Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Scénarisation

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Une deuxième saison de « Plan B » dans l’émotion et la réflexion

    Une deuxième saison de « Plan B » dans l’émotion et la réflexion

    Très attendue, la deuxième saison de « Plan B » qui trouve une nouvelle maison dans la section Véro.tv d’ICI Tou.tv Extra se concentre autour du personnage de Florence, mère de deux enfants et animatrice d’une émission de radio très écoutée, dont sa fille de quinze ans, commet l’irréparable. Dès lors, la féministe est informée (grâce à un beau clin d’oeil à la première saison) de l’existence de la mystérieuse entreprise et décide de faire appel à ses services afin de retourner dans le temps et éviter le pire.

    9 novembre 2018, 04h38

    FCIAT : « Les filles aussi », le nouveau court métrage de Myriam Guimond en montage

    FCIAT : « Les filles aussi », le nouveau court métrage de Myriam Guimond en montage

    Alors que son film « Partie de chasse » continue de faire la tournée des festivals, Myriam Guimond prépare la suite des choses. Elle a tourné pendant quatre jours cet été « Les filles aussi », un tout nouveau court métrage actuellement en montage. Le récit s’articule autour de quatre soeurs âgées de 13 ans à 18 ans qui vivront presque au même moment la découverte de leur sexualité. « Chacune d’elles incarne des problématiques liées à l’adolescence, au passage vers l’âge adulte et à l’éveil sexuel », confie la réalisatrice rencontrée en marge du 37e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

    5 novembre 2018, 10h52

    FCIAT : Guillaume Corbeil découvre une complémentarité créative avec Yan Giroux

    FCIAT : Guillaume Corbeil découvre une complémentarité créative avec Yan Giroux

    Avant que Guillaume Corbeil ne se joigne au projet de « À tous ceux qui ne me lisent pas », le film imaginé par Yan Giroux prenait une forme plus éclatée, s’apparentant davantage à « I’m Not There » de Todd Haynes. Alors que le réalisateur était plutôt attaché aux faits biographiques, il est rapidement apparu évident pour le coscénariste et dramaturge qu’il fallait qu’Yves Boisvert, poète québécois décédé en 2012 et relativement méconnu du grand public, puisse incarner une figure représentant tous les artistes comme lui. « La vérité d’Yves n’est donc pas factuelle, mais en est une d’essence », souligne celui qui a partagé l’écriture du long métrage avec le cinéaste.

    2 novembre 2018, 07h19

    Daniel Daigle, cinéaste fidèle à la démarche collaborative

    Daniel Daigle, cinéaste fidèle à la démarche collaborative

    La prémisse de son premier long métrage, « Cimes », Daniel Daigle l’avait en tête depuis très longtemps : deux frères qui, à la suite du décès de leur mère, découvrent que leur père supposément décédé serait toujours en vie. Ils partent donc à sa rencontre et réaliseront que ces retrouvailles sont loin d’être celles qu’ils avaient imaginées. Nous étions présent sur le plateau de tournage de ce film pour lequel le cinéaste qui aura bientôt 30 ans a obtenu l’aide financière du programme Talents en vue de Téléfilm Canada.

    1er novembre 2018, 07h20

    FCIAT : Yan Giroux rend hommage à l’univers poétique d’Yves Boisvert

    FCIAT : Yan Giroux rend hommage à l’univers poétique d’Yves Boisvert

    Pour aborder la vie et l’oeuvre du poète Yves Boisvert, décédé en 2012, Yan Giroux s’éloigne du biopic traditionnel. Avec « À tous ceux qui ne me lisent pas », son premier long métrage, le réalisateur des courts métrages « Mi Nina Mi Vida » et « Lost Paradise Lost » se sentait redevable envers un homme qui l’a profondément marqué plutôt que par des faits biographiques. « Je veux rendre hommage à l’esprit d’Yves, à son attitude et à ce qu’il représentait pour moi », souligne-t-il en entrevue à l’occasion du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue où le film était projeté en première mondiale.

    1er novembre 2018, 07h16

    Martin Laroche explore l’humour à partir de la tragédie

    Martin Laroche explore l’humour à partir de la tragédie

    Contrairement à « Tadoussac » et « Les manèges humains », le plus récent long métrage de Martin Laroche, « Le rire » est une proposition moins traditionnelle d’un point de vue narratif et qui explore une dimension un peu plus surréaliste. En revanche, le réalisateur met de nouveau à l’avant-plan un personnage féminin, dans le cas présent celui de Valérie, une préposée aux bénéficiaires travaillant dans un CHSLD devant composer avec le syndrome du survivant. « C’est une réflexion sur l’humour en fonction du tragique à partir d’une personne qui a vécu quelque chose d’horrible et qui voit la vie du bon côté », indique le cinéaste rencontré sur le plateau où l’équipe achève actuellement le tournage du film.

    31 octobre 2018, 07h23

    FCIAT : Marc Bisaillon explore l’affaire Stephen Marshall à travers le suspense psychologique

    FCIAT : Marc Bisaillon explore l’affaire Stephen Marshall à travers le suspense psychologique

    Pour l’ultime volet de sa trilogie sur le silence coupable, Marc Bisaillon a choisi de s’inspirer des événements entourant l’affaire Stephen Marshall. « L’amour » met en effet en scène, Alex un adolescent qui s’enfuie chez son père dans le Maine afin d’y assassiner deux agresseurs sexuels. Ce qui intéressait le réalisateur de « La lâcheté » et de « La vérité » était d’adopter le point de vue d’une victime tentant de tout faire pour s’en sortir, mais pour qui tout déraille. C’est en empruntant la forme du suspense psychologique que le cinéaste raconte son histoire présentée en première mondiale lors de la 37e édition du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue où Qui fait Quoi l’a rencontré.

    31 octobre 2018, 05h42

    Francis Bordeleau s’investit de façon personnalisée avec les comédiens de « Wolfe »

    Francis Bordeleau s’investit de façon personnalisée avec les comédiens de « Wolfe »

    « Parce que c’était nécessaire, parce que c’est ce qui est sorti sans réfléchir », avoue d’entrée de jeu Francis Bordeleau à propos de l’écriture de son premier long métrage « Wolfe » qui retrace le parcours d’un groupe d’amis mené par Andie, une jeune femme qui décide d’orchestrer sa mort devant ses copains. Autoproduit (le réalisateur a recueilli les fonds de mécènes et d’investisseurs) et réalisé dans l’urgence, le film est teinté d’un aspect autobiographique et très personnel, confie le cinéaste en entrevue.

    30 octobre 2018, 07h27

    « Pervers ordinaire », une comédie policière qui fait grincer des dents

    « Pervers ordinaire », une comédie policière qui fait grincer des dents

    En plus d’avoir réalisé un moyen métrage (« Good Enough for Two ») et un long métrage (« L’arbre et le nid ») documentaire, Valérie Pouyanne participe également à différents projets en tant que scénariste, productrice et monteuse. Ce sont précisément les trois rôles qu’elle occupe sur « Pervers ordinaire », son premier projet de fiction qu’elle cosigne et coproduit avec Roger Boire. Qui fait Quoi a discuté avec la créatrice d’origine française à propos de cette comédie policière qui examine les travers d’une victime de meurtre dont la personnalité est finalement un peu plus perverse qu’elle n’y paraît.

    26 octobre 2018, 07h06

    François Archambault protège le ton de « Tu te souviendras de moi » pour son adaptation au cinéma

    François Archambault protège le ton de « Tu te souviendras de moi » pour son adaptation au cinéma

    Inspiré par un membre de son entourage atteint de l’Alzheimer, François Archambault a voulu originalement transposer le thème de la maladie au théâtre à travers une double dimension : la comédie et la tragédie. De là est née « Tu te souviendras de moi », une pièce créée en 2014 et qui a rapidement attiré l’attention du réalisateur Éric Tessier. Aux côtés du dramaturge, le réalisateur a développé une adaptation cinématographique produite par Christal Films Productions dont le tournage se poursuit actuellement. Sur le plateau, Qui fait Quoi a rencontré l’auteur.

    25 octobre 2018, 07h10

    Après 12 ans, Danielle Trottier est sortie de prison

    Après 12 ans, Danielle Trottier est sortie de prison

    L’auteure Danielle Trottier est entrée en prison il y a 12 ans. Elle en est sortie en mars 2018. De son propre gré il va sans dire. Il lui a fallu 5 ans pour développer les riches personnages de la série « Unité 9 » qui ont vécu 7 ans sur les ondes de Radio-Canada. « C’est terminé la prison pour moi », dit-elle en riant à Qui fait Quoi. Évidemment plusieurs téléspectateurs auraient bien aimé voir les femmes de Lietteville continuer leurs aventures, tout en sachant qu’il y aurait une fin.

    25 octobre 2018, 07h05

    Roger Boire met en scène le portrait d’un pervers narcissique à travers une comédie policière

    Roger Boire met en scène le portrait d’un pervers narcissique à travers une comédie policière

    Plus de dix ans après « Comment devenir un trou de cul pour enfin plaire aux femmes » et huit ans après le long métrage documentaire « Questions nationales » coréalisé avec Jean-Pierre Roy, Roger Boire propose « Pervers ordinaire », un long métrage de fiction qu’il coécrit et coproduit avec Valérie Pouyanne. Cette comédie policière autofinancée s’intéresse aux circonstances du meurtre de Steve Jolicoeur, un animateur de radio retrouvé avec un couteau planté dans le coeur. L’inspecteur Martel se chargera de l’enquête et tentera de démystifier ce crime.

    24 octobre 2018, 06h57

    La SODEC lance Cours écrire ton court : de l’écriture à l’écran, une opportunité exceptionnelle

    La SODEC lance Cours écrire ton court : de l’écriture à l’écran, une opportunité exceptionnelle

    La Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), en collaboration avec les Rendez-vous Québec Cinéma, le Festival REGARD et la Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC), invite les scénaristes de 18 à 35 ans à lui soumettre la première version dialoguée d’un scénario de court métrage en français ou en anglais, au plus tard le lundi 10 décembre, à 17 heures, dans le cadre du concours Cours écrire ton court.

    24 octobre 2018, 06h54

    Louis Bélanger favorise la spontanéité sur le plateau de « Vivre à cent à l’heure »

    Louis Bélanger favorise la spontanéité sur le plateau de « Vivre à cent à l’heure »

    Dans une démarche similaire à celle de « Gaz Bar Blues », Louis Bélanger propose son nouveau long métrage « Vivre à cent à l’heure (titre de travail) », un film autobiographique inspiré de sa propre jeunesse. Faisant équipe avec Lyla Films pour ce projet, le cinéaste évoque la petite enfance jusqu’au début de l’âge adulte à travers le parcours de trois personnages : Louis, Daniel et Éric. « C’est un récit initiatique sur l’amitié entre trois gars. C’est un retour sur une façon d’être jeune qui est un peu disparue », affirme le réalisateur en entrevue alors qu’il revenait tout juste de filmer pendant cinq jours à Québec, ville où il a grandi.

    23 octobre 2018, 06h26