Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Scénarisation

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    71e Festival de Cannes : Richard Lacombe présente « Transport, en commun » à la Maison des scénaristes

    71e Festival de Cannes : Richard Lacombe présente « Transport, en commun » à la Maison des scénaristes

    Diplômé du programme long métrage, profil producteur à L’inis, Richard Lacombe a réalisé plus d’une trentaine de courts métrages au sein du mouvement Kino ainsi que les séries documentaires « TDAH, mon amour » et « 24CH ». Plus récemment, il a coréalisé la série « La dérape » pour le Club Illico. Prêt à passer à l’étape du long métrage de fiction, il vient présenter son scénario pour « Transport, en commun », l’un des dix-neuf projets sélectionnés à la Maison des scénaristes au Marché du film du 71e Festival de Cannes. Qui fait Quoi l’a rencontré afin d’en discuter davantage.

    18 mai 2018, 04h00

    71e Festival de Cannes : Élisabeth Desbiens développe une websérie ainsi qu’un premier long ancrés dans le monde de la danse

    71e Festival de Cannes : Élisabeth Desbiens développe une websérie ainsi qu’un premier long ancrés dans le monde de la danse

    En plus d’avoir récemment lancé sa nouvelle compagnie MOVE, une agence artistique représentant les talents de l’art en mouvement, Élisabeth Desbiens voit son plus récent court métrage « Lola & Claire », qui exprime un amour inconditionnel entre deux soeurs, être sélectionné à Talent tout court pendant le 71e Festival de Cannes. Multipliant les projets, elle a échangé quelques mots avec nous sur deux d’entre eux qui la tiennent occupée à l’heure actuelle.

    17 mai 2018, 07h20

    Chantal Cadieux plonge au coeur du thème de la mémoire avec « Une autre histoire »

    Chantal Cadieux plonge au coeur du thème de la mémoire avec « Une autre histoire »

    À peine quelques mois après la conclusion de « Mémoires vives », Chantal Cadieux effectue un retour à ICI Radio-Canada Télé avec « Une autre histoire », le récit d’une femme de cinquante-trois ans qui, après un diagnostic d’Alzheimer, doit replonger dans une vie qu’elle a abandonné il y a près de trente ans tout en jonglant avec les conséquences de ce passé sur sa nouvelle famille issue d’une deuxième union. Happée par cette maladie héréditaire, Anémone devra entrer en contact avec ses premiers enfants qu’elle a dû laisser derrière jadis. « On va comprendre des choses au fil du temps et j’espère ne pas trop vous faire languir », promet l’auteure rencontrée par Qui fait Quoi.

    17 mai 2018, 07h00

    Maria Camila Arias, le secret bien gardé de la 71e édition du Festival de Cannes

    Maria Camila Arias, le secret bien gardé de la 71e édition du Festival de Cannes

    Originaire de la Colombie, Maria Camila Arias est déménagée à Montréal en 2005 où elle a entrepris des études en cinéma et en histoire de l’art à l’Université Concordia. Elle s’est ensuite envolée vers la Colombie-Britannique pour étudier la scénarisation à la Vancouver Film School avant de revenir vivre dans la métropole. Durant ces années, elle fait alors la rencontre de Ciro Guerra (« Embrace of the Serpent ») qui lui demande d’écrire son prochain long métrage « Birds of Passage », coréalisé avec Cristina Gallego, qui se retrouve en ouverture de la Quinzaine des réalisateurs de la 71e édition du Festival de Cannes.

    16 mai 2018, 06h45

    71e Festival de Cannes : Sandrine Béchade pénètre dans le monde imaginaire de deux adolescents avec « Ange & Ovni »

    71e Festival de Cannes : Sandrine Béchade pénètre dans le monde imaginaire de deux adolescents avec « Ange & Ovni »

    C’est à l’édition 2016 du Festival de Cannes, alors qu’elle accompagnait « 12 semaines » de Marc-André Girard à titre de productrice que Sandrine Béchade a vu sa flamme pour la fiction, et plus particulièrement pour le court métrage, se raviver. À son retour, elle apprend que sa fille de douze ans, Lénie B. Desrosiers, élève de théâtre, a envie de jouer dans un film. De là, naît le désir de créer « Ange & Ovni », un court métrage produit par la boîte de production fondée aux côtés de Serge Desrosiers, Vital Productions. « J’avais le goût de parler de l’imaginaire qui habite tous les enfants et que l’on perd entre douze et quatorze ans », indique-t-elle à Qui fait Quoi à l’occasion de la présentation du film à Talent tout court.

    16 mai 2018, 06h20

    71e Festival de Cannes : Marie-Josée Saint-Pierre aborde l’aliénation parentale avec « Ta mère est une voleuse »

    71e Festival de Cannes : Marie-Josée Saint-Pierre aborde l’aliénation parentale avec « Ta mère est une voleuse »

    Pour son plus récent court métrage d’animation « Ta mère est une voleuse », Marie-Josée Saint-Pierre aborde le phénomène de l’aliénation parentale à travers la fiction. Problématique qui touche plusieurs familles et que nous commençons lentement à examiner en tant que société, ce sujet est ici perçu à travers les relations troubles entre une enfant, son père et sa mère. À l’occasion de la sélection du film à Talent tout court à la 71e édition du Festival de Cannes, Qui fait Quoi a discuté avec la réalisatrice.

    11 mai 2018, 07h20

    71e Festival de Cannes : Denis Villeneuve prend son rôle de membre du jury très au sérieux

    71e Festival de Cannes : Denis Villeneuve prend son rôle de membre du jury très au sérieux

    Bien sûr, il ne pouvait commenter sur les films en compétition qu’il avait vus, mais Denis Villeneuve, entre deux projections, a rencontré quelques journalistes québécois, dont Qui fait Quoi, en tout début de ce 71e Festival de Cannes. Membre du jury de la sélection officielle sous la présidence de Cate Blanchett, le réalisateur d’« Arrival » avait déjà développé une complicité avec ses confrères et consoeurs alors qu’ils viennent à peine de commencer à fraterniser. Même s’il se dit moins nerveux que lorsqu’il accompagnait « Sicario » en 2015, le cinéaste se découvre une autre forme d’angoisse, celle de la responsabilité attachée à son titre. « Je ne viens pas pour juger, mais pour défendre des films », affirme-t-il.

    11 mai 2018, 05h05

    Guillaume Vigneault confronté aux défis d’écriture d’une série chorale

    Guillaume Vigneault confronté aux défis d’écriture d’une série chorale

    Pour sa première série de fiction, Guillaume Vigneault plonge au coeur des drames d’une équipe de hockey junior avec « Demain des hommes ». Amateur avoué de ce sport sur glace, l’auteur a déployé les dix épisodes produits par Richard Goudreau de Melenny Productions et coproduits par Lenny-Jo Goudreau et Louis-Philippe Rochon autour de l’esprit de communauté. En effet, pour camper la réalité de la ville fictive de Montferrand, l’auteur s’est frotté à l’imposant défi de multiplier les personnages, des joueurs aux entraîneurs en passant par les femmes qui gravitent autour de ces derniers. « Mon devoir est de suivre des histoires sans échapper personne », indique-t-il à Qui fait Quoi à propos de cette série chorale.

    10 mai 2018, 05h18

    71e Festival de Cannes : Sarah Pellerin s’intéresse aux codes de la masculinité avec « Mon Boy »

    71e Festival de Cannes : Sarah Pellerin s’intéresse aux codes de la masculinité avec « Mon Boy »

    Diplômée de L’inis en scénarisation, Sarah Pellerin a complété en 2016 une maîtrise en études cinématographiques à l’Université de Montréal sur les « bromances » dans les films américains. Cet intérêt l’a d’ailleurs amenée à vouloir explorer la masculinité et ses codes qui se manifestent souvent à travers une pression de la part des hommes à devoir correspondre à certains stéréotypes. C’est le sujet de « Mon Boy », court métrage produit par La Boîte à Fanny et présenté à Talent tout court lors de la 71e édition du Festival de Cannes. Qui fait Quoi a rencontré la réalisatrice.

    9 mai 2018, 07h15

    Pierre Poirier et Sylvie Lussier explorent de nouvelles zones avec leur plus récente série

    Pierre Poirier et Sylvie Lussier explorent de nouvelles zones avec leur plus récente série

    Avec leur nouveau projet, une série dramatique annuelle toujours sans nom, Sylvie Lussier et Pierre Poirier campent cette fois-ci leur intrigue au coeur d’un clan familial : cinq soeurs, dont l’aînée qui voit sa vie bouleversée lorsque son mari est retrouvé sans vie. Au long de ces 23 premiers épisodes, les auteurs de « 4 et demi » et de « L’auberge du chien noir » exploreront les relations entre les résidents du village de Valmont où cette veuve assure le fonctionnement de la ferme familiale biologique. Le tournage, assuré par Francis Leclerc, Christian Laurence et Mylène Verreault s’enclenche dès le 22 mai prochain.

    3 mai 2018, 05h54

    Johanne Larue invite les artisans issus de communautés culturelles à soumettre leur projet aux institutions

    Johanne Larue invite les artisans issus de communautés culturelles à soumettre leur projet aux institutions

    Plus d’un an après l’élaboration d’un plan d’action de la SODEC pour atteindre la parité dans le milieu cinématographique, Johanne Larue observe une réponse positive à ces nouvelles mesures qui obligent un producteur ou une productrice désirant soumettre plus d’un projet pour financement qu’un sur deux d’entre eux soit scénarisé, coscénarisé, réalisé ou coréalisé par une femme. À l’heure où la diversité se révèle un enjeu incontournable et que des voix se font de plus en plus entendre, la directrice générale du cinéma et de la télévision a tenu à mettre les pendules à l’heure à propos de cette question lors d’un panel-discussion orchestré pendant le 34e festival Vues d’Afrique sous le thème « Images de femmes et diversité ».

    26 avril 2018, 06h32

    L’importance de maîtriser parfaitement ses personnages, même dans l’écriture de séries policières

    L’importance de maîtriser parfaitement ses personnages, même dans l’écriture de séries policières

    Les personnages des séries policières marquent tout autant que les enquêtes imaginées par les auteurs. Impossible de concevoir « Victor Lessard » sans son personnage-titre et sa fidèle partenaire Jacinthe Taillon. Encore moins probable que « District 31 » n’ait autant marqué les esprits sans le duo composé de Nadine et Patrick. Même la série suédoise « Beck », qui fait référence aux enquêtes du commissaire Beck repose sur les interactions entre deux policiers aux caractères opposés. À l’occasion d’une classe de maître portant sur l’écriture de téléséries policières, Martin Michaud, Luc Dionne et Mårten Klingberg ont insisté sur la portée de construire de solides protagonistes.

    25 avril 2018, 07h19

    Francis Leclerc poursuit son travail d’adaptation sur « Le plongeur » et « L’arracheuse de temps »

    Francis Leclerc poursuit son travail d’adaptation sur « Le plongeur » et « L’arracheuse de temps »

    En plus de deux projets de séries télé qui devraient être annoncés prochainement et sur lesquels il planche très fort, Francis Leclerc se tient toujours très occupé avec « Le plongeur », l’adaptation du premier roman de Stéphane Larue, et « L’arracheuse de temps », un conte de Fred Pellerin que le réalisateur portera au grand écran. À l’occasion du lancement de la quatrième saison de « Mensonges », pour laquelle il a remplacé Sylvain Archambault derrière la caméra, le cinéaste a mis Qui fait Quoi à jour sur ses intentions.

    24 avril 2018, 06h30

    Des auteurs de séries policières rigoureux et qui accordent une grande place à la réflexion

    Des auteurs de séries policières rigoureux et qui accordent une grande place à la réflexion

    Un tantinet plus volubile que ses deux comparses, Luc Dionne a pris d’assaut à quelques occasions la classe de maître sur l’écriture de séries policières où il était invité avec Martin Michaud, auteur de la série « Victor Lessard », et Mårten Klingberg, scénariste et réalisateur de la série suédoise « Beck », spécialement débarqué pour l’occasion. Les trois créateurs ont présenté quelques séquences de leurs oeuvres respectives en plus d’échanger sur le thème de la création, notamment sur la rigueur nécessaire pour gagner sa vie avec ce travail.

    20 avril 2018, 06h42