Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Isabel Lapointe dévoile le récit « Le garçon qui avait avalé de la dynamite » sur le Web, un chapitre à la fois

    9 décembre 2022, 07h30
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    Isabel Lapointe navigue entre deux univers en même temps. D’un côté, elle écrit depuis de nombreuses années, un travail très solitaire, alors qu’il faut revoir un récit version après version, faire des corrections, sans éditeur ni ne pouvant être partagé avec quiconque. En parallèle, elle travaille chez Cakemail, une entreprise qui propose des services de courriels marketing depuis 15 ans et qui vient de lancer une plateforme d’automatisation d’envois. En lançant son projet « Le garçon qui avait avalé de la dynamite », elle faisait donc d’une pierre deux coups : écrivaine et testeuse du nouveau service.

    Isabel Lapointe dévoile le récit « Le garçon qui avait avalé de la dynamite » sur le Web, un chapitre à la fois Isabel Lapointe.Photo: Christian Guy

    « Je me cherchais un projet à plus court terme pour faire entrer les lecteurs dans mon univers, explique-t-elle. J’ai donc imaginé un projet qui me demanderait moins de recherche, de révision, même si j’en fais quand même plusieurs pour ce projet. Lorsque mon employeur a lancé son système d’automatisation d’envois, je me suis dit que je pouvais l’utiliser et tenter l’expérience. » Au départ, Isabel Lapointe se demandait ce qu’elle allait mettre sur son site, des extraits de ses manuscrits non publiés ? Au coeur de son projet se trouvait l’idée du récit, mais l’auteure n’en avait pas encore déterminé la longueur. Certains chapitres du « Garçon qui avait avalé de la dynamite » étaient déjà écrits, mais la fin ne se déterminait pas encore.

    Chaque semaine, ses abonnés reçoivent un chapitre de l’ouvrage. Pour ce projet de courte haleine, elle utilise également Facebook et Instagram (@isabellapointe_auteure). Elle aime beaucoup ce dernier outil, car il lui permet d’ajouter de courts extraits et des accroches pour ses lecteurs. « Mon employeur me laisse un compte gratuit et cela lui permet d’obtenir une expérience client, note-t-elle. Je me trouve des deux côtés à la fois. » L’équipe de Cakemail a donc des commentaires en direct, au fur et à mesure qu’Isabel Lapointe essaie une nouvelle fonction.

    Pourquoi l’auteure n’a-t-elle pas choisi de faire le même exercice avec un de ses romans précédents ? « Le plaisir de la création m’aurait manqué, répond-elle. Avant de publier un nouveau chapitre, je me remets dedans et je le relis parfois 2 ou 3 fois. » L’auteure doit travailler l’entrée et la sortie de chaque chapitre pour que le lecteur se sente à l’aise en entrant et en sortant du texte. « Mon univers reste un peu étrange, donc j’essaie des choses, ajoute-t-elle. L’exploration se fait chapitre par chapitre. Si j’avais publié un roman déjà écrit, j’aurai dû refaire le début et la fin de chaque chapitre. Je n’aurai pas pu tricher »

    Une de ses lectrices lui a écrit pour lui dire qu’elle prenait son heure de lunch une fois par semaine pour lire le nouvel extrait. D’autres lui écrivent qu’ils en prendraient tous les jours. Il faudrait quasiment imposer un rythme qui siérait à chaque lecteur, ce que la plateforme de Cakemail pourrait permettre. « J’y vois plein de potentiel, note-t-elle. On pourrait faire un roman dont vous êtes le héros, mais je n’ai pas toute une équipe d’auteurs derrière moi. J’avais d’ailleurs déjà pensé faire ce genre d’exercice pour un roman érotique il y a plusieurs années. »

    L’amélioration de l’expérience utilisateur dans l’application a été la principale préoccupation de Cakemail ces derniers temps, les clients peuvent d’ores et déjà télécharger l’application. « Avant, il fallait traduire les courriels. Dorénavant, tout se fait dans le module d’automatisation, explique celle qui occupe le poste de « Cerise en chef » dans l’entreprise. Maintenant, les utilisateurs peuvent cliquer sur A pour avoir l’option B et sur B pour l’option B. On pourrait faire le même exercice pour tester deux titres différents et voir sur lequel les gens cliquent davantage. Pour le moment, je n’ai pas assez d’abonnés pour justifier ce travail. Mais la plateforme d’automatisation va permettre plusieurs choses, dont la création de contenu. » Évidemment, cela s’applique également au marketing et aux communications. Cakemail l’utilise déjà pour l’accueil de nouveaux clients. Les messages sont envoyés et on teste les meilleurs taux d’ouverture. Il s’agit d’un enjeu important pour le Québec, où les clients peuvent choisir le français ou l’anglais. « Cela nous permet d’avoir des contenus différents selon les cibles », explique Isabel Lapointe.

    Pour son site et son récit « Le garçon qui avait avalé de la dynamite », elle a fait appel à sa soeur, Barbara Lapointe, qui réalise les illustrations. Le gabarit demeurant assez simple, l’auteure peut aller assez vite. « Pour le moment, je continue le récit et j’ajoute des éléments d’autres récits sur lesquels je travaille dans chaque envoi, dit-elle. La prochaine étape sera d’intégrer de l’audio. Même si je ne suis pas comédienne, je veux faire la voix. Je fais beaucoup de vélo et j’ai pris l’habitude d’écouter beaucoup de livres. Je trouve plaisant quand la personne raconte son univers. J’ai la chance d’avoir un personnel technique derrière moi qui va m’installer un studio et m’aider pour les enregistrements. »

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité