Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Plein(s) Écran(s)




    LES 10 DERNIERS ARTICLES


    Dans « Ressacs », Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois marchent dans les pas du photographe Frédéric Séguin

    Dans « Ressacs », Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois marchent dans les pas du photographe Frédéric Séguin

    Partenaires en affaires et cousins dans la vie, Patrick Francke-Sirois et Thierry Sirois ont suivi le photographe Frédéric Séguin lors d’un retour dans des camps de réfugiés syriens en Grèce, en Allemagne et au Liban. Ce dernier avait réalisé, entre 2015 et 2017, une série de photos de réfugiés pour l’exposition « Sourires en Exil », captant, malgré tout, de la joie et de l’espoir dans le regard d’enfants, d’hommes et de femmes. Le résultat de leur tournage, le court métrage « Ressacs », présenté dans divers festivals, dont Plein(s) Écran(s), fait revivre ces visages.

    24 janvier 2020, 07h25

    La réalisatrice Ariane Louis-Seize aime créer des bulles oniriques

    La réalisatrice Ariane Louis-Seize aime créer des bulles oniriques

    Diplômée du programme cinéma, profil scénariste, de L’inis, Ariane Louis-Seize remporte le Grand Prix Cours écrire ton court pour « Camille, les yeux grand ouverts ». Mais l’idée de s’essayer à la réalisation la pique et, depuis 2015, la jeune femme tourne plusieurs courts métrages : « Entre elles », « La peau sauvage » (nommé au Gala Québec Cinéma et aux Canadian Screen Awards), « Les profondeurs » et, en 2019, « Les petites vagues », présenté dans le cadre de l’édition 2020 de Plein(s) Écran(s). Nous avons discuté avec la réalisatrice au sujet de ce court métrage.

    23 janvier 2020, 07h00

    Dans « Amies », Marie Davignon se penche sur l’intensité des amitiés adolescentes

    Dans « Amies », Marie Davignon se penche sur l’intensité des amitiés adolescentes

    orsqu’elle a fait ses études en cinéma à l’Université du Québec à Montréal, Marie Davignon voulait devenir réalisatrice, mais son parcours l’a menée plutôt vers la direction photo, métier qu’elle pratique depuis les dix dernières années. En 2017, la jeune femme a ressenti le besoin de créer quelque chose qui venait d’elle. Elle s’est lancée dans la production d’« Amies », un court métrage qui a connu une belle vie en festivals (TIFF, plus d’une trentaine de festivals, meilleur film canadien à Image Nation...) et qui est présenté à Plein(s) Écran(s).

    21 janvier 2020, 07h15

    « Jeep Boys », d’Alec Pronovost, né du besoin de tourner

    « Jeep Boys », d’Alec Pronovost, né du besoin de tourner

    Le réalisateur Alec Pronovost côtoie l’humour depuis plusieurs années. Il a signé de nombreuses capsules d’humoristes de la relève, de Julien Lacroix à Rosalie Vaillancourt, mais aussi Guillaume Pineault, Jay Du Temple, Gabriel D’Almeida Freitas et Martin Perizzolo. Il a fait sa marque aussi à la réalisation de la série « Le Killing », une production KOTV. Il arrive aujourd’hui, dans le cadre de Plein(s) Écran(s), avec son court métrage « Jeep Boys », un road trip fortement inspiré de « Tommy Boy ». Qui fait Quoi l’a rencontré.

    17 janvier 2020, 06h33

    Le Festival Plein(s) Écran(s) se tient sur Facebook du 15 au 25 janvier

    Le Festival Plein(s) Écran(s) se tient sur Facebook du 15 au 25 janvier

    Le Festival Plein(s) Écran(s) continue ses festivités après 6 millions de vues et 4 éditions. Se présentant comme le seul festival de films au monde se déroulant entièrement sur Facebook se tient du 15 au 25 janvier. C’est 43 films qui seront diffusés gratuitement, à raison de 4 courts métrages par jour. Il suffit de cliquer « J’aime » ou encore « S’abonner » sur la page Facebook de Plein(s) Écran(s) pour avoir accès à la sélection quotidienne de cette 4e édition.

    15 janvier 2020, 00h00

    Plein(s) Écran(s), toujours dans un souci de démocratiser le court métrage

    Plein(s) Écran(s), toujours dans un souci de démocratiser le court métrage

    Pour la quatrième année, Plein(s) Écran(s) revient afin de présenter 44 films, soit 4 par jour pendant 24 heures sur une seule plateforme, Facebook. Du 15 au 25 janvier, les cinéphiles pourront accéder à ces courts métrages gratuitement partout dans le monde. Pour Catherine Légaré-Pelletier, directrice générale du festival qui a pris la relève de Jean-Christophe J. Lamontagne en août dernier, cette vitrine représente une opportunité exceptionnelle pour faire rayonner des oeuvres, dont 24 québécoises, à travers le monde.

    8 janvier 2020, 07h20

    Le Festival Plein(s) Écran(s) dévoile la programmation de sa 4e édition

    Le Festival Plein(s) Écran(s) dévoile la programmation de sa 4e édition

    Du 15 au 25 janvier prochains, le festival Plein(s) Écran(s) est de retour avec une offre cinématographique de haut calibre qui donne à voir la crème de la crème du court métrage québécois et français. Son concept unique au Québec présente 4 films par jour, pendant 24 h, accessibles gratuitement sur tous les territoires via Facebook, le plus important réseau social au monde.

    8 janvier 2020, 06h04



    Peu importe la discipline, Bastien Alexandre veut explorer les possibilités narratives

    Peu importe la discipline, Bastien Alexandre veut explorer les possibilités narratives

    Dès son plus jeune âge, Bastien Alexandre se voyait bédéiste. Ce n’est donc pas un hasard si le découpage technique (storyboard) et l’idée de raconter des histoires en plans choisis étaient toujours enfouis comme de véritables passions. En revanche, son parcours marqué par un passage au Cirque du Soleil en tant qu’illustrateur et metteur en scène révèle plutôt de l’ordre de l’accident. Au sein de cette entreprise, il a développé son expertise en arts de la scène et raffiné son intérêt pour le storytelling. C’est ce qui l’a progressivement mené vers un scénario de court métrage, celui de son ami Nicolas Billon, qu’il a mis en images dans « How Tommy Lemenchick Became a Grade 7 Legend », projeté lors de la soirée d’ouverture de la 3e édition du festival Plein(s) Écran(s).

    26 décembre 2018, 07h15

    Guillaume Laurin retrouve la complicité de Patrice Laliberté sur « Très belle journée »

    Guillaume Laurin retrouve la complicité de Patrice Laliberté sur « Très belle journée »

    Très sollicité par sa carrière de comédien, Guillaume Laurin poursuit toujours son parcours de scénariste et de réalisateur. En plus de retrouver ses collègues de Couronne Nord pour la grande aventure que sera la production du premier long métrage de fiction québécois financé par Netflix, l’artiste a également pris part en tant qu’acteur et coscénariste au long métrage de Patrice Laliberté « Très belle journée », actuellement en postproduction. « C’est un thriller. C’est un film noir autour du thème de la solitude et de la vie privée », décrit-il en entrevue lors de la soirée de lancement de la troisième édition du Festival Plein(s) écran(s).

    13 décembre 2018, 07h11

    Plein(s) Écran(s), un festival qui peut se permettre d’explorer

    Plein(s) Écran(s), un festival qui peut se permettre d’explorer

    Jusqu’au 15 décembre prochain, plus de 44 films seront présentés sur la page Facebook de Plein(s) Écran(s), festival inédit qui se déroule sur la fameuse plateforme numérique. Pour une troisième année consécutive, l’équipe offre la possibilité de visionner 4 courts métrages par jour gratuitement. Après une deuxième édition où les films diffusés ont été vus plus de 2,5 millions de fois, le cofondateur Jean-Christophe J. Lamontagne s’étonne encore du succès de l’entreprise qui s’est amorcée aux côtés de cinq de ses collègues en 2015.

    10 décembre 2018, 11h10