Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    FounderFuel : Lexop veut transformer l’envoi de documents officiels

    5 août 2017, 05h20
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Dans leur métier, les avocats doivent envoyer beaucoup de documents par le biais d’un huissier, en personne ou par courrier recommandé, une tâche fastidieuse et qui peut s’avérer coûteuse lorsqu’on fait affaire avec un huissier. Amir Tajkarimi, avocat de formation ayant travaillé chez Heenan Blaikie, puis conseiller en affaires juridiques à la Banque Nationale, en sait quelque chose. Un jour, à 16 h 15, il devait envoyer un document qui devait arriver avant 16 h 30 et il s’est dit qu’il devait bien y avoir une solution plus pratique et rapide. Ce fut son moment Eureka !, confie-t-il au Lien MULTIMÉDIA quelques jours après sa présentation de Lexop au FounderFuel Demo Day.

    FounderFuel : Lexop veut transformer l’envoi de documents officiels Amir Tajkarimi.Photo: Sophie Bernard

    « Lorsqu’on envoie des documents juridiques, il faut en avoir la preuve, explique le président-directeur général de la start-up. J’ai commencé à travailler sur une maquette avec Jean-Olivier Bouchard, un designer graphique que j’avais embauché. Quand je n’ai plus eu d’argent, il est devenu mon partenaire. » Ce dernier agit à titre de chef des services numériques et design. Michel Jamati s’est ensuite joint à l’équipe à titre de chef de la technologie un an plus tard. L’équipe a commencé la programmation de la plateforme en septembre 2015 et une version bêta était prête en février de l’année suivante. En un an et demi, Lexop a été adoptée par 300 entreprises. Le produit visait d’abord les avocats, qui paient 6 $ par destinataire, peu importe le nombre de documents, ce qui revient à dix fois moins qu’un service par huissier. C’est par hasard qu’une nouvelle voie s’est ouverte à Lexop (du latin loi et opération), celle de l’immobilier de 10 logements et plus, un secteur dans lequel les envois de courrier s’avèrent importants comme un renouvellement de bail ou une notice de cession de bail. Aujourd’hui, l’entreprise a développé une offre particulière pour cette cible. Son premier client fut l’Université de Montréal, qui compte un parc de 1 600 logements. Aujourd’hui, Lexop compte un client qui possède 18 000 appartements.

    Chaque envoi de document officiel exige une certaine sécurité, or, le 1er janvier 2016, la loi a changé stipulant qu’il devenait possible de signifier un avis de manière électronique, certains critères devant s’appliquer. « Nous avons développé un système d’envoi par courriel avec une preuve, de la sécurité et de la fiabilité, précise Amir Tajkarimi. Même la Régie du logement reconnaît notre outil. En fait, c’est grâce à des dossiers de l’Université de Montréal devant la Régie que nous avons fait nos premiers pas dans le secteur immobilier. Depuis, des dizaines de décisions ont été prises en prenant en compte l’envoi par courriel. Nous avons même signé une entente avec la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec qui offre notre service à ses quelque 25 000 membres. »

    Avec Lexop, les cabinets d’avocats peuvent accéder à un tableau de bord qui leur permet d’envoyer les documents et de les suivre, le tout en temps réel, une réelle valeur ajoutée pour la profession. La plateforme gère la conformité, avec trois niveaux de preuves. « Nous venons perturber un marché qui n’a pas bougé depuis 1835, souligne le PDG de la start-up. Depuis que la loi a changé, nous représentons la seule solution du genre en Amérique du Nord. Et comme les gens utilisent de plus en plus leurs appareils mobiles, nous travaillons à une solution du même genre par SMS, surtout pour le secteur immobilier. Dans le milieu juridique, j’aurais parlé de cette solution il y a cinq ans et les avocats seraient partis en courant ! » À ce jour, 5 millions de pages ont été livrées sans recourir à l’impression, faisant de Lexop une solution écologique.

    À ses yeux, FounderFuel s’avère la meilleure chose qu’y soit arrivé à Lexop, permettant d’amener l’entreprise à un autre niveau, grâce au réseau et aux mentors. « Je suis devenu un leader exécutif avec davantage de connaissance en trois mois qu’au cours des trois dernières années, dit Amir Tajkarimi. Cela m’a permis de mieux cibler notre proposition de valeur et j’en ai conclu que cela demande énormément de préparation pour faire une présentation de cinq minutes. Quand on parle à un investisseur, tous les mots comptent. Un investisseur, contrairement à un client, se fout de la douleur, il veut une opportunité. »

    Lexop se lance dans une ronde de financement de 2 millions $ pour prendre de l’expansion à l’extérieur du Québec et particulièrement aux États-Unis afin d’aller prendre la plus grande part de marché et se positionner comme leader, comme l’a fait DocuSign en matière de signature électronique. « Nous sommes en mode road show, nous visons certains investisseurs et nous espérons conclure fin septembre », conclut-il.

    DANS NOS ARCHIVES

    Technicolor et sa nouvelle plateforme MIDAS

    Technicolor et sa nouvelle plateforme MIDAS

    Philippe Pelletier, gestionnaire en nouveaux médias chez Technicolor, a introduit le système Midas lors des rencontres qui avaient lieu au Festival de cinéma des 3 Amériques. « Midas c’est (...)

    Suite