Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    [PODCAST] Emmanuel Jouthe représente notre univers à travers « Vega »

    9 décembre 2021, 07h25
         |      Article rédigé par Arnaud Perron-Bouchard.

    « Vega » est le tout nouveau spectacle du chorégraphe Emmanuel Jouthe. Sous la forme d’un mouvement circulaire céleste, les interprètes prennent possession de la scène et de ses éléments afin d’offrir une représentation différente chaque soir. Le Lien MULTIMÉDIA s’est entretenu avec le chorégraphe et directeur artistique pour comprendre l’idée derrière ce spectacle unique.

    [PODCAST] Emmanuel Jouthe représente notre univers à travers « Vega » «Vega».Photo: Émily Gan

    C’est en 2018 que l’idée de « Vega » apparaît dans l’esprit du chorégraphe. Ce dernier laisse mijoter longtemps ses créations, y travaillant sporadiquement. « À ce moment, je me trouve en laboratoire. Je commence tranquillement à tracer le terrain de jeu. Avec d’autres artistes, on regarde si le lieu que je propose est propice à un jeu extraordinaire qui peut être vécu sur scène. J’ai été convaincu qu’il était possible de poursuivre avec cette proposition. À partir de mars 2018, on a eu la chance d’aller en résidence en Italie. En raison de la pandémie, nous avons dû arrêter les répétitions pendant près d’un an et demi. Donc, de décembre 2019 à août 2021, nous n’avons pas pu répéter », explique Emmanuel Jouthe, qui coproduit le spectacle avec Danse Cité.

    Emmanuel Jouthe a imaginé l’univers de « Vega » avec ses contraintes, ses limites et ses possibilités. Un univers en orbite, qui laisse une liberté aux quatre interprètes de vivre et de jouer dans celui-ci en interagissant avec les éléments de costumes présents sur la scène. « L’intention est de se rapporter dans un espace contraignant, mais une fois la contrainte métabolisée, il peut être un tremplin qui nous permet de partir dans un délire. Je voulais présenter une trame dans le principe du va-et-vient. Je voulais rapporter ce qu’on vit à tous les jours sur la scène, c’est-à-dire tourner autour d’un point, dans un principe de révolution, et de vivre sa vie à l’intérieur de ce principe », démystifie le directeur artistique.

    Le chorégraphe avait une idée claire de ce qu’il voulait exprimer dans « Vega ». Quand est venu le temps de choisir les interprètes, il s’est donc arrêté sur quatre personnes qui le rejoignaient sur le plan humain et qui pouvaient vivre et faire vivre un moment extraordinaire sur scène. Ces quatre personnes sont Élise Bergeron, Rosie Contant, James Phillips et Marilyne St-Sauveur. « Je ne suis pas allé vers des danseurs types. Je suis allé chercher des personnalités ancrées, qui sont matures et généreuses. Elles ont une polyvalence technique, mais je crois que le corps est une matière en soi, qu’il est possible d’exploiter à partir du moment où l’on est ouvert et sensible à toutes nos sensations intérieures. Je me sens choyé de collaborer avec quatre individus qui sont vraiment au sommet de leur carrière par rapport à cette acuité. Ce sont aussi des artistes que je connais depuis de nombreuses années. Ils savent qu’à force de cheminer dans ma démarche, je mets de moins en moins l’accent sur la ligne, mais plutôt sur le contenu qui va proposer une forme », raconte Emmanuel Jouthe.

    L’artiste travaille dans le milieu de la danse depuis plus de vingt ans, d’abord comme danseur, puis comme chorégraphe et directeur artistique. En compagnie de cinq chorégraphes et interprètes, il cofonde l’organisme à but non-lucratif Danse Carpe Diem en 1995 et devient le directeur artistique de la compagnie en 1999. Il a créé une quinzaine de pièces qui étaient scénarisées et écrites lors de ses débuts, mais qui rejettent de plus en plus l’art écrit pour se concentrer sur un mouvement naturel et vivant.

    « Ces dernières années, je suis beaucoup plus interpellé par des propositions qui vont susciter une attitude plutôt contemplative. À notre époque, on a de moins en moins la possibilité de s’évader dans notre imaginaire. On devrait encore avoir le luxe de voguer sans avoir un itinéraire trop précis dans un imaginaire plus ou moins structuré. J’espère que mon travail artistique est un objet de scène qui permet ce type d’imagination », conclut le directeur artistique.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité