Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Omar Hamdi impose son style techno nuancé, original et personnel sur la scène musicale montréalaise

    13 septembre 2019, 07h30
         |      Article rédigé par Oriane Morriet.

    Innover musicalement en offrant des mélodies nuancées, originales et personnelles. C’est le mot d’ordre d’Omar Hamdi, DJ montréalais versé dans la musique techno. Pour se distinguer sur la scène musicale, celui-ci privilégie la création de ses propres instruments, plutôt que d’en utiliser des pré-synthétisés. Une démarche rendue possible grâce à la démocratisation des outils de composition numériques de ces dix dernières années. Entretien avec Omar Hamdi, à l’occasion de l’édition 2019 du MEG, pour en apprendre davantage sur ses processus de mixage-création, ses visions artistiques musicales et ses réflexions sur les outils de composition numériques.

    Omar Hamdi impose son style techno nuancé, original et personnel sur la scène musicale montréalaise Omar Hamdi.Photo: MEG MTL

    Connectez-vous pour lire la suite

    Vous n'êtes pas abonné.e?
    Accéder à notre écosystème complet d'informations, à partir de 20$/mois

    Vous êtes abonné.e?, connectez-vous

    MOT DE PASSE PERDU ?

    LES DERNIERS ARTICLES


    Evangéline Kabuya met en valeur la diversité dans « Amours d’occasion »

    Evangéline Kabuya met en valeur la diversité dans « Amours d’occasion »

    Après le court métrage « Poussière », Evangéline Kabuya réalise « Amours d’occasion », une websérie qu’elle a présentée il y a déjà un an à Lou Bélanger, producteur et président de St Laurent TV. C’est donc à travers un réalisme magique qu’elle propose ces huit épisodes de huit minutes où le spectateur suit des habitants du quartier Saint-Henri à Montréal en pleine canicule. Nous avons discuté avec la réalisatrice et scénariste qui démarre actuellement le montage de la websérie.

    18 octobre 2019, 07h20

    « Disco Still Sucks » sonne le début de la carrière d’animatrice d’Alexanne Desrosiers

    « Disco Still Sucks » sonne le début de la carrière d’animatrice d’Alexanne Desrosiers

    Le court métrage d’animation en stop motion « Disco Still Sucks » sonne incontestablement le début de la carrière professionnelle d’Alexanne Desrosiers en tant que réalisatrice animatrice. Jusqu’à présent, c’est en effet son projet personnel le plus abouti. Projeté lors de l’édition 2019 du Festival Stop Motion de Montréal, Alexanne Desrosiers est particulièrement fière de sa création. Récemment diplômée de l’Université Concordia, elle s’engage maintenant dans d’autres projets personnels en animation, variant les techniques et les esthétiques, tout en travaillant aussi sur les projets des autres. Entrevue avec Alexanne Desrosiers, réalisatrice de « Disco Still Sucks », pour en apprendre davantage sur les coulisses de l’animation de son court métrage.

    18 octobre 2019, 07h25

    La pénurie de main-d’oeuvre, un enjeu important de l’industrie des effets visuels

    La pénurie de main-d’oeuvre, un enjeu important de l’industrie des effets visuels

    En 2009, l’industrie québécoise des effets visuels a enregistré des retombées économiques de 41 millions $. Moins de dix ans plus tard, ces retombées ont atteint 493 millions $. C’est dire le grand bond en avant que le secteur a connu en moins d’une décennie. Et, comparativement à 2017, on a assisté à une hausse du volume de production de 88 %. Tout porte à croire que 2019 verra ces chiffres grimper encore plus, avance Romain Paulais, directeur du secrétariat de la Grappe audiovisuelle du Bureau du cinéma et de la télévision du Québec (BCTQ).

    18 octobre 2019, 07h25

    Enjeux de la distribution des expériences en réalité virtuelle

    Enjeux de la distribution des expériences en réalité virtuelle

    Il existe actuellement deux modes de distribution des expériences en réalité virtuelle : le location-based et le home-based. Le location-based est un modèle muséal où les oeuvres de réalité virtuelle sont exposées dans un lieu physique. Le home-based est quant à lui un système d’accès aux oeuvres de réalité virtuelle depuis chez soi par le biais des plateformes numériques. Chacun de ces modes de distribution se heurte à des défis liés au coût des expériences de réalité virtuelle, à leur faible rentabilité, à l’obsolescence des technologies qu’elles utilisent et à l’insuffisance numéraire d’utilisateurs. Excursus à travers quelques-uns de ces défis pour mieux comprendre les enjeux de la distribution des expériences en réalité virtuelle.

    18 octobre 2019, 07h25

    10e Ave Productions poursuit l’animation du long métrage « Félix et le trésor de Morgäa »

    10e Ave Productions poursuit l’animation du long métrage « Félix et le trésor de Morgäa »

    La seconde moitié de la phase d’animation du long métrage 100% québécois, « Félix et le trésor de Morgäa », réalisé par Nicola Lemay, d’après un scénario de Marc Robitaille, et produit par Nancy Florence Savard de 10e Ave Productions, désignée productrice en cinéma de l’année par l’Association québécoise de la production médiatique (AQPM), vient de débuter.

    18 octobre 2019, 07h20

    La Caisse Desjardins de la culture, un outil toujours aussi pertinent pour les membres de l’UDA

    La Caisse Desjardins de la culture, un outil toujours aussi pertinent pour les membres de l’UDA

    En 1993, Serge Turgeon, alors président de l’Union des artistes, écrivait dans un éditorial : « Devant les limites du pouvoir subventionnaire, il faut en faire plus en se montrant responsable et inventif ». Cette déclaration lançait officiellement l’idée d’une caisse d’économie de la culture. Deux ans auparavant, il avait déjà lancé l’idée de trouver une façon de donner aux artistes une solution pour faciliter l’accès au crédit. Ainsi est née la Caisse Desjardins de la Culture. Sophie Prégent, actuelle présidente de l’UDA, et Michel Laperrière, vice-président, sont revenus sur l’histoire de cette institution toujours pertinente.

    18 octobre 2019, 00h20

    Polytechnique Montréal, en route vers une mobilité plus intelligente et moins polluante

    Polytechnique Montréal, en route vers une mobilité plus intelligente et moins polluante

    Comment faciliter la circulation d’une personne aveugle dans les transports collectifs ? Quoi déployer pour améliorer le partage de la route ? Quelle technologie implanter dans le réseau public pour contrer le vol de vélo ? Comment favoriser un plus grand accès aux bornes de recharge pour véhicules électriques ? Quoi mettre en place pour réduire le temps d’attente pour un taxi ? Comment minimiser les impacts des chantiers routiers sur la circulation ?

    18 octobre 2019, 07h19

    IMAGEMOTION aquiert un nouveau client israélien

     IMAGEMOTION aquiert un nouveau client israélien

    Laline Canada choisit IMAGEMOTION en tant que nouvelle agence de partenariat en marketing. L’entreprise montréalaise est spécialisée en marketing d’influence et en création de contenu où elle soutiendra Laline, une entreprise israélienne dans toutes les stratégies numériques dans la perspective de l’expansion canadienne.

    18 octobre 2019, 08h47

    Le deuil et la mort sous le signe de la légèreté selon Marquise Lepage

    Le deuil et la mort sous le signe de la légèreté selon Marquise Lepage

    Dans « Apapacho : une caresse pour l’âme », Marquise Lepage s’intéresse au périple de deux soeurs, Estelle et Karine, alors qu’elles se rendent au Mexique à l’occasion de la Fête des Morts quelque temps après le décès de leur soeur Liliane. En abordant les thèmes du deuil, de la mort, de la famille et de la sororité, la réalisatrice cherchait à traiter ces enjeux de manière plus audacieuse et plus légère. Un peu à l’image du fameux film de Roberto Benigni, « La vita è bella », où nous pouvions rire dans une oeuvre se déroulant dans la Seconde Guerre mondiale, la cinéaste désirait faire sourire les spectateurs dans un contexte très sombre.

    18 octobre 2019, 06h15

    Tous les articles

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité