Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Quelle (r)évolution pour l’infonuagique en 2020 ?

    19 février 2020, 02h00

    D’une petite révolution, l’infonuagique a, ces dernières années, évolué en un incontournable acteur stratégique du développement non seulement des entreprises, mais aussi des états, bref, de la société au sens large. Entre le lancement de nouveaux acteurs ou la naissance de la première plateforme cloud open source, la décennie passée a été marquée par des innovations extraordinaires qui ont à jamais transformé l’utilisation de l’informatique, par et pour les entreprises. Les données sont au coeur de ce nouvel or noir sans lequel nos innovations seraient compromises.

    Quelle (r)évolution pour l’infonuagique en 2020 ? Nuage informatique.Photo: Nikin, sous licence CC

    Cette nouvelle décennie 2020 marque le début d’une nouvelle ère. Une ère où les entreprises entendent occuper un rôle plus décisif dans l’offre infonuagique qui est à leur portée, jusque dans ses modèles commerciaux, pour toujours mieux tirer parti de leurs données. Même s’il est difficile, voire impossible, d’imaginer de quoi ces dix prochaines années seront faites, nous anticipons néanmoins quelques tendances pour 2020 :

    L’infonuagique hybride va continuer de séduire les entreprises

    L’appétit des entreprises pour l’infonuagique hybride s’est largement développé en 2019. Les problématiques auxquelles elles font face en matière de nouvelles compétences, de nouveaux besoins applicatifs ou de gestion du patrimonial (legacy), entre autres, ne cessent de se multiplier, tandis qu’elles réalisent que l’infonuagique n’est pas une solution miracle. En jeu, les coûts liés à l’utilisation intensive de l’infonuagique public sont importants et le besoin de maîtrise et de sécurité des données est plus critique que jamais. Dans ce contexte, d’une part les entreprises se détournent d’une offre infonuagique public exclusive pour rapatrier une partie de leurs données dans l’infonuagique privée. D’autre part, elles abandonnent le cloud sur site (on-premise) au profit d’un service d’infonuagique privée hébergée (hosted private cloud) permettant de rallier le meilleur des deux mondes : une plus grande maîtrise des coûts et un niveau de sécurité plus élevé, le tout avec l’élasticité et l’évolutivité du cloud. D’après le Cloud Enterprise Index de Nutanix, 92 % des décideurs TI affirment que ce type d’infrastructure répond le mieux à leurs besoins.

    ... et profile l’avènement du multi-cloud

    Dans la lignée de l’infonuagique hybride, mais un pas plus loin, on retrouve le multi-cloud : un ensemble de dispositifs cloud allant du on-prem au cloud privé hébergé en passant par le cloud public, chacun dédié à des cas d’usage différents. Partant du constat qu’aucune technologie d’infonuagique n’est aujourd’hui compétitive sur la totalité des solutions, les entreprises les plus matures trouvent dans le multi-cloud la promesse de l’excellence : sélectionner les meilleures solutions de toute l’offre cloud disponible pour composer un seul et même environnement applicatif, dont tous les composants sont interdépendants. Une entreprise peut choisir d’héberger sa base de données auprès d’un premier fournisseur, choisir un deuxième fournisseur pour son calcul (compute), stocker ses données à un troisième endroit et orchestrer le tout dans une architecture multi-cloud. Les applications étant de moins en moins monolithiques, leurs composants communiquant de manière de plus en plus standardisée, il y a fort à parier que le multi-cloud ait encore de beaux jours devant lui.

    Des investissements renforcés sur l’orchestration et la veille

    Alors que, phase de consolidation oblige, 2019 avait connu une baisse des budgets consacrés à l’infonuagique, 2020 devrait voir les investissements reprendre du nerf — 6,9 % d’augmentation par an, pour atteindre un montant de 90,9 milliards de dollars en 2023 selon les prévisions d’IDC — et ce, aussi bien dans le cloud public que le cloud privé. Initialement considérées comme des solutions périphériques, les fonctions d’automatisation ont été les premières à se développer grâce à la montée en puissance de la conteneurisation, offrant une portabilité à la fois plus simple et plus rapide. Place aujourd’hui aux fonctions d’orchestration se retrouvant au cœur des préoccupations des entreprises, afin de mieux contrôler le trafic et adapter les coûts à la consommation et aux besoins réels. D’abord, avec Kubernetes qui devient la technologie d’orchestration par défaut. L’objectif ici est de disposer d’applications capables de communiquer nativement et demander des ressources en temps réel, déployer des volumes et orchestrer le tout en fonction des besoins applicatifs, du contrat et/ou des paramètres fournis par l’opérateur. Côté cloud privé, les investissements associés aux fonctions de monitoring et d’observabilité des données seront renforcés, permettant une compréhension plus fine de l’activité des infrastructures, notamment grâce aux applications d’apprentissage automatique (machine learning) et d’IA.

    La sécurité : un enjeu toujours stratégique

    Auparavant, les solutions de sécurisation des données mettaient l’accent sur le stockage ou sur le réseau. Par exemple, si vous vouliez stocker des clés de cryptage de manière sécurisée, vous deviez faire appel à un HSM (Hardware Security Module), une solution monolithique et peu alignée avec le concept de cloud. La capacité à sécuriser les données lors de leur utilisation, appelée le confidential computing, est un grand bond en avant. Davantage de processeurs vont embarquer cette fonctionnalité, qui sera donc de plus en plus présente dans les infrastructures. OVHcloud a été l’un des premiers à proposer des offres bare metal intégrant et fournissant des API pour louer des serveurs intégrant cette capacité de confidential computing. Par exemple, nous avons déjà des partenaires qui en utilisant ces serveurs, mettent à disposition des fonctionnalités de gestion de clés key management. Il est donc désormais possible, dans ces serveurs, de stocker et d’exécuter tout ou partie de programmes qui ont besoin d’être sécurisés de bout en bout, améliorant grandement la sécurité du cryptage des données et ainsi des systèmes tout entiers. Le cryptage des données va être plus facilement disponible, que ces dernières soient en transit ou au repos, renforçant la sécurité des données.

    Une demande de plus en plus poussée vers une localisation territoriale et juridique

    Mise en place de réglementations autour de la protection des données, montée en puissance du sujet au sein de l’opinion publique... les entreprises ont pris conscience du caractère stratégique de la souveraineté des données pour leur activité. La question du cadre légal de la donnée dépasse le périmètre des seuls fournisseurs de cloud et touche également les entreprises bénéficiaires de solutions infonuagiques. Les initiatives locales se multiplient pour fixer les règles d’un cloud de confiance, qui réponde aux enjeux de souveraineté numérique de chacun. À l’image du projet franco-allemand Gaia-X, il ne serait pas surprenant qu’en 2020, les acteurs privés comme les acteurs publics favorisent leur écosystème régional face au duopole américano-chinois. Nous devrions observer le développement de nouveaux projets collaboratifs permettant la construction d’alternatives plus locales, rendus possibles par une prise de conscience collective des acteurs européens de leur capacité à fournir une offre de cloud pertinente.

    Le logiciel libre, la chaine de blocs (blockchain), l’IA et l’apprentissage automatique, ou bien encore les applications liées aux villes intelligentes, au véhicule autonome ou à la santé connectée. Ces technologies et champs d’application font appel au stockage, au trafic et au traitement d’un grand nombre de données, parfois très volumineuses, et n’en sont qu’à leurs débuts. Dans tous les cas, une chose est sûre : la société évolue, et l’infonuagique va continuer d’évoluer avec elle, pour toujours mieux l’accompagner.

    Source : Alain Fiocco, Vice-président exécutif, directeur des techniques informatiques et chef de produit chez OVHcloud

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité