Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    L’exposition de photos, « Trop jeunes pour le mariage », présentée au Gesù

    16 août 2013, 14h30

    Parrainée par le Fonds des Nations unies pour la population, l’exposition itinérante « Trop jeunes pour le mariage » de la photographe Stephanie Sinclair jette un éclairage sur les mariages forcés au Yémen, en Afghanistan, en Éthiopie, au Népal et en Inde, pays dans lesquels cette pratique est encore largement assez répandue.

    L’exposition de photos, « Trop jeunes pour le mariage », présentée au Gesù Tehani et Ghada mariées à l’âge de 6 ans (Yémen).Photo: Stephanie Sinclair, Agence VII tooyoungtowed.org

    D’une intensité troublante, ce reportage de 30 photographies grand format sur les mariages d’enfants fera le tour du monde jusqu’en 2014. Il est présenté à Montréal par Amnistie internationale Canada francophone (AICF), en partenariat avec le Gesù, du 15 août au 29 septembre 2013 au Gesù, dans le cadre de sa campagne J’aime mon corps. J’aime mes droits, pour protéger les droits sexuels et reproductifs et s’opposer aux mariages d’enfants. L’acteur Paul Ahmarani a accepté d’être le porte-parole de l’exposition.

    Montréal et Ottawa (Université Carleton du 29 mai au 28 juin 2013) sont les deux seules villes au Canada à accueillir cette exposition qui avait été inaugurée le 11 octobre 2012 lors de la Journée internationale de la fille décrétée par les Nations Unies, dont la première édition visait à attirer l’attention sur la pratique néfaste du mariage d’enfants.

    Chaque année, dix millions de filles sont mariées avant l’âge de 18 ans, et subissent de graves conséquences pour leurs droits. Mariées à des hommes qu’elles n’ont pas choisis, parfois même jamais vus, et qui sont souvent bien plus âgés qu’elles, elles sont privées de leur enfance. Les conséquences ? Des violences sexuelles, la déscolarisation, des grossesses précoces menant fréquemment à des complications à l’accouchement et même la mort, une mortalité infantile importante, la dépression et la pauvreté.

    Des jeunes filles comme Nojoud Ali, jeune Yéménite de 9 ans, mariée en 2008 par son père à un homme de 20 ans son aîné qui l’a battue et abusée sexuellement, ou Shiwa Hasmi, 16 ans, adolescente népalaise, décédée en 2012 à l’hôpital de Katmandou, après avoir été brûlée par son prétendant qui ne tolérait pas son refus de lui être mariée de force.

    Stephanie Sinclair

    C’est lors d’une enquête photographique qu’elle menait en 2003 en Afghanistan sur des jeunes femmes mariées qui avaient tenté de s’immoler par le feu, que la photojournaliste Stephanie Sinclair, ardente défenseure des droits humains, est allée pendant neuf ans à la rencontre de petites filles et d’adolescentes en Afghanistan, au Yémen, en Éthiopie, au Népal et en Inde, que l’on marie contre leur gré et bien avant leur majorité.

    L’honneur, la protection, la discrimination et la pauvreté sont autant de raisons de mariages d’enfants, que la photographe a voulu dénoncer, en s’engageant pleinement dans cette cause pour favoriser une prise de conscience et mettre fin à ce cercle vicieux. Les photos bouleversantes, d’une beauté esthétique et d’une grande portée journalistique racontent les histoires personnelles de ces filles.

    Née en 1973, Stephanie Sinclair a suivi des études de journalisme et d’art. Après avoir travaillé au Chicago Tribune, pour lequel elle a couvert la guerre en Irak, elle s’installe au Liban pendant six ans comme photographe indépendante. Ses sujets principaux concernent la condition des femmes, l’excision en Indonésie, les mères porteuses en Inde, les auto-immolations en Afghanistan et le mariage d’enfants. Elle travaille régulièrement pour le New York Times Magazine, Géo Allemagne et Paris Match. Représentée par l’agence VII, la photographe américaine Stephanie Sinclair, est lauréate de plusieurs prix, dont celui du prix Care international pour le reportage humanitaire, du Overseas Press Club’s Olivier Rebbot Award, d’un prix Pulitzer, du World Press Photo 2012 et de Visa d’Or 2012 du festival Visa pour l’image de Perpignan.

    La cinéaste Jessica Dimmock, s’est jointe à la photographe Stephanie Sinclair afin de saisir les récits personnels des épouses-enfants.

    La cinéaste Jessica Dimmock, s’est jointe à la photographe Stephanie Sinclair afin de saisir les récits personnels des épouses-enfants.

    Site de l’exposition et vidéo : tooyoungtowed.org

    Exposition « Trop jeunes pour le mariage »
    Au Gesù | 1200, rue de Bleury, Montréal
    Métro Place des Arts (sortie de Bleury)
    15 août au 29 septembre 2013 | Entrée libre
    Mardi au samedi de 12h à 18h et lundi de 12h à 17h, ainsi que les soirs de spectacles.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité