Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    CALENDRIER

    Truffe de Kim Nguyen

    3 juin 2008, 08h25
         |      Article rédigé par Charles Prémont.

    Dans son nouveau film, Kim Nguyen nous emmène dans un Hochelaga-Maisonneuve où les truffes poussent à profusion. Si les habitants du quartier ouvrier profitent de cette manne inattendue, la chute des prix répand rapidement la misère dans le quartier ouvrier. Film « psychotronique », fable sur la consommation dans un Montréal parallèle, le nouveau long métrage du réalisateur du film « Le Marais » nous emporte une fois de plus dans un univers fantastique d’où l’on ressort un peu confus.

    Truffe de Kim Nguyen

    Alors que la ruée vers ce nouvel or noir perd peu à peu sa force, une étrange compagnie contrôlée par d’autant plus étranges marionnettes - qui utilisent des androïdes pour se cacher à la race humaine - tente de prendre le contrôle du marché en dominant les ouvriers de la truffe. Alice, la femme de Charles - qui est le meilleur trouveur de truffes de la région -, tentera de sauver « son homme » des griffes de ces étranges créatures.

    Une solide brochette d’acteurs (Céline Bonnier - excellente, Roy Dupuis, Pierre Lebeau, Danièle Proulx, Michèle Richard, Jean-Nicholas Verreault, Paul Ahmarani et Jean Lapointe) donne à Truffe une base solide sur laquelle se bâtit l’étrange scénario de Kim Nguyen. Comme pour Le Marais, l’univers dans lequel le spectateur est tiré n’a rien d’ordinaire et l’on y perd ses repères. Il n’y a plus qu’à se laisser porter par l’histoire et faire confiance au réalisateur. Un acte de foi.

    Se déroulant en 2010, Nguyen a privilégié une esthétique en noir et blanc couplée à un décor qui fait plus penser au Hochelaga-Maisonneuve ouvrier des années 50 ou 60 que le « Homa » actuel. Entre les poutines aux truffes et les visages des ouvriers, l’ambiance est bien rendue au point que l’on se retrouve immergé dans l’histoire.

    Les critiques lanceront-elles des fleurs au nouveau Nguyen ? On en doute. Chose certaine, le film sort des sentiers battus. Peut-être est-on devant un film qui sera culte dans quelques années...

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité