Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    L’artiste Gilbert Boyer transpose son oeuvre « Permis10h57 » sur les réseaux sociaux

    14 novembre 2017, 07h25

    « Permis10h57 » est une oeuvre in situ de l’artiste montréalais Gilbert Boyer qui prend pour sujet et objet la trame urbaine et les piétons qui l’arpentent. Déployée sur une cinquantaine de lampadaires, se fondant tel un caméléon au mobilier urbain dont elle emprunte le langage, l’oeuvre consiste en l’affichage discret de bribes de poésie. Ces courtes phrases, phylactères de pensées volatiles qui habitent l’esprit lors de nos déplacements, invitent le passant à la rêverie et à l’introspection.

    L’artiste Gilbert Boyer transpose son oeuvre « Permis10h57 » sur les réseaux sociaux «Permis10h57» .Photo: Gilbert Boyer

    À la suite de cette intervention urbaine, Gilbert Boyer donne une nouvelle dimension à son oeuvre en investissant l’espace public virtuel que sont les médias sociaux. Détournant les usages habituels de Facebook et d’Instagram, l’artiste utilise les outils mis à disposition par ces plateformes pour y disséminer des fragments de textes, des énoncés parcellaires et des rendez-vous imaginaires. Ces phrases, visibles via les fils d’actualité ou les bandeaux publicitaires, sont mises en scène dans un paysage urbain réél ou fictif. Elles constituent autant d’appels à se laisser délocaliser mentalement, à élaborer un récit ou à invoquer des souvenirs rattachés à un lieu.

    Par ce procédé d’infiltration, Gilbert Boyer joue non seulement avec la réalité et la fiction, mais aussi avec les échelles spatiales et temporelles. De la même manière que le passant est invité à ralentir le rythme de son déplacement en lisant ces discrets messages dispersés dans un milieu urbain surchargé d’informations, celui qui tombe, peut-être par hasard, sur ces publications Facebook, sur ces espaces publicitaires virtuels occupés de manière artistique, est convié à une méditation pixelisée allant à l’encontre des activités promotionnelles de ces plateformes. Dans ce jeu avec le spectateur, que celui-ci se trouve dans la rue ou derrière un écran, Gilbert Boyer questionne ainsi les notions d’art public et d’oeuvre in situ à l’ère du numérique et de l’omniprésence d’Internet.

    « Permis10h57 » est présenté par la Fonderie Darling dans le cadre du 375e de Montréal et de la Promenade Fleuve-Montagne.

    DANS NOS ARCHIVES

    L’industrie du jeu vidéo contre Arnold Schwarzenegger

    L’industrie du jeu vidéo contre Arnold Schwarzenegger

    L’IGDA (international Game Developpers Association) emboîte le pas à l’ESA et autres représentants de l’industrie des jeux vidéo aux États-Unis pour que la cour suprême juge (...)

    Suite