Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Le Festival Quartiers Danses dresse le bilan de sa 18e édition

    30 septembre 2020, 00h00

    Du 11 au 20 septembre, le 18e édition du Festival Quartiers Danses (FQD) a su capter l’auditoire grâce à une édition hybride en ligne et en contexte urbain. En ligne, ce sont 16 co-créations de 33 chorégraphes et cinéastes montréalais, une exposition photo rétrospective, une programmation cinéma de 10 courts métrages et une table ronde qui ont été rendus disponibles pour un public local et international.

    Le Festival Quartiers Danses dresse le bilan de sa 18e édition FQD 18e édition.Photo: FQD

    En contexte urbain, le FQD a présenté 20 performances mettant en scène 32 danseurs, danseuses et chorégraphes locaux à la Place des Festivals, aux Jardins Gamelin, à la station de métro Place-Saint-Henri, au Musée des Beaux-Arts de Montréal (MBAM) et au Musée McCord. Le FQD est également sorti des sentiers battus en présentant à guichets fermés « Elles », une performance téléphonique inédite sous la direction artistique d’Andrea Peña.

    « Je suis très fier que l’on ai pu faire un festival et un lancement qui ont attiré du public malgré la pandémie et les temps sombres. Je sais que beaucoup de festivals ont dû être annulés, mais, pour moi, c’était très important de soutenir l’économie de la danse et que le public ait accès à l’art, surtout maintenant », affirme Rafik Hubert Sabbagh, directeur général et artistique du FQD.

    Retour sur la 18e édition

    Dans un contexte de pandémie mondiale et de bouleversements sociaux, la première édition hybride du Festival Quartier Danses a remporté un succès qui dépasse les attentes. Le site Web du festival a enregistré plus de 10 300 visites lors des 10 jours de cette édition, une augmentation de 50% par rapport à l’année dernière. De plus, grâce à une trentaine de partenaires internationaux, un bon nombre d’utilisateurs internationaux, surtout des États-Unis, de la France, de la Corée du Sud, du Brésil et du Royaume-Unis, ont visionné les courts métrages des artistes montréalais de la 18e édition, une vitrine privilégiée pour ces 33 chorégraphes et cinéastes montréalais.

    En contexte urbain, plus de 2 600 personnes passant dans les rues montréalaises ont pu profiter de performances improvisées par les artistes de la programmation notamment Barbara Kaneratonni Diabo, Morgane Le Tiec, Véronique Giasson, Pauline Gervais et Leah Tremblay. L’exposition photographique rétrospective du festival a quant à elle attiré plus de 10 000 personnes. En plus de 20 performances lors des 10 jours du festival, le FQD s’était greffé à la programmation pop-up du Partenariat du Quartier des Spectacles tout au long de l’été. Au total, près de 14 000 spectatrices et spectateurs ont profité des activités extérieures dans six lieux phares de Montréal cet été.

    La danse de création sous toute ses formes et hybridités

    La crise sanitaire a donné au FQD l’opportunité de dévoiler la danse sous de nouvelles formes. Ainsi, en plus des courts métrages montréalais et des performances extérieures, le public a pu assister à deux représentations à guichets fermés de la performance téléphonique « Elles » sous la direction artistique d’Andrea Peña. Les spectatrices et spectateurs étaient invités à partager un appel d’une quinzaine de minutes avec une des cinq interprètes du projet qui proposaient des paysages sonores uniques et personnels. Le chorégraphe Louis-Elyan Martin a aussi présenté une performance de danse innovatrice au Musée des Beaux Arts de Montréal (MBAM) ; « Canto Ostinato », un déambulatoire de deux heures interprété par le chorégraphe et Laurie-Anne Langis qui a attiré un grand nombre de personnes.

    De plus, une programmation cinéma de 10 courts métrages de réalisateurs provenant du Québec, de Finlande, de France, d’Italie et de Pologne ont été sélectionnés par les co-commissaires Rafik Hubert Sabbagh et Marlene Millar. Finalement, cette édition s’est conclue par la mise en ligne d’une table ronde sur le thème Danse et racisme systémique : quels ancrages dans le corps et dans l’écosystème de la danse ?, un enregistrement présenté en collaboration avec Diversité Artistique Montréal (DAM) et le département de danse de l’Université Concordia. Lors de cette conversation, les artistes Andrea Peña, Barbara Kaneratonni Diabo, Kayna Lyne et Thaïna Rosinvil s’expriment sur leur expérience du racisme systémique, mais développent également des pistes de solutions pour l’évolution du milieu de la danse. La table ronde sera disponible sur le site web du FQD jusqu’en septembre 2021.

    Prix du Festival

    Le jury du Festival Quartiers Danses a décerné, cette année encore, quatre prix : deux prix du jury, un prix coup de coeur de l’équipe et un prix d’interprétation. D’abord, la chorégraphie viscérale de Kyra Jean Green traduite dans un film époustouflant de la réalisatrice Brittney Canda leur ont mérité le premier prix du jury pour le court métrage « Touch ». Le deuxième prix a été remporté par le chorégraphe et interprète Charles Brecard et le réalisateur Do Phan Hoi grâce à la physicalité intense de la danse et la netteté du travail de l’image en mouvement du film « Hall of Frames ». Le prix coup de coeur de l’équipe a quant à lui été décerné au duo de chorégraphe et réalisatrice Kyana Lyne et Siam Obregón. Leur film « Jontae », porté par l’interprète d’exception Jontae McCrory, a frappé l’imaginaire par sa simplicité, sa fougue et son authenticité bouleversante. Finalement, pour souligner l’interprétation en osmose qui unissait les deux performeurs, le jury du FQD a choisi de remettre à Louis-Elyan Martin et Laurie-Anne Langis le prix d’interprétation de cette édition. Lors du festival, les deux danseurs ont offert trois performances enlevantes extraites du répertoire du chorégraphe.

    Ce qui s’en vient après le Festival

    Le Festival est à peine terminé que la prochaine édition est en préparation. L’appel de projets pour la 19e édition du festival sera lancée dès le 5 octobre prochain. En prévision de la prochaine édition, les chorégraphes de la relève, mi-carrière et établis pourront envoyer leur projet pour une première montréalaise ou mondiale dans trois catégories : performance en salle, performance extérieure et courts métrages sur la danse.

    Le Festival poursuit son mandat de démocratiser la danse de création avec plusieurs projets de médiation culturelle qui nous occupent cet automne. Une troisième session du projet Danse tes mots invite des immigrants en francisation à explorer la langue et les mots à travers le mouvement lors d’ateliers animés par la poète Marie-Paule Grimaldi et la danseuse et chorégraphe Estelle Lavoie, un projet soutenu par le Ville de Montréal et le Ministère de la Culture. Une collaboration avec la Fondation Phi pour l’art contemporain et la compagnie Des Pieds Des Mains verra également le jour cet automne alors que des danseurs atypiques guideront les visiteurs à travers les expositions du Centre Phi.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité