Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Le Festival Plein(s) Écran(s) dévoile la programmation de sa 4e édition

    8 janvier 2020, 06h04

    Du 15 au 25 janvier prochains, le festival Plein(s) Écran(s) est de retour avec une offre cinématographique de haut calibre qui donne à voir la crème de la crème du court métrage québécois et français. Son concept unique au Québec présente 4 films par jour, pendant 24 h, accessibles gratuitement sur tous les territoires via Facebook, le plus important réseau social au monde.

    Le Festival Plein(s) Écran(s) dévoile la programmation de sa 4e édition «Le Prince de Val-Bé» .Photo: Image tirée du film

    Ce sont près de 3 millions de visionnements qui ont été récoltés durant le précédent festival en plus de cumuler un auditoire d’abonnés qui pourrait remplir le Centre Bell à pleine capacité. Pour avoir accès à toute la programmation, il suffit de s’abonner à la page Facebook de Plein(s) Écran(s) et de sélectionner voir en premier afin de profiter d’une sélection de films forte en intensité et en émotions directement sur vos appareils de visionnement, où vous le voulez, quand vous le voulez.

    24 films québécois et 8 films français de tout acabit

    « Le Prince de Val-Bé », sixième court réalisé par Jean-François Leblanc, marquera l’ouverture du festival en annonçant toute la qualité de la compétition québécoise et française. L’intensité de ce film à la fois hilarant et tragique est portée avec justesse par le jeu des acteurs, notamment Éric Robidoux et Irlande Côté. Comme bon nombre des films de la sélection 2020, « Le Prince de Val-Bé » porte un regard à la fois hostile et rempli d’affection sur la ruralité. Des courts comme « Recrue » de Pier-Philippe Chevigny, « Mon Boy » de Sarah Pellerin ou encore « Acadiana » de Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin, s’attèlent tous avec tendresse et transparence à ce thème. Certains de ces derniers courts ont d’ailleurs fait un passage remarqué au TIFF avant de passer chez Plein(s) Écran(s). Le festival présentera également des courts primés sur plusieurs continents, tels le délirant « Pauline Asservie » de Charline Bourgeois-Tacquet (sélection à la semaine de la critique de Cannes, en lice dans la course au César 2020) et « Brotherhood » de Meryam Joobeur, qui a fait le tour des festivals et récolté plus de 63 prix au passage et récemment en présélection au Oscars. Une première mondiale, « Jeep Boys » de Alec Pronovost (« Tony Speed », la série « Le Killing »), viendra également ponctuer la première journée du festival. Un film mystère très attendu au Québec sera présenté durant seulement 3 h lors du dernier jour du festival, le 25 janvier.

    Une clôture remarquable

    Enfin, la programmation paritaire, soulignons-le, choisie par Paul Landriau (directeur à la programmation) et Tam Dan Vu (programmatrice France) sera couronnée par une Classe de maître de notre cinéaste à l’honneur, Chloé Robichaud. Après deux longs métrages qui ont fait le tour du Monde (« Sarah préfère la course » et « Pays »). Cette leçon de cinéma donnée au Centre Phi le 25 janvier sera gratuite et précédera la cérémonie de remise de prix. Celle-ci se voit d’ailleurs bonifiée, passant de 4 à 5 prix dans la compétition québécoise avec l’ajout d’une bourse en argent de 1 000 $ pour le prix du public. Au total, c’est plus de 36 000 $ qui seront remis aux cinéastes d’ici. La classe de maître sera précédée d’une rétrospective de trois créations de Chloé Robichaud (« Chef de meute », « Maternel » et le pilote de la websérie « Féminin/Féminin »).

    Le lancement de la programmation aura lieu au Cinéma Moderne le 14 janvier vers 19 h et ouvrira les festivités avec la projection des 4 premiers films de l’évènement. Pour clore le festival, le party de clôture qui suivra la remise de prix se tiendra le 25 janvier au Centre Phi.

    Quelques nouveautés

    Pour la Carte blanche de sa 4e édition, ce sont les Rencontres Internationales du Documentaire de Montréal (RIDM) qui prennent d’assaut le premier week-end du festival, soit les 18 et 19 janvier, avec 7 courts documentaires choisis par Bruno Dequen, directeur à la programmation du festival documentaire le plus influent du Québec. « La vision du festival est d’abord de démocratiser le court métrage en le rendant accessible au plus grand public. En faisant tomber les frontières physiques, mais aussi de catégories, il nous semblait essentiel d’aller vers un choix audacieux et d’explorer la forme documentaire dans ce qu’elle a de plus artistique et libre », explique Catherine Legaré-Pelletier, directrice générale nouvellement en poste de Plein(s) Écran(s).

    Rappelons que celle qui porte en elle une véritable passion pour le court métrage et qui connaît si bien l’initiative Plein(s) Écran(s), Julianne Côté est, pour une deuxième année consécutive, la porte-parole du festival.

    Plusieurs nouveautés feront vibrer les festivaliers et festivalières cette année. Un nouveau partenaire média officiel, le VOIR, signe la coproduction d’une nouvelle série de podcasts, Plein(s) Écran(s) - la balado. L’équipe du Voir et celle de Plein(s) Écran(s) présentent 19 épisodes d’entretiens avec les cinéastes et les artisans d’une sélection de 19 courts métrages québécois sur les 24 en présentation au festival. Animée par Nicolas Krief, la série sera l’occasion pour le public de découvrir l’envers du décor du film qu’il va ou vient tout juste de visionner.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité