Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    « M.I.L.F. » redéfinit les codes de la dramaturgie

    24 février 2020, 10h00
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Originaire de l’Outaouais, Pierre Antoine Lafon Simard est diplômé du département de théâtre de l’Université d’Ottawa en 2004, du Conservatoire d’art dramatique de Québec en interprétation en 2007 et du programme de mise en scène de l’École nationale de théâtre du Canada en 2009. Comédien et metteur en scène, il est aujourd’hui directeur artistique au Théâtre du Trillium, à Ottawa. On peut voir son travail de metteur en scène actuellement à Montréal, dans la pièce « M.I.L.F. », sur des textes de la poétesse Marjolaine Beauchamp, au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui.

    « M.I.L.F. » redéfinit les codes de la dramaturgie Pierre Antoine Lafon Simard.Photo: Rémi Thériault

    Sur scène, on retrouve trois femmes, trois mères, trois sexualités, trois voix qui s’entrecroisent : une M.I.L.F. (Mother I’d Like to Fuck), une M.I.L.S. (Mother I’d Like to Save) et une M.I.L.K. (Mother I’d Like to Kill). L’auteure, à travers des textes sur la sexualité et la maternité, a réuni des poèmes, certains écrits il y a quelques années, d’autres lors de la création de la pièce en 2017 au Théâtre du Trillium. Le metteur en scène et l’auteure avaient déjà collaboré ensemble sur le projet « Taram », devenu, au fil du temps, le premier volet d’une trilogie dont le deuxième est « M.I.L.F. ».

    « Au Trillium, nous créons, produisons et diffusons des artistes francophones de la région de l’Outaouais, des créateur ultra contemporains et hors normes à qui nous offrons un point de rencontre », explique son directeur artistique. « M.I.L.F. » s’inscrit dans ce crédo. Déjà dans le premier volet, Pierre Antoine Lafon Simard et Marjolaine Beauchamp avaient mis en place une série de règles d’engagement, de contraintes physiques et scénographiques, dans l’esprit d’un théâtre punk, alternatif.

    Par exemple, la mise en scène exclut l’éclairage de plafond et la musique a été créée à partir d’échantillons de musiques que les créateurs écoutaient lorsqu’ils étaient jeunes ou d’autres qui ont touché leur vie. « Comme nous travaillons avec du matériel non dramatique, à savoir les poèmes de Marjolaine, il a fallu trouver les codes pour créer l’arc dramatique, souligne le metteur en scène. Le travail a été réalisé en amont, Marjolaine étant arrivée avec une kyrielle de textes qui possèdent un fil conducteur et à partir desquels nous avons créé le texte. Le travail s’est fait sur scène. »

    En ce qui a trait au travail avec les interprètes, l’enjeu, lors de la création en 2017, se trouvait dans le fait que l’auteure n’avait jamais joué au théâtre. Elle avait, certes, une connaissance de la scène comme slameuse. Son « défaut » est devenu une grande qualité, estime Pierre Antoine Lafon Simard. « Il fallait trouver des interprètes qui puissent l’accoter, dit-il. Nous avons développé un vocabulaire unique à ce processus. Déjà dans "Taram", nous sommes allés chercher Micheline Marin, une comédienne d’une cinquantaine d’années qui avait presque abandonné sa carrière sur scène. Nous avons adopté la même approche pour "M.I.L.F." » Ce code, le metteur en scène ne l’appliquera pas à d’autres créations, si l’on excepte le troisième volet de cette trilogie. La musique de Pierre-Luc Clément demeure fondamentale à la pièce.

    « M.I.L.F. » sera présentée à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui du 18 février au 7 mars 2020 (avec deux supplémentaires les 29 février et 7 mars à 20 heures), mais pas une journée de plus. Marjolaine Beauchamp est mère d’un enfant et Pierre-Luc Clément vient d’être papa de jumeaux. On ne peut pas créer une pièce autour de la maternité sans tenir compte de la réalité des membres de la production, estime le metteur en scène.

    La présentation de « M.I.L.F. » marque le début d’une résidence de deux créations de l’auteure et du metteur en scène à la salle Jean-Claude-Germain. La résidence reste à définir avec Sylvain Bélanger, codirecteur général et directeur artistique du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui, explique le metteur en scène. Dans l’ébauche du troisième volet, un consensus semble se dessiner entre les deux créateurs. Les deux premiers volets de la trilogie se voulaient résolument féminins, voire féministes. « Dans le troisième, la parole sera donnée aux hommes, histoire de ne pas prêter flanc à la critique, précise Pierre Antoine Lafon Simard. Le théâtre féministe ne donne pas que la parole aux femmes. C’est ce que l’on sait pour le moment. C’est l’avantage de ce genre de travail de création. »

    « M.I.L.F. »

    • Texte et interprétation : Marjolaine Beauchamp
    • Mise en scène Pierre Antoine Lafon Simard
    • Interprétation : Geneviève Dufour, Stéphanie Kym Tougas
    • Assistance à la mise en scène et régie : Benoit Roy
    • Éclairages : Guillaume Houët
    • Musique : Pierre-Luc Clément
    • Appui dramaturgique : Dominique Lafon
    • Du 18 février au 7 mars 2020

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité