Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    FounderFuel : Vish Color répond aux besoins réels de la communauté de coiffeurs

    1er août 2017, 00h19
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Avec une expérience de 25 ans comme coiffeur, mais aussi comme propriétaire de salons et formateur pour le fabriquant de produits capillaires Aveda, Timothy Howard, qui a eu plusieurs salons à St-John’s, à Terre-Neuve et au Labrador, a beaucoup voyagé à travers le pays et s’est rendu compte d’une certaine incurie dans la gestion des colorants. Son entreprise, Vish Color, faisait partie de la 10e cohorte de FounderFuel. D’ailleurs, il a tellement aimé la métropole québécoise qu’il n’est toujours pas retourné à Terre-Neuve, bien décidé d’implanter sa start-up au Québec.

    FounderFuel : Vish Color répond aux besoins réels de la communauté de coiffeurs Timothy Howard.Photo: Courtoisie

    « J’ai observé, tout au long de ma carrière, les besoins de l’industrie de la coloration, dans laquelle beaucoup d’argent se perd et où il n’y a aucune technologie, explique Timothy Howard. J’ai eu l’idée d’une solution technologique il y a 8 ans et j’ai commencé à vraiment développer le projet il y a 4 ans. » Le point de douleur, il l’avait trouvé : perte de produits, mauvaise gestion des stocks, service inexact, taux de renouvellement du personnel constant. « Il revient aux propriétaires et gestionnaires des salons de fixer les prix pour les coiffeurs et coiffeuses, note-t-il. Mais, ils n’ont pas en main toutes les informations pour bien le faire. »

    Timothy Howard s’est toujours intéressé à la technologie, mais, évidemment, il n’avait pas les connaissances pour créer lui-même son application. Il a fait appel à deux ingénieurs logiciels. Aujourd’hui, Vish Color compte six employés. « Avant notre solution, il n’existait aucune façon de mesurer les colorants, précise-t-il. Nous capturons l’inventaire et toutes les autres données qui se perdaient. Les propriétaires et gestionnaires accèdent à un tableau de bord qui présente toute la base de données et l’inventaire, ce qui permet de calculer le coût des produits avant que le client ne paie. » Vish Color permet ainsi d’accélérer la gestion de flux du travail. Comme la plateforme prend en charge le serveur dorsal, le travail des coiffeurs s’en trouve simplifié et l’entreprise peut générer des revenus.

    Le marché de Vish Color pourrait être très large, l’entreprise visant les salons de 2 à 100 employés à travers le monde. À ce jour, la start-up compte 25 commerces utilisant sa solution au Canada et aux États-Unis. Toutefois, Timothy Howard vise le monde. « Nous avons doublé nos affaires entre la mi-juin et la mi-juillet, souligne le président-directeur général. Et nous espérons les doubler, voire les tripler chaque mois, notre marché étant très large. Les gens du domaine connaissent les problèmes et nous leur offrons la seule solution actuellement disponible sur le marché. »

    Véritablement ravi de son passage chez FounderFuel, Timothy Howard reconnaît que l’exercice fut difficile, exigeant beaucoup de travail, ce qui a permis à Vish Color d’atteindre un autre niveau de maturité. « Aujourd’hui, nous portons notre attention sur nos nouveaux défis, dit-il. Outre le programme d’amorçage comme tel, le programme de mentorat a été particulièrement utile. » Au mois de septembre, Vish Color va organiser un lancement à grande échelle, le défi s’avérant de rejoindre davantage de clients dans plus de pays.

    Et Timothy Howard a décidé de faire venir son équipe à Montréal. En fait, il n’est jamais rentré à St-John’s après le programme FounderFuel. Le fondateur de Vish Color y aime l’environnement et la communauté des start-ups ici. Il a encore beaucoup de déplacements à faire et un réseau à bâtir. Pour le moment, il n’ouvrira pas de bureau physique, puisqu’il compte se déplacer en Europe et en Californie. « Je tiens à remercier FounderFuel et Real Venture, mais aussi toute la cohorte avec laquelle j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler et à qui je souhaite beaucoup de succès », conclut-il.

    DANS NOS ARCHIVES

    La difficile quête d’un modèle d’affaires pour les nouveaux médias

    La difficile quête d’un modèle d’affaires pour les nouveaux médias

    Peut-on devenir riche en faisant du Web ? Si oui, comment ? L’APFTQ a réuni une belle table de spécialistes pour répondre à ces questions, animée par Stépane Garneau, soit Marc Beaudet, (...)

    Suite