Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Projet Columbus

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    Le sociofinancement, un outil de plus, mais pas une panacée

    Le sociofinancement, un outil de plus, mais pas une panacée

    Économiste indépendant spécialisé dans le domaine des transformations économiques, industrielles et technologiques, Ianik Marcil s’intéresse au sociofinancement comme outil non seulement de financement, mais aussi de création d’une communauté. Pour lui, le plus important dans le sociofinancement demeure l’aspect social. Le Lien MULTIMÉDIA en a discuté avec lui.

    13 mai 2013, 00h05

    Le journaliste à l’heure des métadonnées

    Le journaliste à l’heure des métadonnées

    Dans le cadre de l’atelier « Actualités 2.0 : signaux, bruits et décodeurs », organisé par le Projet COLUMBUS, Fabien Deglise s’est penché sur le journalisme de données, qui vise à exploiter et mettre à la disposition du public des données statistiques. Le journaliste du Devoir a d’abord rappelé que, lors de la campagne électorale québécoise, 200 personnes ont réellement fait de la production originale sur Twitter, ce qui s’avère peu sachant que 78,1 % des internautes québécois utilisent les médias sociaux.

    17 octobre 2012, 00h05

    Atelier Sociofinancement et financement innovant : 5 décembre 2012

    Atelier Sociofinancement et financement innovant : 5 décembre 2012

    Récemment, de nouvelles formes de financement de projets sont venues remplacer les sources de financement traditionnelles, qui ne correspondent pas toujours aux besoins actuels – ou qui ne sont tout simplement pas disponibles pour des projets trop petits ou trop risqués. Le « sociofinancement » (crowdfunding) est l’une de ces formes qui a connu un succès phénoménal depuis quelques années. Ce « financement participatif » contribue également à favoriser l’engagement entre les porteurs du projet et leur communauté – un facteur de mobilisation qui dépasse ainsi le simple aspect monétaire.

    8 octobre 2012, 14h23

    Médias sociaux et journalisme, du bruit au signal

    Médias sociaux et journalisme, du bruit au signal

    En compagnie de Sébastien Provencher et Martin Lessard, Josée Plamondon a mené à bon port le bateau du Projet Columbus, le 3 octobre dernier. Les trois spécialistes ont réfléchi, pendant une journée, au mariage entre les médias de masse et ceux dits « sociaux ». Entourés de plusieurs invités, dont Patrick White (Huffington Post Québec), Fahim Moussi (CUTV), Christian Thivierge (Radio-Canada.ca) et Fabien Deglise (Le Devoir) ils ont dressé des pistes de réflexion sur les signaux et les bruits issus des médias traditionnels et des bruits créés par les médias sociaux.

    8 octobre 2012, 00h35

    La vie après la télévision

    La vie après la télévision

    C’est en lisant « Life after Television », de George Gilder, que François Bédard, président de Plan B Developpement, a eu une illumination… ou presque. Dans ce livre publié en 1994, l’auteur argue que la télévision telle qu’on la connaissait à l’époque allait mourir, remplacée par l’ordinateur. Il s’est passé bien des choses depuis 1994, mais, dans le fond, George Gilder n’avait pas tort. En 2011, YouTube a investi 100 millions $ pour le développement de contenu professionnel. Lors de la conférence « La curation de contenu : mais quels contenus ? » du Projet Columbus, François Bédard et Charles Ohayon, président de l’Académie canadienne du cinéma et de la télévision (ACCT), ont examiné les nouveaux enjeux de la télévision d’aujourd’hui.

    13 avril 2012, 00h15

    Ubisoft déploie une stratégie stéréoscopique semblable à ce qui se fait en télévision et au cinéma, selon Patrick Naud

    Ubisoft déploie une stratégie stéréoscopique semblable à ce qui se fait en télévision et au cinéma, selon Patrick Naud

    Producteur exécutif chez Ubisoft, Patrick Naud a travaillé sur le deuxième titre du studio montréalais disponible en 3D. Après Avatar, le jeu du film de James Cameron, c’est Shaun White Skateboarding que les joueurs pourront explorer en trois dimensions. Selon Patrick Naud, ce n’est pas un hasard si le second jeu en stéréoscopie d’Ubisoft en est un de sport. « Il y a une tangente que l’on a décidé de suivre, dit-il. Les X game ont déjà été télédiffusés en 3D et plusieurs croient que les sports et la stéréoscopie peuvent bien fonctionner à la télévision. Nous pensions que le fil était bon et, avec Shaun White Skateboarding, on a décidé de le suivre. » Le Lien MULTIMÉDIA s’est entretenu avec Patrick Naud.

    11 août 2011, 00h14

    L’art de conter une histoire à la télévision selon Pierre-Yves Bernard

    L’art de conter une histoire à la télévision selon Pierre-Yves Bernard

    Auteur des populaires séries Minuit le soir et Dans une galaxie près de chez vous, Pierre-Yves Bernard approche l’écriture de scénario avec une perspective plus impressionniste qu’intellectuelle. « C’est pourquoi les images sont si importantes, dit-il. Ça permet au spectateur de s’immerger dans l’image et de vivre une expérience plus près du senti. Par exemple, lorsqu’un personnage part en claquant la porte, c’est au spectateur de décoder ce qui s’est passé. Il est donc plus actif que lorsque les choses sont dites. » Une expérience que Pierre-Yves Bernard a un peu de mal à s’imaginer dans le cas de séries Web. Le Lien MULTIMÉDIA l’a rencontré.

    21 juillet 2011, 11h00

    Robert Boulos : la stéréoscopie oui, mais pas à tout crin

    Robert Boulos : la stéréoscopie oui, mais pas à tout crin

    Alors qu’il était producteur chez Cavalia, Robert Boulos a vu débarquer l’équipe de James Cameron qui devait faire un document en 3D sur le spectacle équestre. Le projet étant mort-né, il a essayé de récupérer les images, sans grand succès. Il s’est donc dit que si on voulait voir des images en stéréoscopie de Cavalia, il devrait s’en charger lui-même. Il a donc réuni Pierre-Étienne Lessard et Sébastien Gros pour tenter l’expérience. Le résultat, très réussi aux dires de Robert Boulos lui-même, n’a cependant pas été souvent diffusé, demeurant une carte de visite pour les créateurs. Ce qui ne l’a pas empêché de continuer à s’intéresser à la stéréoscopie.

    24 juin 2011, 09h15

    Projet Columbus | Expédition 01 : La stéréoscopie, grandeur et réalités, c’est AUJOURD’HUI !

    Projet Columbus | Expédition 01 : La stéréoscopie, grandeur et réalités, c’est AUJOURD’HUI !

    C’est ce mardi 20 octobre 2010, de 14h à 19h, qu’aura lieu le Projet Columbus | Expédition 01 : La stéréoscopie, grandeur et réalités à l’Agora du Coeur des Science. Cette conférence gratuite organisée par L’inis en partenariat avec Le Lien MULTIMÉDIA et TVA se déroule dans le cadre du volet FNC Pro du Festival du nouveau cinéma. En entrevue vidéo, Benoît Dubois, directeur de la formation professionnelle continue, présente le programme de cette expédition-conférence à ne pas manquer !

    20 octobre 2010, 10h30

    Marc Fafard : avant tout l’urgence de tourner

    Marc Fafard : avant tout l’urgence de tourner

    Au cours des dernières années, Marc Fafard a principalement signé des films en format IMAX. Il y eut Adrenaline Rush : The Science of Risk, sorti en 2002, Vikings : Journey to New Worlds, en 2004 et Dinosaures : Géants de la Patagonie, en 2007. Par la force des choses, il est devenu un des spécialistes québécois du format stéréoscopique. Toutefois, il se considère d’abord comme réalisateur et ne se sent nullement dépendant du format, quel qu’il soit. « Je ne suis pas pour la 3D à tout crin, lance-t-il. Si j’ai fait des films en stéréoscopie, c’était surtout une question de circonstances. J’avais commencé à m’y intéresser de façon ludique dans la seconde moitié des années 1990. »

    20 octobre 2010, 00h27

    Stéréoscopie : la technologie est prête, pense René Villeneuve

    Stéréoscopie : la technologie est prête, pense René Villeneuve

    Associé de la société Le Groupe Numérique Inc., une entreprise d’experts-conseils spécialisée dans l’application et l’implantation des nouvelles technologies destinées à la télévision et au cinéma, René Villeneuve s’intéresse à la stéréoscopie depuis de nombreuses années. « En 1986, j’ai contribué de loin à la production d’un film 3D IMAX pour l’Exposition de Vancouver, se souvient-il. Mais déjà en 1974, j’avais eu l’occasion de rencontrer des gens qui faisaient de la stéréoscopie, dont des Russes qui faisaient des films expérimentaux en 3D. »

    20 octobre 2010, 00h27

    Pierre-Étienne Lessard veut expérimenter

    Pierre-Étienne Lessard veut expérimenter

    Contrairement à plusieurs réalisateurs qui rêvent de faire un film IMAX, Pierre-Étienne Lessard a envie de prendre la stéréoscopie par l’autre bout de la lorgnette, c’est-à-dire par Internet. « On peut déjà voir des films en 3D sur YouTube, note-t-il. Je viens du documentaire et j’aimerais retrouver une structure de tournage aussi souple. » Le réalisateur a déjà signé plusieurs documentaires, dont plusieurs pour le Cirque du Soleil en HD et, surtout, un court métrage en stéréoscopie pour Cavalia.

    20 octobre 2010, 00h25

    René Villeneuve bio

    René Villeneuve est associé de la société Le Groupe Numérique Inc., une entreprise d’experts-conseils orientée dans l’application et l’implantation des nouvelles technologies destinées à la télévision et au cinéma. Le Groupe Numérique Inc. élabore aussi des programmes de formations spécialisées qui s’adressent aux secteurs de la production et de la télédiffusion.

    5 octobre 2010, 22h05

    Pierre-Étienne Lessard, réalisateur 2D et 3D

    Réalisateur 2D :: 3DS et diplômé de l’Université Laval en communications publiques-journalisme et études cinématographiques, il obtient en 1994 un second baccalauréat en production cinématographique de l’Université Concordia. Son film réalisé comme étudiant de dernière année, Georges et Ariane, reçoit le prix Kodak pour l’excellence de sa forme narrative.

    29 septembre 2010, 22h46