Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Palmarès
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    VIDÉO : Le CHUM veut intégrer l’intelligence artificielle à la santé

    21 juin 2019, 07h06
         |      Article rédigé par Thomas Monteil.

    Secteur phare de l’emploi des innovations, la santé a été une des thématiques principales lors de la semaine MTL Connecte. Cette journée dédiée a pris place au Centre Hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM). Nathalie Beaulieu est la directrice de l’enseignement et de l’académie au sein de l’École de l’intelligence artificielle appliquée à la santé au CHUM (ÉIAS). Le Lien MULTIMÉDIA est allé à la rencontre de cette fervente défenseuse de l’application des nouvelles technologies.

    VIDÉO : Le CHUM veut intégrer l’intelligence artificielle à la santé Nathalie Beaulieu.Photo: Bettina Demarty

    « Ici, on met en avant l’enseignement, et on l’accompagne avec cette évaluation des technologies et leur bénéfice sur la population. » Pour Nathalie Beaulieu, c’est cette voie que l’ÉIAS emprunte au sein du CHUM. Depuis plus de trois ans, elle dirige la ligne éducative de l’établissement et met en avant une évolution technologique pédagogique et responsable. « Nous avons volontairement construit une école hors des cadres traditionnels, nous confie-t-elle. La connectivité avec tous les acteurs du milieu hospitalier est donc fortement mise en avant. Que cela soit par les stages, l’accompagnement par des professionnels de la santé ou le soutien à l’entrepreunariat. Ou bien encore par l’entente avec des start-ups développant des nouvelles technologies qui souhaitent collaborer avec nous. Nous leur proposons ici de mettre leur projet en situation réelle, d’évaluer leur technologie, et surtout leurs impacts. En clair, c’est un nouveau rôle de diffusion des connaissances que nous testons ici au CHUM. »

    Concrètement, l’ÉIAS prépare au mieux les futurs professionnels de milieux hospitaliers à côtoyer intelligemment ces nouvelles technologies. Et plus particulièrement l’intelligence artificielle. Pour ce faire, l’école rassemble des experts en intelligence artificielle de différents secteurs comme la santé, les sciences sociales ou encore la gestion. Un travail de longue haleine comme nous l’explique Nathalie Beaulieu. « On ressent tous les jours ce besoin de connectivité implicite qui prend de plus en plus de place. Certains patients arrivent aujourd’hui avec des montres ou des pacemakers connectés par exemple. Et il faut les éduquer pour utiliser ces nouveaux outils de santé. Nous devons accompagner la réflexion autour de l’intelligence artificielle, notamment au niveau éthique, pour pouvoir bien l’intégrer aux hôpitaux. Cela passe par la sensibilisation, la formation et la réflexion. L’idée est de créer une intelligence humaine collective qui aboutira à son tour à une bonne utilisation de l’intelligence artificielle. »

    L’ÉIAS est actuellement la seule école au monde à construire son identité autour de l’emploi de l’IA dans la santé. Fort de ce constat, Nathalie Beaulieu se satisfait de l’accueil du projet et de l’engouement qu’il suscite. « Au total plus de 80 projets liés à l’IA et la santé sont en cours à l’ÉIAS, dit-elle. Et cela dans une dimension pratique comme par exemple en ophtalmologie. Dans ce programme, on automatise la détection de la rétinopathie diabétique, une maladie du fond de l’oeil. C’est un exemple parmi tant d’autre, mais qui démontre cette volonté d’appropriation des technologies. Le fait que MTL Connecte ait consacré une journée à la santé, qui plus est au CHUM, est une excellente chose. C’est un très bon signal qui montre que les acteurs de plusieurs milieux sont alignés dans cette réflexion. Montréal est une plaque tournante des technologies, je pense que nous sommes dans un momentum, et que nous sommes en train de le saisir. »

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité