Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Elisapie signe « Une chanson à l’école » pour les 23es Journées de la culture

    11 avril 2019, 00h00

    Dans le cadre des 23es Journées de la culture, l’auteure-compositrice-interprète et réalisatrice Elisapie a été choisie par Culture pour tous pour composer la pièce originale du projet « Une chanson à l’école », destinée à tous les enfants du Québec et de la francophonie canadienne.

    Elisapie signe « Une chanson à l’école » pour les 23es Journées de la culture Elisapie.Photo: Le Pigeon

    Clin d’oeil à la thématique des Journées, La Rencontre – Tisser des liens, bâtir des ponts, et à la culture de l’artiste, quelques mots en inuktitut seront intégrés à la chanson. Après avoir fait son chemin dans plus de la moitié des écoles du Québec en 2018, l’activité reviendra ainsi en force le vendredi 27 septembre 2019, alors que des dizaines de milliers d’enfants chanteront les mots d’Elisapie pour donner le coup d’envoi des Journées de la culture.

    TVC d’Argenteuil a suivi Elisapie lors de sa visite dans une classe du programme alternatif de l’école Saint-Julien à Lachute, où elle a annoncé en primeur qu’elle composerait la pièce d’« Une chanson à l’école » cette année. Au fil des projets, Elisapie s’est imposée comme une véritable icône inuite. On la découvre en 2003 derrière la caméra pour le documentaire « Si le temps le permet », qui plonge le public au coeur de ses origines. L’année suivante, au sein du duo Taima, elle sort un premier disque qui remporte le Juno du meilleur album autochtone. En solo, elle lance ensuite « There Will be Stars » (2009), « Travelling Love » (2013), Félix du meilleur album anglophone, et « The Ballad of the Runaway Girl », paru l’automne dernier.

    « Je suis plus qu’honorée de participer cette année à "Une chanson à l’école", commente Elisapie. Entendre résonner ma musique et mes paroles dans la bouche de millier d’enfants à travers le Canada est un privilège fou. Qu’y a-t-il de plus inspirant que les enfants ? Nakurmiik aux Journées de la culture de me faire vivre cette expérience. »

    « En cette année internationale des langues autochtones, c’est un immense bonheur de savoir que les enfants de la francophonie auront, grâce à la chanson d’Elisapie, un premier contact avec l’inuktitut et qu’ils célébreront en mots et en musique la culture si riche des Premiers Peuples », se réjouit Louise Sicuro, présidente-directrice générale de Culture pour tous.

    Enseignants et intervenants du secteur de l’éducation sont invités à participer en grand nombre à « Une chanson à l’école ». La période d’inscription débute dès maintenant sur le site Web des Journées de la culture – et se poursuivra jusqu’à la fin de septembre.

    Une activité clés en main

    Dès le mois de juin, tous les enseignants inscrits auront accès à une trousse à outils comprenant les paroles, la partition musicale et différentes versions de la chanson ainsi que des idées d’interprétation. Développée par des spécialistes, un guide pédagogique proposant différentes pistes d’activités et une proposition de chorégraphie complètera l’ensemble et sera mis à la disposition des participants au courant du mois d’août. Tout pour se préparer à la performance du vendredi 27 septembre et prolonger le plaisir tout au long de l’année scolaire.

    Chaque école est invitée à interpréter la chanson à sa guise : en version originale, avec des arrangements maison, en lip dub, avec des instruments ou a capella, en dansant, sur la version karaoké ou la version originale.

    Un succès retentissant et grandissant depuis 2016

    Grande célébration de la culture, « Une chanson à l’école » est devenue l’activité incontournable des enseignants pour briser la glace avec leurs élèves à la rentrée des classes. En 2016, des dizaines de milliers d’enfants de 255 écoles primaires chantaient avec entrain sur un rap de Koriass, « Plus haut » ; en 2017, 644 établissements – soit un tiers des écoles primaires québécoises – participaient au projet en chantant « De la terre jusqu’au courant » écrite par Les soeurs Boulay. L’an dernier, c’est dans plus de 1 000 écoles primaires du Québec et 76 établissements de la francophonie canadienne que plus de 324 000 jeunes proclamaient « Le monde est à nous » avec Alex Nevsky.

    De plus en plus d’écoles prennent l’initiative de capter la performance des élèves en vidéo et de la partager dans les réseaux sociaux. Près d’une centaine de ces performances peuvent d’ailleurs être visionnées sur une liste de lecture YouTube créée par Culture pour tous. Sourire garanti.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité