Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Scénarisation




    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Prix Gémeaux : Quatorze nominations pour « M’entends-tu ? », l’auteure Florence Longpré n’en revient pas

    Prix Gémeaux : Quatorze nominations pour « M’entends-tu ? », l’auteure Florence Longpré n’en revient pas

    Florence Longpré ne touchait plus à terre ! « M’entends-tu ? », sa première série télé, a obtenu 14 nominations aux 34es Prix Gémeaux et ce, dans des catégories très variées : meilleure comédie, meilleure réalisation, meilleur texte, meilleur montage, meilleur thème musical, meilleur premier rôle féminin... Seule la série « District 31 » obtient plus de nominations. Une de plus. Pas mal pour un projet soutenu par une jeune équipe. « C’est inimaginable ! », confie la jeune femme à Qui fait Quoi.

    17 juin 2019, 10h10

    La relève fait partie de l’ADN de Télé-Québec

    La relève fait partie de l’ADN de Télé-Québec

    Avec notamment les comédiens de « Like-moi », les collaborateurs à « Dans les médias » Raed Hammoud et Noémi Mercier, et plus récemment les acteurs et actrices sur « M’entends-tu ? » et « Passe-Partout » version 2019, Télé-Québec a toujours su accorder une place de choix à la relève. Directeur général des Programmes depuis 2015, Denis Dubois justifie cette tendance comme quelque chose de tout à fait naturel, comme un aspect qui a toujours fait partie de l’ADN de la chaîne québécoise publique.

    13 juin 2019, 07h20

    François Létourneau retrouve le thème des relations amoureuses avec « C’est comme ça que je t’aime »

    François Létourneau retrouve le thème des relations amoureuses avec « C’est comme ça que je t’aime »

    Après trois ans d’écriture, François Létourneau est fin prêt à porter les habits de Gaétan, un des nouveaux personnages qu’il a imaginés pour « C’est comme ça que je t’aime », la troisième série dramatique qu’il écrit pour le petit écran après « Les invincibles » et « Série noire ». Refaisant équipe avec Jean-François Rivard, qui assure la réalisation des dix épisodes, l’auteur revient au thème des relations amoureuses avec cette comédie dramatique qu’il décrit comme un heureux mélange entre ses deux précédents projets.

    13 juin 2019, 06h16

    Les projets se poursuivent pour Sara Mishara

    Les projets se poursuivent pour Sara Mishara

    Lorsqu’elle est montée sur scène pour accepter le prix Iris de la meilleure direction de la photographie des mains de Pierre Mignot, Sara Mishara a confié être très fatiguée, étant en plein « tournage de nuit ». Elle a néanmoins pris une petite pause pour assister au 3e Gala Québec Cinéma et récupérer le trophée célébrant son travail dans « La grande noirceur » de Maxime Giroux. Quelques minutes après s’être prêtée au jeu des photographes, elle a discuté avec Qui fait Quoi de ses projets actuels et de sa démarche auprès d’un réalisateur avec qui elle collabore déjà depuis quatre films.

    4 juin 2019, 14h41

    Prudente, mais confiante, Sonia Bonspille Boileau ne souhaite pas devenir l’« Autochtone de service »

    Prudente, mais confiante, Sonia Bonspille Boileau ne souhaite pas devenir l’« Autochtone de service »

    C’est via Skype que Sonia Bonspille Boileau s’est adressée au public venu assister à la rencontre « Images de femmes et diversité prise 2 » lors du plus récent festival Vues d’Afrique. La réalisatrice, oeuvrant à la fois en cinéma et en télévision, s’est exprimée sur son parcours, mais aussi sur les difficultés de faire sa place en tant que femme autochtone dans un milieu qui prend de plus en plus conscience des enjeux paritaires et de diversité. Qui fait Quoi y était présent.

    3 juin 2019, 11h10

    72e Festival de Cannes : « Archipel », un long métrage documentaire d’animation sur ce qui fait chez soi

    72e Festival de Cannes : « Archipel », un long métrage documentaire d’animation sur ce qui fait chez soi

    Alors qu’il a accompagné son plus récent long métrage d’animation « Ville Neuve » un peu partout à travers le monde, Félix Dufour-Laperrière planche déjà sur son prochain projet, « Archipel », un documentaire à demi-inventé à propos de fausses îles du St-Laurent. Produit par la maison de production cofondée par le cinéaste, Embuscade Films, le film est actuellement en production. Nicolas Dufour-Laperrière et lui étaient présents sur la Croisette afin de présenter le projet d’animation artisanale au Mifa (International Animation Film Festival and Market) du Marché du Film en marge du 72e Festival de Cannes. Qui fait Quoi a échangé avec le réalisateur pour l’occasion.

    3 juin 2019, 11h05

    72e Festival de Cannes : le cinéma de genre, des possibilités extraordinaires pour Frédéric Chalté

    72e Festival de Cannes : le cinéma de genre, des possibilités extraordinaires pour Frédéric Chalté

    Après des études en France où il se spécialise en montage, Frédéric Chalté soumet sa candidature dans des écoles de cinéma plus théoriques dans l’Hexagone ainsi qu’au Québec. C’est finalement l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) qu’il choisit pour compléter un baccalauréat en communication, profil cinéma, un programme somme toute plutôt technique. Il se consacre alors à la réalisation et se révèle parmi l’un des chanceux à mettre en scène un court métrage à la fin de ses études. Avec ses camarades, il propose « The Babysitter », un film qui annonce son amour pour le cinéma de genre. Qui fait Quoi a discuté avec le jeune cinéaste en marge du 72e Festival de Cannes.

    3 juin 2019, 11h01

    72e Festival de Cannes : la démarche instinctive de Julie Roy

    72e Festival de Cannes : la démarche instinctive de Julie Roy

    La première version de scénario de « Luz : un film de sorcières » remonte à six ans alors que Julie Roy vivait sa première grossesse. Rédigé d’un seul trait, les prémisses du court métrage ont été soumises aux institutions puis refusées de par l’aspect très polarisant du récit imaginé. C’est la comédienne Francesca Barcenas qui a relancé la réalisatrice quatre ans plus tard. Au bout du compte, la cinéaste a financé elle-même son projet, ce qui l’a également amenée à s’associer à Laurent Allaire de Chasseurs Films qui l’a accompagnée dans cette aventure. Aujourd’hui, le film se retrouve parmi les 15 sélectionnés à Talent tout court. Qui fait Quoi a discuté avec la créatrice lors du dernier Festival de Cannes.

    3 juin 2019, 10h27

    Gala Québec Cinéma : la SARTEC diffuse sa propre capsule hommage

    Gala Québec Cinéma : la SARTEC diffuse sa propre capsule hommage

    À compter du dimanche 2 juin, la SARTEC diffuse pour 30 jours une capsule de 30 secondes honorant les scénaristes des longs métrages de fiction nommés au Gala Québec Cinéma. Sur la magistrale pièce « Burnout Fugue » d’Alexandra Stréliski, la capsule illustre le raccourci trop fréquemment emprunté sur le crédit d’auteur du film, l’attribuant au seul réalisateur, qu’il ait écrit ou non son film. Au contraire, la capsule donne ici tout le crédit au seul scénariste, qu’il en ait dirigé ou non la réalisation.

    31 mai 2019, 06h33

    72e Festival de Cannes : Elia Suleiman, un cinéma d’intuitions plutôt que d’intentions

    72e Festival de Cannes : Elia Suleiman, un cinéma d’intuitions plutôt que d’intentions

    Dix ans après « Le temps qu’il reste », Elia Suleiman revient en force avec « It Must Be Heaven », un long métrage à la fois poétique et politique sélectionné en compétition officielle au 72e Festival de Cannes. Dans une approche alliant humour, réflexion existentielle et quête identitaire, le cinéaste qui se glisse dans la peau de son alter ego ES raconte son périple de la Palestine vers Paris, puis New York. Avant la grande première de son film au Grand Théâtre Lumière, le réalisateur a discuté avec Qui fait Quoi de cette oeuvre coproduite par la boîte de production québécoise Possibles Média.

    28 mai 2019, 07h23

    72e Festival de Cannes : un nouveau tournant pour Nellie Carrier

    72e Festival de Cannes : un nouveau tournant pour Nellie Carrier

    Une chose est certaine, Nellie Carrier connaît tout un début d’année. En plus de voir un de ses projets de court métrage repartir avec le Grand prix 2018-2019 de Cours écrire ton court en mars dernier, la productrice vient de joindre les rangs d’Embuscade Films, maison de production fondée par Nicolas et Félix Dufour-Laperrière. Sélectionnée pour prendre part au SODEC_Lab Immersion Cannes, la jeune créatrice, qui poursuit également les activités de sa boîte Cinquième maison, s’est entretenue avec Qui fait Quoi pour échanger sur les projets qui l’attendent.

    28 mai 2019, 07h20

    72e Festival de Cannes : une démarche rigoureuse pour Ludovic Dufresne

    72e Festival de Cannes : une démarche rigoureuse pour Ludovic Dufresne

    Durant sa plus tendre enfance, le premier métier que voulait pratiquer Ludovic Dufresne était météorologue. Fasciné depuis toujours par tout ce qui est de l’ordre du céleste, de ses manifestations et transformations, le réalisateur a finalement pris conscience que la portée poétique et magique des phénomènes météorologiques était ce qui l’intéressait plus particulièrement. C’est donc tout naturellement que son plus récent court métrage « août. septembre. », sélectionné à Talent tout court, s’articule autour de ce sujet et de deux personnages s’apprivoisant face à leurs différences. Rencontre avec le jeune cinéaste en marge du 72e Festival de Cannes.

    24 mai 2019, 07h25

    72e Festival de Cannes : « Celle qui porte la pluie » fait écho à l’expérience intime de Marianne Métivier

    72e Festival de Cannes : « Celle qui porte la pluie » fait écho à l’expérience intime de Marianne Métivier

    Dans « Celle qui porte la pluie », Agnès, une jeune adulte se réfugie dans une pension en forêt après une éprouvante visite auprès de son père mourant. Là, elle est plongée dans un monde à la frontière de la réalité et du rêve où elle devra accepter la mort imminente de son paternel. La démarche de ce court métrage de Marianne Métivier, qui se révèle être d’une rare intimité, a été accompagnée parallèlement par le processus de deuil de la jeune réalisatrice, elle-même devant faire face à la disparition de son père durant la production. C’est à l’occasion du 72e Festival de Cannes, alors que le film se retrouve dans la sélection 2019 de Talent tout court, que la cinéaste s’est entretenue avec Qui fait Quoi.

    24 mai 2019, 07h20

    72e Festival de Cannes : « Matthias & Maxime », d’amour et d’amitié

    72e Festival de Cannes : « Matthias & Maxime », d’amour et d’amitié

    Lorsque Xavier Dolan est débarqué à Cannes pour la toute première fois en 2009 alors qu’il y présentait « J’ai tué ma mère » à la Quinzaine des réalisateurs, c’est un sentiment de naïveté qui l’habitait. Onze ans plus tard, entamant tout juste la trentaine, il revient pour la sixième fois sur la Croisette pour y présenter « Matthias & Maxime », son troisième long métrage sélectionné en compétition officielle. Ce huitième film raconte l’histoire de deux jeunes amis qui, après un baiser échangé dans le cadre du tournage d’un court métrage étudiant, remettent complètement en question la nature de leur relation.

    23 mai 2019, 06h43