Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Décès de François Macerola

    9 novembre 2018, 06h01
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    François Macerola, figure importante de l’industrie de l’audiovisuel québécoise et canadienne, est décédé à l’âge de 76 ans. Il cumulait une longue feuille de route dans le milieu, occupant les plus hautes fonctions : président et chef de la direction de la SODEC (2009-2013), directeur général (1995-2001) et président du conseil d’administration (2001-2002) de Téléfilm Canada ainsi que commissaire à l’Office national du film (1984-1988).

    Décès de François Macerola François Macerola.Photo: Archives Qui fait Quoi

    Avocat de formation, il est d’abord adjoint spécial d’Antonio Vielfaure à l’ONF, puis monte tranquillement les échelons de l’institution : directeur du programme français, directeur général, commissaire à la cinématographie et président du conseil d’administration. « Je travaillais avec des cinéastes comme Gilles Carles, Gilles Groulx ou encore Pierre Falardeau, confiait-il à Qui fait Quoi au moment de son départ de la SODEC. J’ai suivi l’évolution de l’ONF, qui a toujours été en danger, sauf lorsque Marcel Masse était ministre des Communications. D’ailleurs, il disait qu’on avait besoin de l’ONF et que si l’institution disparaissait, les générations futures allaient s’en ressentir. Évidemment, j’ai dû gérer la décroissance. J’ai ouvert l’Office au privé, aux pigistes, ce qui a permis de former de jeunes cinéastes comme Jean-Claude Lauzon. D’ailleurs, il m’a dit un jour : C’est moi qui paie ton salaire, alors donne-moi accès à la salle de montage. Il venait faire son montage la nuit. L’ONF, c’était ça : un accès à des ressources dans un environnement de liberté totale. »

    Il dressait un bilan positif de son mandat à la tête de la SODEC. « Outre les relations avec les médias, la société se retrouve également en meilleure position financière, le capital en banque ayant augmenté de 20 millions$ à 50 millions $. Nous avons amélioré le contact avec le public et avec notre clientèle, disait-il. J’ai essayé d’être le plus transparent possible. Nous avons créé de nouveaux rapports avec les associations, entre autres avec l’industrie de la musique, afin qu’elle reprenne sa place en matière de distribution »

    À Téléfilm Canada, il a contribué à la création du Fonds du long métrage du Canada. Il a également participé à l’essor de l’industrie du cinéma et de la télévision à l’international, fervent défenseur de la coproduction. Il a aussi été président du conseil d’administration du ComediHa ! Fest-Québec, vice-président aux affaires juridiques et commerciales du Cirque du Soleil en 2003, puis producteur exécutif en 2006, avant de passer à la tête de la SODEC. De juin 2004 à avril 2008, il est également président du conseil d’administration de la Place des Arts.

    Solange Drouin, vice-présidente aux affaires publiques et directrice générale de l’ADISQ, l’a côtoyé pendant de nombreuses années, mais l’a mieux connu lorsqu’il dirigeait la SODEC. « J’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui, confie-t-elle. Il ne connaissait pas le milieu de la musique, mais il a très vite reconnu l’importance du numérique. Il avait même déposé un rapport très intéressant sur le numérique en octobre 2011, qui est, malheureusement, resté sur les tablettes, ce qui est dommage parce qu’il avait réussi à réunir tout le monde. C’était un homme charmant. C’est une triste nouvelle, vraiment. »

    Il était le conjoint de Suzanne Lévesque et laisse derrière lui deux enfants. L’équipe de Qui fait Quoi du Lien MULTIMÉDIA et du magazine CONVERGENCE offre ses condoléances à sa famille et à ses proches.

    DANS NOS ARCHIVES

    Lawrence Côté-Collins : « Kino a été mon école »

    Lawrence Côté-Collins : « Kino a été mon école »

    « Je suis un peu punk dans ma manière de faire », avertit Lawrence Côté-Collins. L’auteure des courts métrages « Fuck That » et « Score », membre du mouvement Kino depuis bientôt 10 ans, a (...)

    Suite