Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Entrepreneuriat / Startups
  • Artisans du numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Vincent Appelby réalise son deuxième album : « Maladie d’écran »

    14 septembre 2018, 00h00

    Vincent Appelby revient avec son deuxième album intitulé « Maladie d’écran », une oeuvre percutante qui confirme la pertinence de l’artiste. Musicalement plus moderne que l’album précédent (« En éveil », 2016), « Maladie d’écran » décrit cette fois une société oisive et dépendante à une vie virtuelle, dans laquelle Appelby s’inclut lui-même.

    Vincent Appelby réalise son deuxième album : « Maladie d’écran » Vincent Appelby.Photo: Jean-Philippe Sansfaçon

    Il fait le constat d’un environnement qui se résume à un écran. Sur une trame pop rock, voire « n’roll » extirpant aux seventies quelques guitares saturées, il jette un regard critique sur ce qui l’entoure, sans s’épargner, penchant plus vers une critique du monde moderne qu’une contemplation passive.

    « Déjà quand j’avais fini "En éveil", mon premier album, j’avais des chansons pour faire un deuxième, mais je n’avais aucune ligne directrice, raconte Vincent Appelby. Un moment donné, certaines chansons ont commencé à avoir un lien entre elles et c’était souvent l’influence de la technologie dans nos vies. Cette influence, je lui donne le surnom de "Maladie d’écran". Bien sûr, je ne veux pointer personne du doigt, l’album ne se voulant pas du tout une critique de la société, mais plutôt un récit sur des moments parfois cocasses de la vie moderne. L’album ne parle pas seulement de la technologie, quelques chansons étant plus personnelles. Elles peuvent toutefois avoir un double sens intéressant avec le sujet principal de l’album. »

    Enregistré avec Sam Woywitka (son et mixage) au studio d’Indica Records, au Madame Wood et au Mixart, l’album reste franchement pop, aux refrains accrocheurs et mélodiques, aux teintes rock permises par les nombreux instruments percussifs. En tant que réalisateur, Vincent Appelby s’est entouré de musiciens magiciens pour la production de l’album : Charles Blondeau (KROY), Volodia Schneider (Aliocha), Isaac Symonds (Half Moon Run), Jeff Louch (Plants and Animals), Mat Vezio (Antoine Corriveau), Mariane Bertrand (Elliot Maginot), Julie Boivin (Klô Pelgag), Francis Faubert et Martin Landry (Mario Peluso).

    Depuis plusieurs années, Vincent Appelby trimbale sa guitare et présente son matériel aux quatre coins du Québec, notamment dans le cadre de festivals de renom (Coup de cœur francophone, Pop Montréal ). Se promenant sans vergogne entre pop/rock et country/folk, l’auteur-compositeur a une créativité intarissable et sans préjugé. Il absorbe tout ce que la vie lui jette au visage et en fait des mélodies accrocheuses et sensibles. Que ce soit électrique ou acoustique, le voir sur scène reste inévitablement un moment de pur bonheur.

    À l’automne 2014, l’auteur-compositeur-interprète reconnu dans un premier temps pour ses talents de guitariste-accompagnateur, fait le saut et décide de travailler sur ses propres compositions. Ce premier opus, intitulé « En éveil », a vu le jour à l’automne 2016. Le premier extrait « Le Hibou » fut le « buzz du mois » de novembre sur Energie et figurait dans le TOP 25 Pop Rock BDS, en plus d’être en rotation sur Stingray et Sirius.

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité