Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Les 17es Sommets du cinéma d’animation détaillent leur programmation complémentaire

    21 novembre 2018, 07h15

    Après les annonces des différentes compétitions, les Sommets du cinéma d’animation mettent l’accent sur l’ensemble de la programmation complémentaire du 21 au 25 novembre : projections spéciales, expositions, ateliers pour les enfants, classes de maître.

    Les 17es Sommets du cinéma d’animation détaillent leur programmation complémentaire Les Sommets du cinéma d’animation.Photo: cinematheque.qc.ca

    Cette panoplie d’activités, présentées à la Cinémathèque québécoise ainsi qu’au Cinéma Moderne, s’adresse à tous les publics curieux et passionnés, qu’ils soient professionnels ou amateurs.

    Les événements spéciaux

    Ce sont des moments privilégiés que les Sommets offrent au public en les conviant à des leçons de cinéma et aux expositions. Ce sont des occasions de partage, de rencontres et d’apprentissage pour tous.

    En apprendre plus, découvrir, décortiquer, c’est là l’essence des leçons de cinéma. La toute première, présentée en collaboration avec l’ONF, est celle de Clyde Henry, intitulée « La musique des marionnettes ». Le jeudi 22 novembre à partir de 10 h, le duo Clyde Henry, constitué des artistes Chris Lavis et Maciek Szczerbowski, livrera ses idées sur l’importance de la musique en animation. Pendant cinq heures, les cinéastes de « Madame Tutli-Putli » (finaliste aux Oscars 2008 dans la catégorie courts métrages d’animation) inviteront successivement les compositeurs John Kameel Farah, Jean-Frédéric Messier et Patrick Watson, chacun épousant une période de leur production artistique. Le lendemain, vendredi 23 novembre à 13 h 15, c’est l’un des membres du jury de la Compétition internationale et réalisateur, danseur et chorégraphe, l’Autrichien Paul Wenninger, qui offrira un aperçu de son travail sur le corps dans certains de ses films (« Trespass », « Dead Reckoning »). Rappelons que Paul Wenninger avait obtenu le Grand Prix des Sommets en 2013 pour « Trespass ».

    Enfin, le réalisateur émergent américain Sean Buckelew donnera sa leçon le 25 novembre à 14 h. En quelques films, ce dernier s’est imposé comme un créateur à la trajectoire prometteuse, notamment par sa grande créativité de dessin et son humour narquois. Le réalisateur californien présentera ses trois principaux films et parlera des défis que représente le cinéma d’animation indépendant aux États-Unis. Sean Buckelew est également programmateur au GLAS Animation Festival. D’ailleurs, la veille, soit le 24 novembre à 17 h, une sélection de courts métrages de ce festival sera projetée en sa présence et celle de Jeanette Bonds, la directrice et cofondatrice du GLAS Animation Festival de Berkeley. Intitulé « La jeune animation indépendante américaine », ce programme de courts métrages, présenté en collaboration avec le Consulat général des États-Unis à Montréal, reflète le vent de nouveauté et d’invention issu de la scène indépendante américaine en animation.

    Des expositions s’ancrent dans la programmation des Sommets : elles seront accessibles au sein du foyer Luce-Guilbeault et de la salle Norman-MacLaren de la Cinémathèque, dès le 21 novembre. Quelques-uns des dessins ayant été exécutés pour la reconstruction de « Gertie, le dinosaure » de Winsor McCay seront ainsi mis en valeur. Le travail colossal nécessaire à la restauration de ce film d’animation de 1914 est le fruit d’une collaboration entre David L. Nathan, Donald Crafton, l’ONF et la Cinémathèque québécoise. En complément à cette exposition, il ne faudra pas manquer la discussion du dimanche 25 novembre à 12 h 30 avec les artisans de l’ONF (notamment Luc Chamberland et Éloi Champagne) qui se sont attelés à la reconstruction du film. Le tout culmine avec la projection – production théâtrale « Winsor et Gertie » le dimanche en soirée, mettant en vedette les acteurs Stéphane Crête, Sébastien René, le compositeur et pianiste Gabriel Thibaudeau, mais surtout, à l’écran, la véritable star : Gertie, le dinosaure.

    De plus, entre les murs de la Cinémathèque on retrouvera les affiches de Jan Lenica, dans le cadre de la grande Leçon de cinéma La musique des marionnettes et l’exposition « Frédéric Back – La célébration de la vie », regroupant des dessins d’animation et autres artefacts de ses films, de véritables odes à la vie.

    Les activités familiales

    Cette 17e édition propose également plusieurs activités pour la famille. Tout d’abord, le très beau film tchèque « L’Étrange forêt de Bert et Joséphine » de Filip Pošivac et Barbora Valecká sera projeté le samedi 24 novembre à 10 h 30. Cette projection sera suivie d’un programme jeunesse débutant à 11 h 30. Plusieurs films provenant de différents pays y seront présentés, dont « Bêtes de famille » de la Québécoise Alexandra Lemay et « Déluge à Sous-bois-les-bains » du Français Mathieu Auvray. Ce même programme sera repris le lendemain dès 15 h au Cinéma Moderne. En collaboration avec le Festival Stop Motion Montréal, les Sommets présenteront un atelier de pixilation, le samedi 24 novembre à 13 h. Acteurs et objets prendront vie devant l’appareil photo, une image à la fois, créant ainsi des effets visuels amusants. Les enfants (à partir de 7 ans) sont invités à contribuer aux différents aspects de la création d’un film animé stop motion, entre autres à la réalisation, à la prise de photos, à l’animation d’objets et à la création d’effets spéciaux fait main.

    Finalement, rappelons que la cinéaste suisse Isabelle Favez fera l’objet d’une rétrospective le dimanche 25 novembre à 11 h. Neuf de ses courts métrages seront projetés dont « Circuit marine », récipiendaire en 2004 de la Mention spéciale au Festival international de Berlin, ou encore de « Messages dans l’air ». Les enfants de 5 ans et plus pourront participer à un atelier en sa compagnie qui débutera à 13 h. Ils auront le plaisir de découvrir les techniques d’animation et de fabriquer un jouet d’optique ancien : « le thaumatrope ». Un goûter léger sera offert.

    Des présentations spéciales

    En plus de sa programmation régulière, plusieurs présentations spéciales auront lieu pendant les Sommets, les cinéphiles de tous âges pourront ainsi découvrir des oeuvres de techniques très variées. D’ailleurs, plusieurs types d’animation coexistent dans le long métrage japonais « Mind Game » de Masaaki Yuasa qui sera projeté, en partenariat avec GKids et Panorama Cinema, le vendredi 23 novembre à 21 h. Inspiré du manga du même nom, ce film culte, véritable ovni, sorti en 2004, a reçu plusieurs récompenses dans divers festivals. Cette projection représente une belle occasion de le (re)voir sur grand écran. Dans les jours suivants, le public pourra découvrir les films d’animation « Ce magnifique gâteau  ! » du duo Emma de Swaef et Marc James Roels, « Virus Tropical » du réalisateur colombien Santiago Caicedo ainsi qu’un fascinant documentaire de Fabrice de Welz intitulé « Des cowboys et des indiens », le cinéma de Patar et Aubier sur le célèbre duo de cinéaste belge.

    Finalement, sera projeté en clôture des Sommets le dimanche à 19 h 30, « Chris the Swiss » d’Anja Kofmel. Cousin de la réalisatrice, Chris, jeune journaliste suisse, a été retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances en Croatie en janvier 1992, en plein conflit yougoslave. Il était vêtu de l’uniforme d’une milice étrangère. Petite, Anja Kofmel admirait ce jeune homme ténébreux. Devenue adulte, elle décide d’enquêter pour découvrir ce qui s’est passé et comprendre l’implication réelle de Chris dans un conflit manipulé par des intérêts souvent inavoués. Très remarqué dans les festivals internationaux, ce film d’animation documentaire est un incontournable.

    Partenaires

    Les Sommets du cinéma d’animation tiennent à remercier les partenaires suivants pour leur soutien : le Ministère de la Culture et des Communications du Québec, le Conseil des Arts du Canada, le Conseil des Arts de Montréal, Téléfilm Canada, le Bureau des festivals de la Ville de Montréal, la Cinémathèque québécoise, la Caisse de la culture, l’Office national du film du Canada, Corus Media, École NAD, Le Devoir, la Fabrique culturelle de Télé-Québec, Publicité sauvage, le Consulat général des États-Unis à Montréal, le Consulat général de Suisse à Montréal, Swissfilms, Unifrance, l’Ambassade d’Autriche à Ottawa, Médiafilm, Festival international du film d’animation d’Annecy, GKids, Cartoon Brew, Panorama Cinéma, le Festival Stop Motion Montréal, le Festival de cinéma de la Ville de Québec, le Cinéma Moderne, l’Alliance Animation Québec, Wikimedia Canada, Montreal Gaymers, Piano Esmonde White, Zone Festival, l’Hôtel Travelodge et l’Hôtel Zéro 1.

    DANS NOS ARCHIVES

    Le « pays » est-il soluble dans la culture Web ?

    Le « pays » est-il soluble dans la culture Web ?

    La raison essentielle à la base de la tenue dans Le Lien MULTIMÉDIA d’une chronique comme celle sur la monétisation des contenus c’est qu’elle permet d’évaluer un tant (...)

    Suite