Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    La vitalité de l’art numérique en Abitibi-Témiscamingue

    28 juin 2019, 07h00
         |      Article rédigé par Oriane Morriet.

    Une des missions du Forum Avantage Numérique organisé par le Petit Théâtre du Vieux Noranda du 26 au 30 mars 2019 à Rouyn-Noranda était de souligner la vitalité de l’art numérique en Abitibi-Témiscamingue. Expériences en réalité augmentée, projections architecturales, expositions participatives, concerts interactifs, scène théâtrale virtuelle… Les formes que prend la création numérique sont diverses et variées. Soutenue par les institutions publiques et privées de la région, cette production artistique est notamment stimulée par les étudiants des programmes de premier et second cycles en nouveaux médias de l’UQAT. Entretien avec les artistes numériques professionnels Dominic Leclerc, Jean-Ambroise Vesac et Serge Bordeleau pour en savoir davantage sur l’effervescence culturelle de l’Abitibi-Témiscamingue en matière de numérique.

    La vitalité de l’art numérique en Abitibi-Témiscamingue Dominic Leclerc.Photo: Oriane Morriet

    Tous trois artistes numériques, Dominic Leclerc, Jean-Ambroise Vesac et Serge Bordeleau développent toutefois des pratiques créatives distinctes. Jean-Ambroise Vesac travaille ainsi actuellement sur un projet de scène virtuelle intitulée ScnVir qui, sous forme d’une application mobile, a la particularité d’ouvrir des mondes parallèles en réalité mixte. « C’est un mélange d’espace 3D dans lequel on peut vraiment s’investir », explique-t-il. De son côté, Dominic Leclerc vient d’achever un projet de projection architecturale célébrant les 75 ans de la Caisse Desjardins de Rouyn-Noranda : « 75 ans de fierté ». Originellement réalisateur de cinéma, Serge Bordeleau se spécialise quant à lui dans la réalité virtuelle, avec des expériences produites par sa société, Nadagam Films, telles que « Abitibi 360 ».

    Selon ces créateurs, l’Abitibi-Témiscamingue est une région inspirante pour l’art numérique. Pour Serge Bordeleau, le territoire est une des clés de son identité. « Tout mon imaginaire est connecté avec le territoire abitibien. Mes films sont aussi teintés de mon amitié avec le peuple anishnabé », précise-t-il. Jean-Ambroise Vesac apprécie quant à lui la nature paisible qui lui permet de créer sans la pression des grands centres urbains. « Les gens sont dans une oasis culturelle, au milieu de la neige, au milieu de la forêt. Il y a quelque chose d’unique dans les hautes terres d’ici », commente-t-il. Cette même nature est vécue de façon brute par Dominic Leclerc, qui trouve fascinant le caractère extrême des conditions météorologiques. « Quand on est pris dans une tempête de neige, on est dans l’adversité. Et on décide d’y rester ! Ce mystère-là est fascinant, et me stimule », confie-t-il.

    Grâce au numérique, chacun de ces artistes peut explorer sa discipline d’une nouvelle manière. Les technologies comme la réalité virtuelle et la réalité augmentée offrent à Jean-Ambroise Vesac et Serge Bordeleau la possibilité d’engager différemment le public. D’une part, le spectateur est davantage impliqué dans l’oeuvre grâce à l’interactivité ; d’autres part, il est incité à découvrir de nouveaux territoires grâce à l’immersion. « Ce qui m’intéresse, c’est de créer des ponts entre les cultures. La réalité virtuelle est une nouvelle façon de satisfaire cette envie. C’est une nouvelle grammaire que l’on s’approprie tranquillement », explique Serge Bordeleau. « Le numérique se rajoute bien aux formes d’art classiques qui existent déjà », ajoute Dominic Leclerc. Il est en effet possible de mêler sculpture et projection numérique en menant à bien des projets de mapping, par exemple.

    Serge Bordeleau.

    Jean-Ambroise Vesac. Photos : Oriane Morriet.

    L’effervescence de la création numérique en Abitibi-Témiscamingue est sans conteste l’une des raisons du dynamisme économique et culturel de la région. Les artistes qui y vivent s’impliquent activement dans la communauté : Jean-Ambroise Vesac est responsable de l’Espace O Lab de Rouyn-Noranda ; Serge Bordeleau accompagne le Wapikoni Mobile en tant qu’encadrant cinéaste ; Dominic Leclerc conduit des projets artistiques avec diverses institutions commerciales et financières. Ces artistes encadrent également les étudiants de l’UQAT qui souhaitent mener à bien des projets artistiques dans le cadre de leur Maîtrise en création numérique. Porteuse de lien social en Abitibi-Témiscamingue, la création numérique semble ainsi au coeur de la collaboration entre les artistes, les habitants et les entreprises de la région.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité