Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Marco de Blois

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Les hauts et les bas de la diffusion de l’animation

    Les hauts et les bas de la diffusion de l’animation

    En matière de diffusion de films d’animation, courts ou longs métrages confondus, les cas d’espèce demeurent nombreux, avance Marco de Blois, conservateur-programmateur, cinéma d’animation, à la Cinémathèque québécoise avec qui nous avons fait le point sur la diffusion de l’animation, au Québec et à travers le monde.

    13 juillet 2016, 00h20

    Marco de Blois, la passion de l’animation

    Marco de Blois, la passion de l’animation

    Comme tous les enfants nés au début des années 1960 au Québec, Marco de Blois a découvert l’animation par le petit écran, en regardant les cartoons le samedi matin. Il s’inscrit en cinéma à l’Université de Montréal avec l’idée de faire des films. C’est là qu’il croisera Marcel Jean pour la première fois. Plutôt que de se diriger vers le métier de réalisateur, il devient critique de cinéma pour 24 Images et s’intéresse à l’animation en dilettante. Son premier vrai emploi, il le décroche en 1998, alors qu’il est nommé conservateur-programmeur, cinéma d’animation, à la Cinémathèque québécoise. Qui fait Quoi l’a rencontré à la veille des Sommets du cinéma d’animation.

    1er décembre 2015, 00h16

    L’animation est l’un des piliers de la Cinémathèque québécoise

    L’animation est l’un des piliers de la Cinémathèque québécoise

    C’est en 1967, année millésimée pour Montréal, alors hôte de l’Exposition universelle, que le cinéma d’animation fait son entrée à la Cinémathèque québécoise. Cette année-là, dans l’effervescence que vit la métropole, l’Université Concordia reçoit une rétrospective mondiale de l’animation, à laquelle participeront des spécialistes et créateurs du monde entier.

    27 novembre 2013, 00h09

    Marco de Blois veut démocratiser l’animation

    Marco de Blois veut démocratiser l’animation

    Le Festival international du film d’animation d’Annecy constitue une occasion en or pour la Cinémathèque québécoise de découvrir de nouveaux talents et des oeuvres qui pourront s’imbriquer au cursus de l’animation. Marco de Blois, programmateur et conservateur du cinéma d’animation à la Cinémathèque et programmateur du Sommet d’animation de Montréal et de Québec, était sur les lieux. Il nous a donné le pouls de ce qu’on pouvait s’attendre pour la prochaine année de la part de ces organisations.

    7 août 2013, 00h05

    La Cinémathèque et Antitube s’allient autour des Sommets du cinéma d’animation

    La Cinémathèque québécoise et Antitube ont dévoilé des changements majeurs en vue de la 12e édition des Sommets du cinéma d’animation. En effet, dès novembre 2013, le festival se voudra officiellement bi-municipal et se tiendra à Montréal ainsi qu’à Québec du 21 novembre au 1er décembre, soit sur une période de dix jours.

    10 juin 2013, 15h39

    Marco De Blois : Les Sommets du cinéma d’animation confirment la place privilégiée de Montréal sur la scène internationale

    Marco De Blois : Les Sommets du cinéma d’animation confirment la place privilégiée de Montréal sur la scène internationale

    Marco De Blois, programmeur-conservateur en cinéma d’animation à la Cinémathèque québécoise, pense que Montréal doit mieux mettre en valeur sa force en animation. « L’animation est une de nos grandes réussites artistiques et Montréal en est la Mecque. Depuis l’arrivée de l’ONF à Montréal, on pense à tous les studios qui y ont ouvert leurs portes et des techniques qui y ont été développées, surtout dans le domaine des logiciel. L’animation d’ici est un trésor reconnu à l’étranger, mais dont on fait peu de cas. En faisant la programmation des sommets, je veux montrer que l’animation ne ressemble pas à ce que l’on imagine la plupart du temps. » Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré.

    8 décembre 2008, 06h55