et Mario –, reste avec eux jusqu’à leur nouvelle proposition, « Appelle-moi si tu meurs », présentée auprès du Groupe TVA, une série relatant les remous de deux amis d’enfance, un enquêteur de la SQ et le nouveau lieutenant de la mafia. Qui fait Quoi a rencontré les deux auteurs qui se retrouvent après « Dans une galaxie près de chez vous » et « Minuit, le soir ».

    1er mars 2019, 04h42

    RVQC : « Carnaval », l’ode à la nostalgie d’Alexandre Lavigne

    RVQC : « Carnaval », l’ode à la nostalgie d’Alexandre Lavigne

    « La vie est une aventure formidable ». Voilà la phrase prononcée depuis toujours par le père d’Alexandre Lavigne qui a déclenché les premières idées pour « Carnaval », son premier long métrage. Comédien révélé dans le rôle de Martin dans « Prank », le jeune artiste ajoute une corde à son arc avec cette mise en images du récit de Julie qui, un an après le décès de ses parents, se retrouve à partager son été 1996 aux côtés de Gabriel. Ode à l’amitié et aux années 1990, le film est présenté en première mondiale lors des 37es Rendez-vous Québec Cinéma. Le réalisateur s’est entretenu avec Qui fait Quoi pour en discuter.

    27 février 2019, 07h25


    RVQC : « Speak Love », entre classicisme et surréalisme

    RVQC : « Speak Love », entre classicisme et surréalisme

    C’est en deux temps que la prémisse de « Speak Love » est venue à Emmanuel Gendron-Tardif. D’un point de vue créatif, il s’est assis, un jour, et a écrit une trentaine de pages de dialogues où deux personnages se querellaient. C’est au fil de la réécriture qu’il a pu construire son récit axé sur la déambulation. Puis, lorsqu’il a suivi un cours de direction d’acteurs auprès de Micheline Lanctôt à l’Université Concordia, il a compris à travers les enseignements de la réalisatrice et comédienne que pour faire du cinéma rapidement, il devait réaliser son premier long métrage de façon autofinancée. Tourné en 2017 en 20 jours, le jeune réalisateur présente en première mondiale aux Rendez-vous Québec Cinéma le fruit de cette première oeuvre.

    22 février 2019, 10h25

    RVQC : « Cassy », l’oeuvre totale de Noël Mitrani

    RVQC : « Cassy », l’oeuvre totale de Noël Mitrani

    Cinquième long métrage de Noël Mitrani, « Cassy » est un film qui s’est créé dans l’urgence. À peine venait-il de terminer l’écriture du scénario que le réalisateur a cherché à mettre en images son fllm avec comme point de départ une fillette de dix ans venant de perdre sa mère et qui est confrontée à l’arrivée d’une femme prénommée Maya dans son quotidien. Refaisant équipe avec sa fille Natacha Mitrani à la suite d’« Après coup », qui campe ici le personnage-titre, le cinéaste avait envie de redonner un rôle à cette enfant qui nourrit un rapport très naturel à l’image et au jeu.

    22 février 2019, 06h38

    RVQC : Éric K. Boulianne s’inspire des comédies américaines pour « Avant qu’on explose »

    RVQC : Éric K. Boulianne s’inspire des comédies américaines pour « Avant qu’on explose »

    Rapidement dans son processus d’écriture pour « Avant qu’on explose », Éric K. Boulianne cherchait à provoquer la rencontre entre le récit initiatique d’un adolescent désirant perdre sa virginité et le film catastrophe. Ce n’est toutefois lorsque l’idée de la peur de mourir s’est manifestée, une crainte qui le hante lui-même, que la trame narrative du scénario s’est cristallisée autour du jeune Pier-Luc, pressé d’être dépucelé à la veille d’une éminente troisième Guerre mondiale. Qui fait Quoi a discuté avec le scénariste qui retrouve le réalisateur Rémi St-Michel après des courts métrages et webséries.

    21 février 2019, 06h51

    RVQC : Eli Batalion s’inspire de son expérience pour « Appiness »

    RVQC : Eli Batalion s’inspire de son expérience pour « Appiness »

    Pour Eli Batalion, le monde des startups en était un qui le fascinait en tant que scénariste. Ayant été consultant pour ces nouvelles entreprises, il a rapidement repéré le potentiel comique de leur environnement, particulièrement celui qui se déploit dans des cafés ou des petits espaces. C’est ce qui l’a mené à imaginer le scénario de « Appiness », son premier long métrage financé grâce au programme Talents en vue de Téléfilm Canada. Qui fait Quoi l’a rencontré pour discuter de ce projet présenté en première canadienne aux 37es Rendez-vous Québec Cinéma.

    21 février 2019, 06h27

    RVQC : Anik Jean savoure la liberté que lui apporte le format du court métrage

    RVQC : Anik Jean savoure la liberté que lui apporte le format du court métrage

    Après « Lost Soul » qu’elle avait coréalisé aux côtés de Jean-François Bergeron, Anik Jean se retrouve derrière la caméra pour « La porte », un court métrage qu’elle scénarise et coproduit également. Le film propose le portrait d’un homme agoraphobe et est spécialement présenté lors de la soirée d’ouverture des 37es Rendez-vous Québec Cinéma. Pour l’occasion, l’artiste musicienne s’est entretenue avec Qui fait Quoi à propos de ce projet au sujet très personnel.

    19 février 2019, 04h15