Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Scénarisation




    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    « Bête noire », tenter d’assembler le puzzle

    « Bête noire », tenter d’assembler le puzzle

    Avec « Bête noire », Annabelle Poisson et Patrick Lowe ont voulu partager un intérêt commun, celui d’explorer et d’examiner les ravages d’un geste irréparable commis par un adolescent à travers les yeux de ses proches. La prémisse de cette série de six épisodes, produite par Encore Télévision, dont le tournage se déroule jusqu’au 23 novembre, rattrape malheureusement l’actualité. Mais le duo d’auteurs l’assure, il n’a pas voulu offrir de point de vue spectaculaire sur le sujet, mais bien de s’attarder à ceux et celles qui se retrouvent au bout du compte des victimes collatérales trop souvent oubliées de ce genre d’événement.

    13 novembre 2020, 07h05

    CINEMANIA : Neegan Trudel rend hommage à la résilience des jeunes vulnérables dans « Vacarme »

    CINEMANIA : Neegan Trudel rend hommage à la résilience des jeunes vulnérables dans « Vacarme »

    Basé sur une idée qu’il a soumise à la productrice Line Sander Edege, « Vacarme » est le premier long métrage de Neegan Trudel. Co-scénarisé avec son collègue Jonathan Lemire, le film raconte l’histoire d’Émilie, une jeune adolescente qui se retrouve dans un foyer de la DPJ après que sa mère, Karine, l’ait chassée de sa demeure. Ayant été longtemps bénévole pour la Fondation du Dr Julien, le réalisateur a côtoyé plusieurs jeunes en difficulté. En dépit de leur situation difficile, il a toujours admiré leur résilience. C’est le désir de briser un cercle vicieux, qui a incité le cinéaste de mettre en scène le parcours de cette jeune fille qui se met à apprendre à jouer de la guitare.

    12 novembre 2020, 07h04

    Justine Philie déploie son ton incisif sur plusieurs projets

    Justine Philie déploie son ton incisif sur plusieurs projets

    À l’origine, Justine Philie s’orientait vers l’écriture dramatique. Malgré deux refus à l’École nationale de théâtre, elle se lance dans l’improvisation. Son collègue Jérémie Larouche lui suggère plutôt de s’inscrire à l’École nationale de l’humour. C’est un peu à reculons qu’elle démarre ses cours. Une semaine plus tard, elle constate l’évidence : elle est à sa place. Depuis, elle multiple les collaborations, tant à titre d’autrice que de scriptrice, et ce, sur des projets aussi variés que « Prière de ne pas envoyer de fleurs », « Roast Battle : le grand duel » et « Bijoux de famille ». Et la voilà aujourd’hui à être plus active que jamais dans son métier.

    11 novembre 2020, 07h15

    CINEMANIA : La poésie de Joséphine Bacon à l’honneur dans « Je m’appelle humain »

    CINEMANIA : La poésie de Joséphine Bacon à l’honneur dans « Je m’appelle humain »

    Dans « Je m’appelle humain », Kim O’Bomsawin braque l’objectif sur la poétesse innue Joséphine Bacon. À travers son œuvre, mais aussi ses amitiés, la réalisatrice fait (re)découvrir une femme plus grande que nature en plus d’évoquer un peuple – les Innus – et son histoire, qui se raconte de manière très poétique. Alors que le long métrage documentaire se retrouve sélectionné dans la programmation du 26e festival CINEMANIA, la cinéaste a échangé avec Qui fait Quoi.

    10 novembre 2020, 15h43

    Philippe Falardeau poursuit le développement de deux projets auprès de Trio Orange

    Philippe Falardeau poursuit le développement de deux projets auprès de Trio Orange

    En février dernier, Philippe Falardeau n’avait pu voir « My Salinger Year » sur grand écran avec le public de la Berlinale. Il a remédié à la situation lors du 39e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue où il a pleinement savouré le moment. Rencontré après la projection alors qu’il était encore fébrile, le réalisateur a échangé avec Qui fait Quoi à propos de ses deux projets à venir aux côtés de la boîte Trio Orange : « Autant en emportent les framboises » et « Mégantic ».

    10 novembre 2020, 07h00

    Marc Brunet fidèle à Zone3

    Marc Brunet fidèle à Zone3

    Finissant de l’École nationale de l’humour, Marc Brunet s’est intéressé davantage à l’écriture qu’à la scène. Avant même d’avoir son diplôme en poche, l’auteur commence à travailler pour des humoristes, dont Patrice L’Écuyer et Bernard Fortin pour le spectacle « Jacques et Normand » et Marie-Lise Pilote. En 1996, il travaille sur l’émission « Allô prof », animée par Martin Matte. C’est par la bande qu’il fait la connaissance de Dominique Chaloult, alors productrice chez Zone3. C’est ensuite par elle que Marc Brunet rencontre Marc Labrèche et entre dans la famille Zone3.

    9 novembre 2020, 10h18

    Danielle Trottier, lauréate du prix Reconnaissance de la Faculté des arts de l’UQAM

    Danielle Trottier, lauréate du prix Reconnaissance de la Faculté des arts de l’UQAM

    Danielle Trottier (M.A. muséologie, 1992) ne s’en cache pas : la série « Unité 9 » a bouleversé sa vie, mais pas de la façon que l’on imagine. « Ce sont les rencontres avec toutes ces femmes incarcérées, réalisées en amont de l’écriture de la série, qui m’ont profondément marquée », explique l’autrice et scénariste, qui a toujours placé les relations humaines au cœur de son travail... et de ses intrigues ! Un article de Pierre-Etienne Caza

    9 novembre 2020, 09h36

    FCIAT : « Les vieux chums », l’ode à l’amitié de Claude Gagnon

    FCIAT : « Les vieux chums », l’ode à l’amitié de Claude Gagnon

    C’est un Claude Gagnon très émotif qui a présenté « Les vieux chums » en première mondiale au Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Lorsqu’il s’est adressé à la salle avant la projection, il s’est lui-même surpris à ne pas pouvoir retenir ses larmes lorsqu’il repensait aux origines de ce onzième long métrage de fiction : son vieil ami, le comédien Luc Matte, emporté par la maladie il y a plusieurs années. L’acteur avait fait promettre au réalisateur d’immortaliser leur histoire sur grand écran, ce qui s’est finalement concrétisé dans ce récit où deux amis d’enfance se retrouvent alors que l’un d’entre eux est diagnostiqué du cancer.

    6 novembre 2020, 07h00

    FCIAT : Sarah Baril Gaudet revient à Rouyn-Noranda pour « Passage »

    FCIAT : Sarah Baril Gaudet revient à Rouyn-Noranda pour « Passage »

    Avec « Passage » son premier long métrage documentaire, Sarah Baril Gaudet poursuit une réflexion amorcée dans son précédent film « Avant l’automne ». La réalisatrice et directrice photo originaire du Témiscamingue est retournée, sept ans plus tard, dans sa région natale afin d’examiner l’état de l’exode croissant des plus jeunes vers les grandes villes. Mais aussi afin d’explorer dans quelle mesure son regard sur ce coin de la province a pu changer après toutes ces années à vivre à Montréal. C’est à la sortie de la première mondiale de son film au Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue que la cinéaste a discuté avec Qui fait Quoi.

    6 novembre 2020, 03h10

    FCIAT : Les deux suites de Martin Villeneuve

    FCIAT : Les deux suites de Martin Villeneuve

    Après « Imelda », court métrage mettant en scène une vieille dame, qui a conquis le coeur des cinéphiles en 2014, Martin Villeneuve chérissait le désir de transposer les aventures de son personnage dans un long métrage. Faute de réussir à obtenir le financement nécessaire pour concrétiser son rêve initial, le réalisateur s’est attelé, cinq ans plus tard, à redonner vie à cette femme qu’il interprète lui-même et qui est inspirée de sa propre grand-mère. Pas une, mais deux suites en format court sont nées de cette envie. « Imelda 2 : le notaire » et « Imelda 3 : Simone » se sont retrouvées dans la programmation du 39e Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, dont le second court métrage présenté en première mondiale. Pour l’occasion, Qui fait Quoi a échangé avec le cinéaste.

    5 novembre 2020, 07h08

    La SARTEC se réjouit de la modernisation proposée à la législation canadienne sur la radiodiffusion

    La SARTEC se réjouit de la modernisation proposée à la législation canadienne sur la radiodiffusion

    La Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC) se réjouit du projet de Loi, déposé par le ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault, proposant la contribution des services en lignes à la création et à la diffusion d’histoires d’ici. Depuis de nombreuses années, la SARTEC demandait aux pouvoirs publics de contraindre les diffuseurs en ligne à soutenir l’expression culturelle canadienne, comme le font depuis des décennies les diffuseurs traditionnels.

    4 novembre 2020, 09h40

    Cours écrire ton court revient en formule hybride

    Cours écrire ton court revient en formule hybride

    Cours écrire ton court revient pour une nouvelle édition en formule hybride. Les scénaristes émergents de tous âges sont invités à déposer une première version dialoguée d’un scénario de court métrage en français ou en anglais, au plus tard le 3 décembre 2020, à 23 h 59.

    3 novembre 2020, 07h20

    Benoît Pilon ouvre le FCIAT

    Benoît Pilon ouvre le FCIAT

    Après une première mondiale à Pékin, où il n’a évidemment pu accompagner son film, Benoît Pilon avait hâte de présenter « Le club Vinland » devant un public. C’est celui du FCIAT (Festival de cinéma international en Abitibi-Témiscamingue) qui a pu voir en primeur le long métrage, dont la sortie était originalement prévue en avril dernier. Rencontré par Qui fait Quoi à Rouyn-Noranda, le cinéaste a discuté avec Qui fait Quoi à propos d’une oeuvre dont les thèmes centraux prennent une toute nouvelle dimension dans le contexte actuel.

    2 novembre 2020, 10h25

    « Les enfants du large », la quête identitaire intime de Virginia Tangvald

    « Les enfants du large », la quête identitaire intime de Virginia Tangvald

    Fille du célèbre navigateur norvégien Peter Tangvald, Virginia Tangvald est née en mer, sur un bateau. Puisque sa mère a quitté l’homme alors qu’elle n’était âgée que de trois ans, la réalisatrice n’a eu aucun vrai lien avec lui. Deux ans plus tard, le marin a fait naufrage laissant comme seul survivant de cette tragédie, un fils. Avec « Les enfants du large », projet de long métrage documentaire qui s’est mérité le Prix du pitch premières œuvres au FNC Forum, la cinéaste cherche à consolider sa quête identitaire intime ainsi que la place des récits dans la construction même de cette identité.

    30 octobre 2020, 07h15