Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    [PODCAST] Le quotidien chamboulé de DJ Alexa (Alexandra Jurjan) en confinement

    3 avril 2020, 06h25
         |      Article rédigé par Yves Tremblay.

    DJ Alexa (Alexandra Jurjan) mixe dans les bars de Montréal, et lors de diverses soirées et événements depuis plusieurs années et cumule quelques expériences en radio, notamment à CIBL. En ces jours de confinement, elle parle de son deuxième emploi créatif, qu’elle vient malheureusement de perdre en raison de la situation actuelle, en tant que réalisatrice sonore de capsules publicitaires en production radiophonique à la station BOOM FM, depuis Saint-Jean-sur-Richelieu. Elle témoigne comment la situation actuelle l’amène à se remettre en forme physiquement, à se recentrer, et même à considérer un plan B comme autre occupation.

    [PODCAST] Le quotidien chamboulé de DJ Alexa (Alexandra Jurjan) en confinement DJ Alexa.Photo: Jasmine Waheed

    DJ Alexa a animé pendant cinq ans les émissions radio « Get Down Montréal » et « Techno Délire » sur Facebook live et à CIBL les vendredis soirs, jusqu’à janvier 2018. Elle y invitait chaque semaine des DJs à jouer en direct dans les genres musicaux techno minimal, house et tech-house.

    L’artiste a vu toutes ces soirées DJ et événements mis sur pause pour l’instant. Tout repose maintenant selon la réouverture éventuelle des bars. Elle continue de fréquenter divers sites musicaux d’écoute et d’achat bien entendu. Jusqu’à ce que son poste à la radio soit mis sur pause (NDLR : le lendemain de notre entrevue), sa routine restait à peu près inchangée, nous explique-t-elle, bien que la charge de travail et le nombre d’heures aient déjà diminué.

    Interrogée sur ses jours de confinement, elle nous en partage sa perception : « Ça peut être une période créative bien sûr. C’est le moment idéal pour se connecter à soi-même. Je crois que cette opportunité-là qu’on vit, en tant qu’être humain, au niveau planétaire, nous donne une chance de se recentrer. C’est peut-être forcé, mais c’est pas une mauvaise chose de se recentrer dans la vie, de reprendre un point d’encrage... Dans chaque partie de la vie, on crée des choses. Quand on cuisine on crée, quand on lit notre mental est stimulé aussi, alors il y a tout l’temps une certaine création qui se fait. Je pense que ce confinement-là est très bénéfique pour l’évolution personnelle de chaque être humain. Je crois que beaucoup de choses, beaucoup de non-dits, beaucoup de questionnements peuvent être réglés dans une période de confinement comme ça, quand on est recentré sur nous-mêmes, quand on a la chance également de pouvoir arrêter, pour réfléchir à ce qu’on est, puis à ce qu’on veut faire... Donc définitivement je pense qu’il y a un côté positif à ce confinement. »

    Ces derniers temps, elle confie en avoir profité pour se remettre en forme, elle suit des entrainements en ligne sur YouTube entre autre, elle fait du yoga, des étirements... Souvent seule à la maison, elle avoue ne pas vivre très connectée sur le Web en général, ni passer beaucoup de temps sur son cellulaire non plus.

    Heureusement pour Alexandra Jurjan, son travail de production à la radio en Montérégie semblait la satisfaire pleinement, malgré une certaine précarité. Elle en parle ainsi : « Là je suis à temps partiel, car il y a moins de travail, et je suis également contractuelle à cette radio, je ne suis pas encore une employée. Je n’ai pas une charge de travail obligatoire. Je n’ai pas un horaire (fixe). Si je ne me sens pas bien, ou que je n’ai pas envie de rentrer (en studio), tout va être correct tu sais. Mais la production radio, il n’y a rien de plus créatif que ça. Tu reçois une tâche de travail, pour la réalisation d’un 30 secondes par exemple, ils veulent une ambiance de construction, tu vas chercher des sons de camion, des drills, des scies... tu crées une ambiance, t’enregistres des gens pour faire des personnages aussi. C’est vraiment de la créativité à son extrême, autant sur le plan musical, parce que tu cherches de la musique. C’est sûr que c’est pas toi qui la crée la musique. Souvent, tu n’as pas vraiment le temps de créer de la musique, quand tu fais de la production publicitaire, mais c’est jamais routinier ni pareil. C’est toujours des tâches de travail différentes, des clients différents qui veulent quelque chose. Ils veulent donner un message différent. Les journées passent extrêmement vite pour moi, j’ai pas l’impression de travailler vraiment. Je suis comblée à 200% ! »

    Parallèlement à son occupation en radio des derniers temps et la relative insécurité qui en découle, DJ Alexa songe à une autre vocation, un plan B qui l’amènerait peut-être à « mettre les mains dans la terre », comme elle le suggère. Elle aimerait peut-être « travailler en agriculture, faire des récoltes et des trucs comme ça. Le retour à la terre est peut-être quelque chose qui m’intéresse. »

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité