Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Réalisation

    LES 10 DERNIERS ARTICLES

    VIDÉO : Première mondiale de « First Light » de Jason Stone à SXSW 2018

    VIDÉO : Première mondiale de « First Light » de Jason Stone à SXSW 2018

    Cette année, South by Southwest (SXSW) a sélectionné plusieurs cinéastes canadiens pour leurs longs et courts métrages, en documentaire comme en fiction. C’est à Austin, au Texas, qu’ils se sont réunis. Une opportunité pour le Canada de fêter en grandes pompes le travail de ses créateurs. Pour l’occasion, Téléfilm Canada s’est en effet doté d’un bungalow baptisé RDV Canada. Jason Stone y était présent pour la présentation de son long métrage de science-fiction : « First Light ». Nous l’avons rencontré pour qu’il nous parle plus en détails de son projet.

    15 mars 2018, 07h20

    VIDÉO : Charlie Tyrell présente « My Dead Dad’s Porno Tapes » à SXSW 2018

    VIDÉO : Charlie Tyrell présente « My Dead Dad’s Porno Tapes » à SXSW 2018

    C’est à Austin au Texas, que se déroule actuellement South by Southwest (SXSW). Cette année, le festival de musique, de cinéma et d’oeuvres interactives a sélectionné plusieurs cinéastes canadiens pour leurs longs et courts métrages. Une semaine de projections avec, au bout, des prix décernés. Charlie Tyrell, réalisateur originaire de Toronto, y présente ainsi son film d’animation « My Dead Dad’s Porno Tapes ». Nous l’avons rencontré au bungalow RDV Canada de Téléfilm Canada pour en savoir plus sur les tenants et aboutissants de son projet.

    14 mars 2018, 07h30

    Ludwig Ciupka raconte la quête du bonheur à la première personne avec « iFeel »

    Ludwig Ciupka raconte la quête du bonheur à la première personne avec « iFeel »

    Cofondateur de l’Agence Tuxedo, Ludwig Ciupka s’illustre depuis plus de dix ans en photographie ainsi qu’en réalisation publicitaire. Sous la filiale Lifelog Pictures, il déploie son premier long métrage de fiction « iFeel », une audacieuse proposition axée sur la quête du bonheur où le récit est entièrement raconté à la première personne. Né d’un besoin personnel de bouleverser sa routine, le jeune cinéaste a situé l’action du film à son propre chalet à Bromont. Qui fait Quoi a discuté avec lui à propos de sa démarche.

    14 mars 2018, 07h22

    Rendez-vous Pro 2018 : Martin Roy et Luc Sicard créent de la musique à l’écran en tandem

    Rendez-vous Pro 2018 : Martin Roy et Luc Sicard créent de la musique à l’écran en tandem

    Les compositeurs Luc Sicard et Martin Roy ont collaboré pour la première fois en tandem sur la comédie « Vendus », d’Éric Tessier, sortie en 2004. Le duo se connaissait déjà par personne interposée et chacun de leur côté, ils avaient déjà travaillé sur des projets de musique à l’écran. Pendant les Rendez-vous Pro, organisés par les Rendez-vous Québec Cinéma, ils ont discuté, avec la journaliste Helen Faradji, de leur façon de créer ensemble, sans ego aucun, mettant leur talent au service des images.

    14 mars 2018, 07h20

    Samuel Matteau plonge au coeur de la sensibilité adolescente avec « Ailleurs »

    Samuel Matteau plonge au coeur de la sensibilité adolescente avec « Ailleurs »

    Tourné dans les rues de la Vieille Capitale en 2015, « Ailleurs », premier long métrage de Samuel Matteau, raconte l’histoire de Tv et Samu, deux meilleurs amis vivant en banlieue qui sont forcés de fuguer vers la ville alors qu’un drame bouleverse leur plan de partir loin. En l’adaptant librement du roman « Haine-moi ! » de Paul Rousseau, le réalisateur originaire de Québec souhaitait moderniser le texte original et traduire cette histoire d’amitié à travers le médium cinématographique. Qui fait Quoi l’a rencontré pour en apprendre davantage.

    14 mars 2018, 07h16

    Bruno Boulianne se laisse imprégner par le réel de ses protagonistes

    Bruno Boulianne se laisse imprégner par le réel de ses protagonistes

    Pour son plus récent projet documentaire, Bruno Boulianne se dévoue à Claude Dolbec, un artiste de la rue qui a peint plusieurs des vitrines du boulevard Saint-Laurent à Montréal. Avec « Claude n’est pas mort », le réalisateur s’est retrouvé avec un projet qu’il n’a pas lui-même instauré. L’idéation du film revient plutôt à David Jovani et Daniela Mujira, amis de ce peintre qui vit au jour le jour à travers son art. Le documentariste a choisi d’aborder néanmoins cette histoire avec une vision épousant la vérité du protagoniste.

    14 mars 2018, 07h00

    Le directeur artistique Guillaume Couture mise sur la vérité avec « Les rois mongols »

    Le directeur artistique Guillaume Couture mise sur la vérité avec « Les rois mongols »

    Ayant fait ses armes dans le domaine du film publicitaire ainsi qu’en court métrage, Guillaume Couture alterne depuis plusieurs années entre le cinéma et la télévision. Les récentes collaborations du directeur artistique comprennent les séries « Mon ex à moi », « L’échappée », « Fugueuse » ainsi que le long métrage « The Gift » de Claude Lalonde, tous des projets aux contextes contemporains. C’est sur « Les rois mongols » de Luc Picard qu’il s’éloigne de son créneau pour recréer une époque du passé, celle d’octobre 1970. Qui fait Quoi a discuté avec le créateur à propos de sa démarche.

    14 mars 2018, 05h40

    Maxime Aubert demeure près de son protagoniste avec « La course navette »

    Maxime Aubert demeure près de son protagoniste avec « La course navette »

    Qui ne se souvient pas de cette épreuve d’endurance imposée aux élèves en éducation physique au secondaire ? C’est ce fameux test qui est le point culminant de « La course navette », premier court métrage professionnel de Maxime Aubert. Diplômé en production cinématographique de l’Université Concordia, ce dernier propose un récit axé autour du thème très actuel de l’intimidation en mettant en scène les jeux de pouvoir entre Wojtek, un nouvel étudiant, et Thomas et Philippe, deux adolescents en quête de divertissement. Qui fait Quoi a discuté avec le réalisateur.

    13 mars 2018, 06h02

    Nicolas Bacon flirte avec la comédie noire dans « Simon »

    Nicolas Bacon flirte avec la comédie noire dans « Simon »

    Acteur ayant prêté sa voix notamment au défunt acteur Anton Yelchin, Nicolas Bacon réalise son deuxième court métrage avec « Simon », l’épopée de Nate, un jeune homme qui reprend doucement sa route après avoir séjourné dans un établissement psychiatrique. Produit par Aléas Films, le film donne suite à « Odette », projet qui avait permis au jeune réalisateur de se démarquer dans le circuit festivalier. Ici, il présente une comédie noire, genre dans lequel il se sent le plus confortable. Qui fait Quoi a discuté avec lui.

    9 mars 2018, 07h12

    Érik Gosselin, fidèle collaborateur de Robin Aubert

    Érik Gosselin, fidèle collaborateur de Robin Aubert

    Oeuvrant au cinéma comme à la télévision, à l’étranger comme au Québec, Érik Gosselin compte plus d’une soixantaine de projets où il a agi en tant que maquilleur. Créant à la fois des prothèses et du maquillage sur le corps humain, l’artiste a notamment contribué à des productions comme « X-Men Apocalypse », « Pour Sarah » et « Quantico ». Son projet le plus récent, « Les affamés » de Robin Aubert, lui a permis de renouer avec le réalisateur pour la quatrième fois. Qui fait Quoi s’est entretenu avec le créateur à propos de son travail bien particulier sur ce film de genre.

    9 mars 2018, 05h20

    Raphaël Bélanger flirte avec les codes du film de genre dans « L’innommable »

    Raphaël Bélanger flirte avec les codes du film de genre dans « L’innommable »

    Produit par Voyelle Films, « L’innommable » suit Louis et Marie lors d’un week-end alors qu’une menace semble planer sur eux. Basé sur une nouvelle de Mathieu Laliberté, le court métrage de Raphaël Bélanger (« Au nord du monde ») explore le film de genre à travers une ambiance angoissante afin de jouer sur l’incursion d’un élément inexplicable dans la banalité du quotidien. Qui fait Quoi s’est entretenue avec le réalisateur afin de discuter avec lui de ce projet.

    8 mars 2018, 07h18

    « Lola & Claire », le court métrage lumineux d’Élisabeth Desbiens sur un sujet sombre

    « Lola & Claire », le court métrage lumineux d’Élisabeth Desbiens sur un sujet sombre

    Issue du monde de la danse, Élisabeth Desbiens aborde le thème du mouvement avec son plus récent court métrage « Lola & Claire ». Fruit d’un long processus d’écriture qui a duré deux ans, le film raconte l’histoire d’amour inconditionnel entre deux soeurs, la première dont c’est l’anniversaire, la deuxième complètement paralysée. Composé d’abord de différentes scènes, le scénario s’est déployé autour de l’idée du corps immobile. « C’est un processus de création qui part de l’intérieur et qui va vers l’extérieur », décrit la cinéaste en entrevue.

    6 mars 2018, 06h48

    « Le sujet », une démarche intuitive pour Patrick Bouchard

    « Le sujet », une démarche intuitive pour Patrick Bouchard

    Mise en abime du processus créatif de l’animateur, « Le sujet », nouveau court métrage d’animation de Patrick Bouchard produit par l’Office national du film du Canada, plonge le spectateur dans une expérience où un corps d’apparence humaine se retrouve dans l’atelier d’un cinéaste d’animation. Donnant suite à « Bydlo », le réalisateur a amorcé un éprouvant processus créatif caractérisé par l’intuition afin d’aboutir à ce plus récent film d’animation. Nous l’avons interrogé afin d’en savoir davantage.

    2 mars 2018, 07h20

    Pour Jeanne Leblanc, chaque film appelle sa propre démarche

    Pour Jeanne Leblanc, chaque film appelle sa propre démarche

    Après une série de plusieurs courts métrages, dont le plus récent « Garrincha », Jeanne Leblanc présente son premier long métrage « Isla Blanca », racontant l’histoire de Mathilde qui, huit ans après avoir quitté sa famille, effectue un surprenant retour au bercail alors que sa mère est mourante. Fruit d’un drame intime éprouvant, le film produit par Art & Essai cherche à exprimer l’idée d’une bulle où le temps est à la fois suspendu et surréel lorsque l’on veille un être qui vit ses derniers instants, révèle la cinéaste en entrevue.

    2 mars 2018, 07h20