Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Télé-Québec diffusera le 3 octobre « Troller les trolls », une enquête-choc avec Pénélope McQuad

    28 septembre 2018, 07h10

    En dix ans à peine, les médias sociaux ont changé la face de la place publique. Cinq millions de Québécois ont désormais un compte Facebook... Si ce type de plateformes a démocratisé la parole, il a aussi révélé l’existence d’un terreau d’idées nauséabondes qu’on croyait à jamais disparues. Appels à la déportation, misogynie abjecte, menaces de mort… Mais qui est véritablement derrière le clavier ? Pénélope McQuade, elle-même victime du phénomène, appelé « trolling », tente de répondre à ces questions en plongeant dans le monde qui se cache de l’autre côté de l’écran. L’enquête-choc signée par le réalisateur Hugo Latulippe « Troller les trolls » sera diffusée à Télé-Québec, le mercredi 3 octobre à 20 h.

    Télé-Québec diffusera le 3 octobre « Troller les trolls », une enquête-choc avec Pénélope McQuad Pénélope McQuade.Photo: «Troller les trolls»

    Quiconque fréquente les réseaux sociaux sait que le climat social 2.0 peut être violent et cruel. L’ONU estime d’ailleurs que près des trois quarts des femmes qui utilisent Internet ont déjà été confrontées, d’une manière ou d’une autre, à des violences en ligne. Au Québec, on n’a qu’à penser aux cas de plusieurs personnalités publiques qui se font intimider par des trolls sur les réseaux sociaux et qui les dénoncent. Si les réseaux sociaux ont permis l’émergence d’une nouvelle prise de parole par quiconque la revendique, celle-ci a un prix. Jusqu’où la liberté d’expression peut-elle aller ? Savons-nous débattre au Québec ? Quelle est l’influence des réseaux sociaux sur la place publique québécoise ?

    « Certains trolls préoccupent particulièrement. Ils s’acharnent de jour comme de nuit. Ils fleurtent avec l’insulte et l’intimidation. Ils s’immiscent dans toutes les craques de notre quotidien. D’abord anonymes… et puis de moins en moins. […] J’ai moi-même reçu mon lot de messages inquiétants. » — Pénélope McQuade

    Pour mener à bien sa grande enquête, Pénélope McQuade va à la rencontre de gens de groupes parmi les plus ciblés par les trolls — les femmes, les personnes issues de la diversité et les gens de la politique gauche-droite — de chroniqueurs, de spécialistes, etc. Parmi eux : le journaliste Patrick Lagacé, les chroniqueuses Judith Lussier et Sophie Durocher, le chroniqueur Richard Martineau, la spécialiste des médias sociaux Nellie Brière, l’essayiste Aurélie Lanctôt, la figure emblématique de la grève étudiante québécoise de 2012 Gabriel Nadeau-Dubois, la co-fondatrice de Parole et femme, Dalila Awada, et bien d’autres de ces personnes publiques trollées. Elle demande également à Geneviève Lajeunesse, une pro des réseaux sociaux, de l’aider à retracer un de ces trolls, qui lui semble potentiellement inquiétant, pour engager une discussion avec la personne anonyme derrière l’écran.

    Pénélope McQuade poursuivra la discussion tout de suite après la diffusion du documentaire sur la page Facebook de Télé-Québec.

    « Troller les trolls »

    • Entrevues : Pénélope McQuade
    • Réalisation : Hugo Latulippe
    • Productrice déléguée : Marie-Claude Morazain
    • Production : Production Esperamos II, Québec, 2018

    DANS NOS ARCHIVES

    Loftslag d’Oskar Ericsson à la galerie Oboro

    Loftslag d’Oskar Ericsson à la galerie Oboro

    À la galerie Oboro, l’artiste islandais Oskar Ericsson présente Loftslaf, signifiant « climat », mais offrant d’autres interprétations comme « le chant de l’air ». Mettant en (...)

    Suite