Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Créer des partenariats dans la francophonie, une autre mission de CINEMANIA

    14 novembre 2019, 00h31
         |      Article rédigé par Frédéric Bouchard.

    Depuis plusieurs années, Guilhem Caillard multiple les rencontres et les présences dans de nombreux festivals afin de solidifier la place de l’événement fondé par Maidy Teitelbaum. CINEMANIA s’inscrit maintenant dans un circuit de festivals francophones qui regroupe également le Festival du film francophone d’Angoulême, le festival Focus on French Cinema, le Festival international du cinéma francophone en Acadie (FICFA) et le Festival international du film francophone de Namur. « C’est un réseau de festivals de films francophones que nous sommes en train de développer et qui va grossir au fil des années. Il est l’initiative de CINEMANIA et il est renforcé par les collaborations que nous avons avec les autres », indique le directeur général en entrevue.

    Créer des partenariats dans la francophonie, une autre mission de CINEMANIA Guilhem Caillard et Maidy Teitelbaum (au centre) avec l'équipe de «Doubles vies».Photo: Courtoisie

    Avec ces partenaires, le festival peut ainsi récupérer des films qui sont présentés en primeur ailleurs ou encore dénicher des invités intéressants pour l’événement qui se déroule au début du mois de novembre chaque année. Autrement, Guilhem Caillard exporte également le talent québécois. Que ce soit par l’entremise des productions cinématographiques qui se retrouvent dans la programmation de ses collègues ou encore par la présence d’invités à l’étranger.

    Ainsi, il a voyagé au Connecticut aux côtés de Jean-Carl Boucher et Geneviève Dulude-De Celles afin de promouvoir « 1991 » et « Une colonie » lors du 15e anniversaire de Focus on French Cinema. Le directeur général prévoit également faire profiter au FICFA de la présence de Mounia Meddour, réalisatrice de « Papicha », long métrage programmé pour la 25e édition de Cinemania.

    Parfois, ces rencontres mènent vers d’autres résultats comme en témoigne le rayonnement de la jeune comédienne Rose-Marie Perreault en France et en Belgique. « Il y a cinq ans, et en particulier en 2016, nous avons organisé des repas entre Dominique Besnehard et elle. Des années plus tard, elle a été invitée plusieurs fois à Angoulême. Et même, l’an dernier, nous avons invité Nicole Gillet, la directrice du FIFF (le Festival International du Film Francophone à Namur). Je lui ai présenté Rose-Marie Perreault. Un an plus tard, elle était choisie pour représenter le Québec dans le programme "Génération Talents !" du festival », soulève fièrement le directeur général.

    « Nous créons des liens parce que c’est ça la francophonie. Surtout à un moment où les coproductions entre la France, le Québec, le Luxembourg, la Suisse, la Belgique sont très importantes. Politiquement, mais aussi pour permettre aux productions indépendantes de survivre et de se monter réellement », rappelle Guilhem Caillard.

    Se solidifier, continuer d’évoluer

    À l’aube de ses 25 années, l’équipe de CINEMANIA, offrant le meilleur du cinéma francophone et plusieurs activités aux publics montréalais, constate que la francophonie est plus vivante que jamais. Non seulement elle passionne, remarque le directeur général, mais elle est aussi synonyme de diversité culturelle. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le festival enregistre de 5 à 10 % d’augmentation du nombre de spectateurs chaque année. L’attrait ne cesse de s’accroître.

    Bien sûr, il reste encore du pain sur la planche pour l’équipe, mais le succès et le rayonnement de l’événement emballent déjà pour la suite. « C’est surtout un signal positif pour les professionnels de la relève, croit Guilhem Caillard. Et des chaines comme TV5 et La Fabrique culturelle voient les efforts des distributeurs comme Maison 4:3 et MK2|Mile-End. Il y a un intérêt et il faut savoir le canaliser, mais aussi le motiver. Je crois que nous sommes rendus là. »

    De plus, alors qu’il souffle ses 25 bougies, CINEMANIA bénéficie maintenant d’un budget solide. En plus de pouvoir compter officiellement pour la première fois cette année sur l’appui financier de la Société de développement des entreprises du Québec (SODEC) via les programmes d’aide, le festival solidifie ses partenariats financiers et éducatifs avec Sofitel Montréal, Nespresso, L’inis et la Cinémathèque québécoise.

    Le festival, c’est aussi une équipe qui s’est soudée au cours des dernières années. Lui-même présent à CINEMANIA depuis 2011, Guilhem Caillard côtoie aujourd’hui la directrice des communications, Anne De Marchis, en poste depuis 2013 et la directrice des partenariats, Muriel Delamare, qui en est à sa troisième édition au festival. Ils sont épaulés par un groupe de collaborateurs et de partenaires qui renouvellent leur dévouement et leur engagement année après année, reconnaît le directeur général.

    « Il y a une constance et nous ne pouvons rien faire sans. CINEMANIA est aussi un festival qui travaille sur cette constance », signale-t-il.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité