Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Jérôme Minière présente son nouvel EP « Le son du temps qui nous dépasse »

    29 novembre 2021, 09h56

    Jérôme Minière a eu l’idée de sortir un EP au lieu d’un autre single avant l’album « La mélodie, le fleuve et la nuit » (repoussé au premier semestre 2022) parce qu’il se souvient de cette époque où, adolescent, les EPs ou maxis 45 tours lui semblaient être des trésors, avec leurs faces A, leurs remixes ou leurs extended mixes et surtout leurs faces B et autres inédites qui ne figuraient sur aucun album et brillaient comme des pépites sur la platine.

    Jérôme Minière présente son nouvel EP « Le son du temps qui nous dépasse » Jérôme Minière.Photo: Courtoisie

    Même si « « Le son du temps qui nous dépasse » est pour l’instant disponible uniquement sous forme numérique, il respecte complètement l’esprit de ces maxis 45 tours du passé : sur une face A virtuelle, on trouve la version longue de la chanson titre « Le son du temps qui nous dépasse » ; et sur la face B, deux inédits qui ne devraient pas figurer sur l’album à venir, « Minneapolis 2020 » et « Séries transparentes », avec en bonus la version radio edit du « Son du temps qui nous dépasse ». On peut même parler de « EP concept », car les trois chansons se font écho, comme dans un jeu de miroirs, et abordent chacune à leur manière la question du temps qui passe et nous glisse entre les doigts.

    L’hypnotique « Le son du temps qui nous dépasse » a été enregistré l’été dernier lors de sessions avec une « dream team » (que l’on retrouvera sur d’autres titres de l’album à venir) composée de : Philippe Brault (co-réalisation), Albin de la Simone (claviers), Joseph Marchand (guitare électrique), Guido del Fabbro (violon), José Major (batterie) et Pierre Girard (mixage).

    Tout à la fois pop, épique et nostalgique, la musique nous emporte dans son long crescendo. Par-dessus, la voix simple, mais poignante de Jérôme Minière nous livre un texte concis et poétique qui commence par ces quelques mots perdus dans la réverbération : « Tu réécoutes ce vieux disque / Des années 90 / Ou bien avec délice / Cette belle rengaine d’Elvis / C’est le son du temps qui nous dépasse / C’est le son du temps qui nous embrasse / Et les leçons du temps qui passe / Et tout efface ... »

    Vient ensuite « Minneapolis 2020 », morceau plus électro, qui rend un vibrant hommage à deux résidents célèbres de cette ville du Minnesota : Prince et Georges Floyd. Dans les paroles de cette chanson, en jouant avec les mots, Jérôme Minière fait référence à plusieurs titres de la pléthorique discographie de Prince : « Sign O’ the Times », « Kiss », « 1999 », « Sometimes it snows in April », « The ballad of Dorothy Parker » et « When Doves Cry ». Et comme tout est dans tout, « When Doves Cry » est justement le premier maxi 45tours que Jérôme Minière s’est acheté par lui-même à l’adolescence. Il témoigne : « Mais la vraie rupture eut lieu quand j’achetais mon premier maxi 45 tours, « When doves cry » de Prince, dans un magasin de vinyles de la rue de la République à Orléans... Et puis le temps a passé, nous sommes passés d’un millénaire à un autre, d’une civilisation à une autre, et Prince est mort. Il est revenu dans ma vie en 2020 : avec Philippe Brault, le quatuor Bozzini et toute la distribution de la pièce « Soifs matériaux » (mise en scène par Stéphanie Jasmin et Denis Marleau, d’après les romans de Marie-Claire Blais), nous avons repris sa chanson « Purple Rain » pendant un mois, tous les soirs, en clôture de ce spectacle-fleuve. Jouer la succession d’accords de cette chanson à la guitare avait quelque chose de cathartique. C’était juste avant la pandémie. Nous avons terminé le spectacle à la mi-février. Ensuite, il y a eu les évènements de Minneapolis (la ville de Prince) et la mort de Georges Floyd, et à la fin de l’année, j’ai écrit « Minneapolis 2020 », qui au-delà des faits et de l’hommage à Prince, exprimait un grand chagrin et un sentiment de deuil que je n’aurais pas osé exprimer autrement. »

    « Séries transparentes » est une chanson inédite, composée en 2018 pour « Dans la forêt numérique », mais finalement écartée, parce que la pièce ne rentrait pas dans le puzzle de cet album. Elle trouve enfin complètement sa place, avec son orchestration très cinématographique, voire néo-classique, ornée de touches électros, et un texte et une thématique qui font écho aux autres chansons du EP. Et puis ce refrain énigmatique et bouleversant : « Nous vivons dans un nuage rejoint par le silence / Avant les songes embuaient nos yeux / Mais la compression des villes les a délavés » Et enfin pour clore ce EP, on retrouve « Le son du temps qui nous dépasse » dans sa version courte (radio edit), mais tout aussi imparable.

    En bonus, Jérôme Minière a publié une Playlist en lien avec ce EP sur Spotify : « Autour du son du temps qui nous dépasse » qui contient des dizaines de chansons qu’il a aimées dans les années 90, deux vieilles rengaines d’Elvis et les six chansons de Prince auxquelles il fait référence dans « Minneapolis 2020 ».

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité