Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Le Théâtre de l’Opsis monte « Les serpents » du 12 novembre au 7 décembre 2019 à l’Espace GO

    20 août 2019, 00h11

    Madame Diss n’a pas fait la route à travers les longs champs de maïs jusqu’à la maison de son fils par sens de la famille, mais plutôt pour tenter de lui emprunter de l’argent. Mais celui-ci n’a aucune intention de sortir de la maison ni de permettre à sa mère d’y pénétrer. Madame Diss a deux belles-filles, Nancy (l’ex) et France (l’actuelle). Seule cette dernière a le droit d’entrer et de sortir de la maison. À l’intérieur, le fils de madame Diss, ogre qu’on dirait sorti d’un conte de fées, veille sur ses enfants, prêt à les dévorer au moindre signe de faiblesse.

    Le Théâtre de l’Opsis monte « Les serpents » du 12 novembre au 7 décembre 2019 à l’Espace GO Marie NDiaye.Photo: Courtoisie

    Une menace plane toujours dans l’oeuvre de Marie NDiaye. Théâtre de la cruauté ou polar inquiétant dans lequel se mêlent barbarie et civilité, « Les serpents » (2014) est tout cela tandis que l’humour et l’humanité surgissent sous les mots ciselés de l’auteure afin de sonder le prisme de l’identité féminine. Elle construit un univers décalé, entre réalisme et onirisme, où le débordement du verbe mène au combat, au règlement de compte familial.

    Afin d’amorcer le Cycle des territoires féminins du Théâtre de l’Opsis, Luce Pelletier donne la parole à Marie NDiaye, récipiendaire de nombreux prix, dont le Femina en 2001 pour son roman « Rosie Carpe », le Goncourt en 2009 pour son roman « Trois femmes puissantes », sans oublier le Prix du Théâtre de l’Académie française en 2012 pour l’ensemble de son oeuvre. Née en France, d’une mère française et d’un père sénégalais, Marie Ndiaye commence à écrire vers l’âge de 12 ans ; elle n’en a que 17 lors de la publication de son premier roman. Depuis, les critiques soulignent la singularité de sa langue et la puissance de son imaginaire unique qui mêlent le quotidien au fantastique.

    Depuis 1984, le Théâtre de l’Opsis porte un regard neuf sur les textes classiques et fait découvrir aux spectateurs québécois des textes d’auteurs contemporains étrangers qui portent une véritable réflexion sur la vie et sur l’art. Afin d’approfondir sa recherche dramaturgique, la directrice Luce Pelletier a mis en place des cycles artistiques d’une durée de quatre ans, dont les cycles Tchékhov, Oreste, états-uniens, italien et scandinave.

    « Les serpents »

    • Assistance à la mise en scène : Claire L’Heureux
    • Scénographie : Francis Farley Lemieux
    • Costumes : Caroline Poirier
    • Musique : Catherine Gadouas
    • Éclairages : Marie-Aube St-Amant Duplessis
    • Une production du Théâtre de l’Opsis, avec la collaboration d’Espace GO
    • du 12 novembre au 7 décembre 2019
    • Horaire des représentations :
    • Mardi-Mercredi à 19h ; Jeudi-Vendredi à 20h ; Samedi à 16h
    • Information : theatreopsis.org - espacego.com
    • Billetterie : 514-845-4890 / billetterie.espacego.com

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité