Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    À Nantes, une première maison construite en impression 3D

    10 juillet 2019, 11h00
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Il s’en passe des choses à Nantes en matière de numérique ! La ville a réellement pris le virage, grâce, entre autres, à la présence de l’Université de Nantes qui mise depuis des décennies sur la recherche et l’innovation. C’est d’ailleurs une forte délégation nantaise qui est présente à MTL Connecte, cinq journées de conférences organisées dans le cadre du Printemps numérique. Parmi ces invités, on retrouve Benoit Furet, professeur à l’IUT de Nantes, chercheur au Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (LS2N) et responsable cellule de compétence « Robotique et Procédés » de CAPACITES SAS. Lors de la journée consacrée à l’architecture, il est venu présenter le projet de maison imprimée en 3D qu’il a dirigé.

    À Nantes, une première maison construite en impression 3D Benoit Furet.Photo: Sophie Bernard

    Derrière le projet YHNOVA, on retrouve les équipes de recherche du LS2N (Université de Nantes, CNRS, École Centrale, Inria, IMT Atlantique) et de l’institut de Recherche en Génie Civil et Mécanique (Université de Nantes, CNRS, École Centrale). L’idée de départ était de faire évoluer l’habitat social, la région nantaise connaissant une intensification et un étalement urbain. Au coeur de ce projet, on retrouve aussi une réflexion sur la réduction des coûts de construction et de la pénibilité du travail ou encore la facilitation des chantiers.

    « Nous avons donc entrepris une réflexion sur la 3D, note Benoit Furet. Or, le principe fondamental de la 3D se trouve dans le numérique. Il faut un modèle CAO de l’objet numérique, puis on imprime avec des matériaux solides. Mais, l’impression 3D demeure très fragile, comme un mille-feuille. » La 3D donne de la fabrication additive plutôt que soustractive, comme dans les pièces usinées. Cette méthode est intéressante pour les pièces uniques, beaucoup moins pour les pièces fabriquées en série, comme les voitures. Et la 3D ne remplacera pas tout, note le conférencier. Jusqu’ici, on fait surtout des petits objets, Benoit Furet a voulu faire des objets XXL, ayant d’abord eu l’idée de créer un abri d’urgence.

    JPEG - 56.2 ko
    YHNOVA Crédt : Patrick Garçon Nantes Métropole

    On utilise déjà l’impression 3D en bâtiments et travaux publics, mais surtout pour créer des maquettes. Mais une maison entière ? Le professeur à l’IUT de Nantes est allé voir ce qui se faisait un peu partout dans le monde, car, entre autres, en Russie et en Chine, l’expérience avait déjà été tentée, mais aucune n’a été certifiée à ce jour. En Chine, par exemple, la Shanghai Winsun Decoration Design Engineering Co a construit dix maisons en imprimant du mortier et en montant les maisons morceau par morceau. Or, avec le mortier, il faut que les couches du haut puissent être soutenues par les couches du bas.

    La technologie BatiPrint3D consiste à déposer trois couches de matériaux par le biais d’un robot industriel polyarticulé : deux couches de mousse type expansive servent de coffrage à une troisième couche de béton. En utilisant la modélisation des données du bâtiment (traduction de Building Information Modeling ou BIM), l’équipe a créé les trajectoires du robot qui, posé sur la dalle de béton préalablement coulée, imprime les murs en couplant mousse et béton.

    Mais pourquoi robotiser la construction d’une maison ? « Depuis la nuit des temps, l’homme cherche à faciliter son travail en le mécanisant, explique Benoit Furet. Le concept de maison imprimée permet de réduire la pénibilité du travail et d’attirer les jeunes sur les chantiers. Aujourd’hui, nous nous trouvons dans l’ère de la cobotique, de la collaboration du robot et de l’homme. » Construite en quelques jours, la maison YHNOVA, d’une surface de 95 m2, comprend cinq pièces, des murs arrondis, des coins, des portes-fenêtres, des fenêtres et des portes. Installée au bas de logements sociaux en forme de barre, elle se trouve cependant cachée des regards indiscrets de ses voisins. Aucun arbre n’a été abattu sur le terrain puisque les courbes de la maison ont permis de les contourner. Le logement social a été inauguré le 21 mars 2018, un an après la présentation du projet dans le cadre de Nantes City Lab, le laboratoire de Nantes Métropole. Mais, surtout, elle est vraiment habitée, donc certifiée.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité