Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    « Misery » de Jean-François Pichette sera à la Salle Alec et Gérard Pelletier du 29 juin au 10 août 2019

    8 juin 2019, 23h30

    Le comédien Jean-François Pichette signe sa première mise en scène avec le drame psychologique « Misery ». La production prendra l’affiche pour une vingtaine de représentations à la Salle Alec et Gérard Pelletier, nichée au cœur de la charmante ville de Sutton, tout l’été.

    « Misery » de Jean-François Pichette sera à la Salle Alec et Gérard Pelletier du 29 juin au 10 août 2019 Distribution de «Misery».Photo: Théâtre Sutton

    Tirée du roman culte de Stephen King et adaptée pour le théâtre par le scénariste oscarisé William Goldman (auteur du film culte, lui aussi), l’oeuvre « Misery » est un thriller réglé au quart de tour. Les dialogues percutants et les personnages plus grand que nature font de cette pièce une partition réjouissante pour les acteurs. Le duo Robert Toupin dans le rôle de l’auteur Paul Sheldon, et Andrée Pelletier dans celui de la psychopathe Annie Wilkes, aura le plaisir de défendre la pièce montée pour la première fois au Québec dans une traduction d’ici et approuvée par l’auteur. Michel Fradette complète la distribution dans le rôle du policier.

    Ce tête-à-tête sanguinaire fait rire et réfléchir. L’issue de la confrontation entre un auteur et sa lectrice devient ici une question de vie ou de mort. La pièce rappelle de façon tragique et jouissive que la fiction marque nos vies. Les médias, aujourd’hui, jouent sur la ligne du vrai et du faux. Une pure invention diffusée dans les réseaux sociaux devient facilement un récit réel aux yeux du lecteur.

    « Monter cette pièce est pour moi l’expérimentation de la mise en scène à travers un texte qui me parle, confie Jean-François Pichette, metteur en scène. C’est l’histoire d’un personnage fanatique en admiration devant un romancier à succès qui souhaite passer à autre chose. Cette tension entre un art d’élite et un art populaire m’interpelle. Ce qui fait selon moi la pertinence de cette pièce c’est sa façon de nous dire l’importance de ce qui semble futile pour certain mais essentiel pour d’autre. »

    Annie Wilkes : « Y’a rien de grave qui peut vous arriver maintenant. Annie est là. Je suis votre fan numéro un. »

    Paul Sheldon : Il y a un autre écrivain en moi - un écrivain sérieux, de livres pertinents.

    Annie Wilkes : « Misery » est pertinente. Les huit livres de « Misery » sont pertinents.

    Synopsis Paul Sheldon, célèbre auteur de romans à l’eau de rose prend la route à travers les montagnes pour retourner chez lui malgré une tempête qui gronde. Il vient de terminer son nouveau roman, un roman « sérieux », « pertinent », la vie lui sourit.

    Il se réveille quatre jours plus tard dans la chambre d’une maison isolée, les jambes brisées, cloué à un lit. Annie Wilkes est à ses côtés. Cette infirmière et propriétaire des lieux l’a trouvé au fond d’un ravin, elle est sa fan numéro un.

    Lorsque l’admiratrice constate que Paul a tué le personnage de « Misery », tout bascule. Un huis-clos implacable s’ensuit. Annie Wilkes va forcer l’auteur à faire revivre son héroïne, Misery, comme la seule part de rêve dans son existence glauque.

    « Pour mémoire »

    « Misery » de Stephen King a été consacré meilleur roman en 1987 (Prix Bram Stocker, au palmarès du New York Times pendant 30 semaines). En 1990, le roman a été porté à l’écran par Rob Reiner. Le film met en vedette Kathy Bates et James Caan. Kathy Bates a remporté l’Oscar de la meilleure interprétation féminine ainsi que le Golden Globe pour son rôle d’Annie Wilkes. La première adaptation théâtrale a été faite par William Goldman en 2015 à New York. Depuis, elle été jouée plusieurs fois, notamment sur Broadway. En 2017, la pièce a été adaptée en France. Et voilà que Robert Toupin et Andrée Pelletier se sont accaparé du texte pour en faire la traduction québécoise. Leur version de la pièce sera présentée cet été à Sutton dans l’intimité de la Salle Alec et Gérard Pelletier.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité