Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    GameON : Finance

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Limbo : un succès né dans la controverse

    Limbo : un succès né dans la controverse

    Limbo est un titre sur XBLA qui a remporté un immense succès auprès du public. Pourtant, ses concepteurs ont pris des décisions controversées par la communauté des joueurs. Certains y ont vu de l’arrogance alors que d’autres une marque de confiance dans la qualité de leur produit. « Ce jeu est né d’une idée de mon partenaire, Amt Jensen, explique Dino Patti. Je l’ai rencontré en 2006 et il travaillait depuis déjà deux ans sur le titre. Lorsque j’ai vu ce dont il s’agissait, j’ai tout de suite vu le potentiel et j’ai décidé de m’investir dans le projet avec lui. » Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Dino Patti au GameOn : Finance de Toronto.

    28 mars 2011, 00h10

    Quel est le bon prix pour un jeu sur le iPhone ?

    Quel est le bon prix pour un jeu sur le iPhone ?

    L’espace des jeux sur plateforme mobile s’est passablement transformé avec la venue des interfaces tactiles. De nombreux studios sont nés en cherchant à produire des succès sur le App Store par l’exploitation de cette technologie, mais la compétition est de plus en plus féroce. Tom Frencel est le PDG de Little Guy Games, une entreprise de jeu vidéo pour mobile de Toronto qui a aujourd’hui trois jeux à son actif. Pour survivre, l’entreprise a dû développer différentes stratégies de prix pour demeurer dans la course. Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Tom Frencel lors du GameON Finance de Toronto.

    21 février 2011, 00h05

    Hank Howie explique la vision des jeux sociaux de Blue Fang Games

    Hank Howie explique la vision des jeux sociaux de Blue Fang Games

    Blue Fang Games a eu une chance dans son parcours puisque le premier jeu à sortir de ses portes a remporté un franc succès. Zoo Tycoon, produit en collaboration avec Microsoft, a su gagner la faveur du public. Créant principalement des jeux pour les PC, les têtes dirigeantes de Blue Fang Games ont vu le marché des jeux vidéo se transformer à partir de 2008 et ont décidé d’agir. « Comme nous faisions des jeux qui s’adressaient déjà plus au public en général et non spécifiquement aux joueurs passionnés, nous avons été intéressés par ce qu’il se passait sur Facebook et avons décidé d’entrer dans ce marché. À la fin de 2009, nous lancions notre premier jeu sur le réseau social, Zoo Kingdom, et nous avons aujourd’hui 1,7 million d’utilisateurs. » Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré à Toronto.

    14 février 2011, 00h05

    La viabilité des jeux sociaux

    La viabilité des jeux sociaux

    Les jeux sociaux sont souvent perçus avec raison comme le nouveau Klondike dans l’industrie du divertissement numérique. Zinga, à qui l’on doit les Mafia War et Farmville, est l’une des compagnies émergentes ayant eu la croissance la plus rapide de l’Histoire et plusieurs entreprises ont connu de vifs succès dans ce nouveau marché. Il n’en demeure pas moins que plusieurs écueils existent pour les développeurs qui cherchent le succès et des efforts continus doivent être déployés pour s’attirer une clientèle fidèle et payante. À l’occasion de la conférence GameON : Finance à Toronto, Albert Lai de Kontagent, Hank Howie de Blue Fang Games et Greg Thomspn de Tall Tree Games ont raconté leurs expériences. Le Lien MULTIMÉDIA était sur place.

    31 janvier 2011, 00h19

    L’université Ryerson lance un programme en entreprenariat du jeu vidéo

    L’université Ryerson lance un programme en entreprenariat du jeu vidéo

    À l’occasion de la conférence GameOn Finance à Toronto, l’organisme Interactive Ontario a dévoilé son partenariat avec l’Université Ryerson pour mettre sur pied un tout nouveau programme fait sur mesure pour les entrepreneurs dans l’industrie du jeu vidéo. (Photo : Mark Lovewell, doyen par intérim de la faculté des arts de la Ryerson University, Sandra Pupatello, ministre du Développement économique et du Commerce de l’Ontario et Ian Kelson, président d’Interactive Ontario.)

    24 janvier 2011, 00h10

    bitHeads acquiert Playbrains et Bedlam Games

    bitHeads acquiert Playbrains et Bedlam Games

    Scott Simpson et Trevor Fencott étaient tout sourire au GameON Finance de Toronto, et ce, avec raison, leurs entreprises respectivent fusionnent sous la bannière de bitHeads pour investir le marché des propriétés intellectuelles transmédias. « Ça fait deux ans que l’on en parle, explique Scott Simpson, mais ça ne fait que quatre mois que nous travaillons vraiment à cette fusion. On ne pourrait demander un meilleur moment pour investir ce nouveau marché des jeux interconnectés. Avec ce qui se passe en Ontario, la volonté des institutions publiques et des différentes industries culturelles à investir le transmédia, c’est le moment de joindre nos efforts pour devenir un meneur dans ce marché. » Le Lien MULTIMÉDIA les a rencontrés à Toronto.

    21 janvier 2011, 00h20

    IUGO ne produit que des jeux pour mobiles

    IUGO ne produit que des jeux pour mobiles

    Il y a six ans, Hong-Yee Wong a laissé tomber un emploi de recherche en science pour lancer IUGO Mobile Entertainment, une boîte de Vancouver qui ne produit que des jeux pour plateformes mobiles. « Nous sommes très passionnés par le jeu mobile, explique Hong-Yee Wong. Nous avons publié nos propriétés intellectuelles sur toutes les plateformes et nous voulons aujourd’hui pousser encore plus nos produits sur le iPhone et la PSP. » Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré lors de l’événement GameOn : Finance.

    30 novembre 2009, 00h05

    HitGrab poursuit ses innovations sur Facebook

    HitGrab poursuit ses innovations sur Facebook

    HitGrab, le studio torontois derrière le jeu à succès Mouse Hunt sur Facebook, vient tout juste de lancer sa dernière application, le jeu MythMonger. « Ça va plutôt bien, même si on est loin des chiffres de Mouse Hunt, explique Joel Auge, PDG de HitGrab. Nous avons environ 60 000 personnes qui ont installé l’application et environ 16 000 qui jouent chaque jour. Tout ça en un mois. On doit collectionner des cartes tout en évitant les manipulations du MythMonger. » Outre ce nouveau titre, HitGrab entend utiliser Facebook pour se livrer à une large expérimentation sociale. Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré lors du GameOn : Finance 2009.

    25 novembre 2009, 11h20

    L’Australie, une scène importante du jeu vidéo

    L’Australie, une scène importante du jeu vidéo

    L’Australie est un des pays producteurs de jeux vidéo dont les caractéristiques sont similaires, bien que loin d’être identiques, au Canada. Film Victoria est une agence gouvernementale de l’état de Victoria, au sud de l’Australie, qui encourage les industries du cinéma et du divertissement interactif, à faire des affaires chez eux. « L’industrie australienne se porte bien, explique Brad Giblin, chargé de projets chez Film Victoria. Nous avons souffert de la récession, mais ce fut à l’image de ce qui s’est vu partout dans le monde. Quelques entreprises ont fermé leurs portes, d’autres ont diminué leur nombre d’employés, mais rien de dramatique. Heureusement, nous avons aussi connu de belles innovations, principalement dans les domaines du iPhone et du mobile. » Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Brad Giblin lors de GameOn : Finance 2009 à Toronto pour en apprendre un peu plus sur la scène du jeu vidéo australienne.

    13 novembre 2009, 00h10

    Fugitive Interactive poursuit sa lancée

    Fugitive Interactive poursuit sa lancée

    Fondée en 2003, Fugitive Interactive est un studio de développement de jeu vidéo indépendant qui s’intéresse d’abord aux marchés du mobile et du jeu pour tous (casual). Située à Montréal, l’entreprise a fait ses premières armes en collaboration avec Musique Plus. « Le jeu qui nous a mis sur la carte est un jeu de Beach Volley que l’on a réalisé avec la marque Musique Plus. C’était un des premiers jeux pour mobile, distribué par Rogers et édité par Pulse Mobile qui se trouve au Brésil. Nous continuons d’ailleurs cette collaboration avec une de nos nouvelles propriétés intellectuelles, Rallye Mania, pour laquelle nous avons bénéficié de l’appui du Fonds des Nouveaux Médias. Le jeu est sorti au Brésil, mais pas encore au Canada. » Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Olivier Jasmin lors de son passage au GameOn : Finance 2009.

    12 novembre 2009, 00h10

    Telltale Game mise sur un modèle d’affaires « par épisode » pour vendre ses jeux vidéo

    Telltale Game mise sur un modèle d’affaires « par épisode » pour vendre ses jeux vidéo

    Telltale Games est une entreprise dont le modèle d’affaires découle directement de sa capacité à distribuer ses jeux de façon numérique. « Nous avons un modèle qui fonctionne par épisode, explique Dan Connors, fondateur et directeur général de Telltale games. Depuis quatre ans, nous avons réalisé 29 différents épisodes pour cinq franchises. » Un plan novateur qui permet au développeur de minimiser l’impact des cycles de production. Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré Dan Connors lors de GameOn Finance de Toronto.

    10 novembre 2009, 00h10

    L’importance de l’innovation chez Ubisoft

    L’importance de l’innovation chez Ubisoft

    Yannis Mallat, c’est chose connue, a un faible pour la créativité et l’innovation. À toutes les tribunes auxquelles il prend part, il répète sans cesse le même message : ce qui distingue les studios d’Ubisoft au Québec, et bientôt en Ontario, demeure leur capacité à innover. À l’événement GameOn Finance de Toronto, il a expliqué comment l’innovation s’est intégrée dans le pipeline de production des jeux de ces studios. « La création de jeux vidéo doit avoir un sens. Ce sens, il est à chercher dans ce qui passionne les créateurs et ce qui les anime et ce sont les mêmes choses au bout de la chaîne pour le joueur. On parle de nouveauté, d’innovation, de moments mémorables, d’émotions vécues lors du jeu. Ça, c’est le cœur. Après, les moyens financiers viennent appuyer tout ça. C’est pour ça que j’ai choisi ce sujet aujourd’hui, pour être sûr que l’on travaille d’abord sur les bonnes choses. » Le Lien MULTIMÉDIA vous rapporte les propos qu’il a tenus lors de sa conférence à Toronto.

    9 novembre 2009, 00h11

    Jouer à Myst pour apprendre à l’école

    Jouer à Myst pour apprendre à l’école

    Idoodlestuff, une entreprise située à Ottawa et à Londres, se spécialise dans la conversion de moteurs de jeu pour en faire des outils d’apprentissage. « Avec nous, il devient possible pour le professeur d’insérer ses propres questions dans le jeu, explique Robert Sowah d’Idoodlestuff. Les élèves peuvent jouer à l’école ou chez eux, seuls ou en groupe. Le bénéfice est double puisque non seulement l’élève peut-il jouer pour apprendre, mais le professeur peut aussi voir les statistiques de ses élèves. Il peut donc identifier des passages qu’il a moins bien expliqués et revenir sur cette matière en classe. » Le premier produit d’Idoodlestuff reprend le moteur de Myst sur lequel ils ont acquis les droits à l’international.

    9 novembre 2009, 00h05

    BlackCherry Digital Media développe un MMO pour les jeunes

    BlackCherry Digital Media développe un MMO pour les jeunes

    Depuis sa création, l’équipe de BlackCherry Digital Media veut développer un produit qui lui appartienne. L’entreprise d’Ottawa a donc créé Trouble inc., un MMO visant une clientèle jeune. « Nous aimons beaucoup la niche des enfants, celle des garçons en particulier, explique John Seck. Nous cherchons à créer une expérience différente pour les enfants jouant en ligne. Plusieurs participent déjà à des MMOG, comme le Club Penguin. Ce qu’on sent, c’est qu’il y a un vide entre le moment où ils délaissent les jeux pour les plus petits et le moment où ils peuvent jouer à des jeux pour adulte comme World of Warcraft. » Le Lien MULTIMÉDIA a rencontré John Seck lors du GameOn Finance.

    9 novembre 2009, 00h05