Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    VIDÉO : Repenser l’architecture avec les nouvelles technologies, le projet de Magil Construction

    20 juin 2019, 05h13
         |      Article rédigé par Thomas Monteil.

    Comment concevoir la façon de créer et d’entretenir un bâtiment ? C’est autour de ce questionnement que MTL Connecte a articulé une de ses journées pour réunir des entreprises de la construction et des nouvelles technologies. Parmi celles-ci, l’entreprise Magil Construction est venue démontrer les innovations déjà présentes dans ces deux milieux. Représentant l’entreprise, Federico Pensa dirige et accompagne cette évolution technologique depuis 2016.

    VIDÉO : Repenser l’architecture avec les nouvelles technologies, le projet de Magil Construction Federico Pensa.Photo: Bettina Demarty

    L’entreprise Magil Construction est installée partout au Canada, de Montréal jusqu’à la Colombie-Britannique. L’entreprise a fait le choix, il y a quelques années, de faire évoluer sa manière de concevoir la construction par l’intégration de nouveaux moyens technologiques dans leurs processus. « Il y a d’abord eu une réflexion de deux ans et demi sur cette nouvelle ligne, explique Federico Pensa. La direction a jugé que pour rester compétitif dans l’industrie, il fallait offrir davantage de transparence et de mobilité aux acteurs qui nous faisaient confiance pour construire leurs bâtiments. Comme beaucoup d’autres, le domaine de la construction change très vite en ce moment. Mais cette décision s’est prise en amont. Grâce à des outils que nous maitrisons, nous pouvons offrir ce suivi de la construction et des suivis plus détaillés des structures dans le temps. Parce qu’aujourd’hui, les donneurs d’ouvrage connaissent maintenant l’importance d’acquérir beaucoup de données pour optimiser leurs bâtiments. »

    Lorsque Magil Construction s’est lancée dans cette voie, Federico Pensa s’est occupé activement de cette transition de fonctionnement. « Tous les processus que nous utilisons sont originaires de chez Magil Construction, explique-t-il. On a choisi de développer à l’interne ces technologies avec une filière de consultant BIM pour nous accompagner sur une première période. À l’époque, je travaillais déjà pour Magil et on m’a donné l’occasion d’avoir de nouvelles compétences. Tour à tour, nous avons été formés pour être aptes à continuer tout seul. À l’heure actuelle, on compte 6 personnes dans le département. »

    Cette nouvelle façon de créer de la donnée à partir d’un bâtiment répond donc à un besoin encore mal formulé il y a quelques années. Federico Pensa pense que le secteur de la construction a toujours évolué avec son temps, mais pas obligatoirement là où on l’attendait. « Les outils que nous mettons en place permettent de communiquer clairement la façon dont le bâtiment est fait et comment il sera, dit-il. Pour cela, nous avons mis en place des surveillances de chantier automatisés par drone, des modélisations 3D évolutives. Les procédés sont simples, mais permettent de communiquer ces nouvelles données. Jusqu’à aujourd’hui, on a davantage eu des innovations du côté de la consultation, la conception, ainsi que la mise en fabrication. Mais c’était alors des technologies qui répondaient à des besoins d’exécution, des besoins de l’instant. Maintenant, les demandeurs d’ouvrage veulent savoir ce qu’il adviendra de leur bâtiment d’ici 30 ou 35 ans. »

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité