Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    Tous les événements

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    « De la glorieuse fragilité » de Karine Ledoyen présentée du 28 novembre au 1er décembre à l’Agora de la danse

    7 novembre 2018, 00h17

    Pour la pièce chorégraphique « De la glorieuse fragilité », présentée du 28 novembre au 1er décembre à l’Agora de la danse, Karine Ledoyen est allée à la rencontre d’une vingtaine de danseurs professionnels afin de recueillir leurs témoignages sous la forme d’entrevue. Résultat : Un jeu de va-et-vient entre le réel et la fiction qui fait écho au-delà de la danse.

    « De la glorieuse fragilité » de Karine Ledoyen présentée du 28 novembre au 1er décembre à l’Agora de la danse «De la glorieuse fragilité».Photo: Courtoisie

    « Je croyais commencer un travail autour du deuil et en guise de point de départ je souhaitais m’inspirer de récits de danseurs qui ont quitté la danse. Après avoir écouté l’ensemble des entrevues des danseurs de différentes générations tant de ballet, de contemporain que de la danse sociale, j’ai réalisé que le sujet qui en ressortait avant tout, était celui de la célébration de la danse. »

    Les entrevues ont représenté la porte d’entrée de cette nouvelle création. Elles sont devenues une matière sonore et visuelle pour le spectacle en plus de développer une trame narrative en résonance avec les danseurs sur scène. C’est dans la relation entre les témoignages enregistrés et la présence des danseurs sur scène que se déploie une dramaturgie plurielle. Un jeu de va-et-vient entre le réel et la fiction qui fait écho au-delà de la danse.

    Diplômée en danse à Québec en 1999, Karine Ledoyen est d’abord interprète pour la compagnie Le Fils d’Adrien danse jusqu’en 2006. Chorégraphe, elle fonde et dirige Danse K par K. En 2006, elle reçoit le prix François-Samson pour sa contribution importante au développement de la danse contemporaine de Québec. Elle initie le concept « Osez ! » présenté sur différents quais du Québec et d’Europe entre 2002 et 2010, puis de nouveau en 2017. Forte d’une quinzaine de productions, plusieurs fois primée, Karine Ledoyen réfléchit actuellement à sa pratique artistique dans le cadre d’une maîtrise (M.A.) à l’Université Laval.

    « De la glorieuse fragilité »

    • 28 au 30 novembre - 19 h
    • 1er décembre 2018 - 16 h
    • 22 novembre : Midi-coulisses dès 12 h avec Karine Ledoyen
    • 30 novembre : PopupCamp : Halte-Garderie de 18 h à 21 h, enfants de 1 à 12 ans.
    • Agora de la danse : 1435, rue De Bleury Montréal, QC, Métro Place-des-Arts
    • Compagnie : Danse K par K
    • Chorégraphie : Karine Ledoyen
    • Interprétation : Elinor Fueter, Jason Martin, Simon Renaud, Ariane Voineau
    • Conception sonore et technologique : Mathieu Doyon
    • Consultante artistique et répétitrice : Ginelle Chagnon
    • Complices à la mise en scène et à la dramaturgie : Alexandre Fecteau, Katya Montaignac
    • Vidéaste : Andrée-Anne Giguère
    • Conception lumières : Martin Sirois
    • Communications Bureau de Prod : - Mathieu Mallet
    • Coproduction : La Rotonde
    • Résidences de création : Agora de la danse, Banff Centre for Arts and Creativity, Maison de la Culture Notre-Dame-de-Grâce

    DANS NOS ARCHIVES

    Kathryn Everest : De l’importance de créer des réseaux sociaux en entreprise

    Kathryn Everest : De l’importance de créer des réseaux sociaux en entreprise

    Il n’y a pas que la technologie qui change, l’entreprise aussi se transforme. Et pour Kathryn Everest, de IBM, il est important de savoir qui les gens sont. Le problème des réseaux (...)

    Suite