Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Pierre Hébert

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    FIFA : Pierre Hébert réactualise les derniers écrits d’André Bazin

    FIFA : Pierre Hébert réactualise les derniers écrits d’André Bazin

    Quelques mois avant son décès, le célèbre critique de cinéma André Bazin amorce un projet de court métrage sur les églises romanes de la Saintonge. À partir des notes, des photos de repérage et d’un texte d’intention, Pierre Hébert réinvestit la proposition du théoricien en la réactualisant dans un contexte où certaines de ces constructions sont désormais devenues des lieux touristiques. Entremêlant images réelles, photographies et dessins animés, le cinéaste propose « Le film de Bazin » une véritable réflexion sur le temps et sur la mort. Rencontre avec un réalisateur qui ajoute un huitième volet à sa série « Lieux et monuments ».

    3 avril 2017, 10h15

    CONVERGENCE no 108

    CONVERGENCE no 108

    L’équipe du Lien MULTIMÉDIA est ravie de vous présenter la 108e édition de CONVERGENCE, le magazine de l’entreprise et de la culture numérique. Disponible en version flash à feuilleter en ligne et en PDF, ce magazine est optimisé pour lecture sur une tablette ou un écran d’ordinateur. Bonne lecture !

    > Édition numérique
    > PDF
    > Abonnement
    > Publicité
    > Contact

    1er décembre 2015, 00h15

    Pierre Hébert et le temps qui passe, à Berlin

    Pierre Hébert et le temps qui passe, à Berlin

    L’artiste pluridisciplinaire Pierre Hébert a longtemps été reconnu pour son travail d’animation gravée directement sur la pellicule, en plus d’avoir pendant presque 35 ans fait partie de la grande famille privilégiée de l’ONF. Il a parcouru le monde pour accompagner ses innombrables projets. Son installation vidéo « Berlin - Le passage du temps » s’inscrit dans sa série d’oeuvres « Lieux et monuments » qui a d’ailleurs été entamée à l’occasion de ses nombreux voyages. Le Lien MULTIMÉDIA a discuté avec l’icône du cinéma d’animation québécois.

    13 novembre 2015, 00h55


    Pierre Hébert : du cinéma à l’animation en direct

    Pierre Hébert : du cinéma à l’animation en direct

    Pierre Hébert a fait du cinéma d’animation à l’ONF pendant 35 ans, avant de se diriger naturellement, au fil des projets, dans une carrière multidisciplinaire où l’animation, intégrée à la performance, côtoie la photo et la vidéo dans des contextes de représentation non conventionnels. Quand on demande au prolifique artiste de se définir, celui qui génère depuis plus de quarante ans des oeuvres complexes et souvent hybrides répond avec humour : « Je ne sais plus très bien si je suis encore cinéaste ou ce que je suis exactement, mais je fais ce que je fais ! »

    27 août 2012, 00h05


    Pierre Hébert reçoit la bourse de carrière en cinéma du CALQ

    Pierre Hébert reçoit la bourse de carrière en cinéma du CALQ

    Yvan Gauthier, président-directeur général du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) a décerné aujourd’hui la prestigieuse bourse de carrière à l’intention des scénaristes et des réalisateurs de cinéma à Pierre Hébert, cinéaste d’animation et artiste multidisciplinaire, à l’occasion d’une cérémonie organisée en l’honneur de l’artiste dans le cadre des Rendez-vous du cinéma québécois.

    17 février 2012, 00h00

    L’animation en direct 49 Flies : Une impro organisée qui possède sa part de risques

    L’animation en direct 49 Flies : Une impro organisée qui possède sa part de risques

    Dans 49 Flies, Pierre Hébert a développé un univers visuel assez différent de ceux de ses œuvres précédentes. Alors que, lors des premières performances données sur cette trame sonore mettant en scène le bruit des mouches, l’artiste a d’abord dessiné avec un feutre effaçable à sec, il est rapidement passé au feutre à la gouache, un outil permettant d’obtenir une texture plus épaisse, plus salie, laissant des traces, comme pour établir le lien avec les insectes en vedette dans la trame de fond.

    18 octobre 2011, 00h05

    49 Flies : Des mouches qui inspirent sons et images

    49 Flies : Des mouches qui inspirent sons et images

    Au cours des dix dernières années, le cinéaste Pierre Hébert a surtout présenté des performances d’animation en direct en compagnie du musicien Bob Ostertag. Il a aussi travaillé avec d’autres musiciens, et a parfois offert des projets solos sur musique préenregistrée. Cependant, cette dernière formule n’a jamais vraiment plu à l’improvisateur : « Ce que ça disait au public c’était que le musicien n’avait pas pu venir ou qu’il n’y avait pas eu assez d’argent pour le faire venir, ce qui était, le plus souvent, la raison précise pour laquelle je faisais un solo. » Pour créer une performance réellement autonome, le dessinateur a alors imaginé tirer sa prochaine bande sonore de l’extérieur de l’univers musical proprement dit. Le cinéaste était loin de se douter que ses recherches le mèneraient à collaborer avec une bande de mouches captives.

    17 octobre 2011, 00h10

    La révolution numérique : Un monde de possibilités qui sert l’animation en direct de Pierre Hébert

    La révolution numérique : Un monde de possibilités qui sert l’animation en direct de Pierre Hébert

    Si Pierre Hébert a expérimenté le travail avec ordinateurs dès les années 60 dans le cadre d’un échange entre l’ONF et le Polytechnic Institute of Brooklyn- des tentatives restées sans suite à cause des limites technologiques de l’époque - c’est avec la réalisation de La Plante humaine à l’ONF en 1996, long métrage d’animation et dernier film du cinéaste créé dans les murs de l’institution, que s’est concrétisé le passage au numérique, une étape sans laquelle le projet, d’envergure, n’aurait jamais pu se réaliser. Les images de La Plante humaine, gravées sur pellicule, ont donc été numérisées et composées à l’ordinateur. Aujourd’hui, lors de ses performances en direct, Pierre Hébert exploite au maximum les possibilités qu’offre le traitement numérique des images pour tout créer, en temps réel, à partir de presque rien.

    17 octobre 2011, 00h05