Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Vernissage et exposition de Gabrielle Lajoie-Bergeron à Plein sud

    19 mai 2017, 00h05

    Le vernissage et lancement de Paroles de cow-boy Girls – Pow ! Pow ! de la lauréate de la Bourse Plein sud 2016 Gabrielle Lajoie-Bergeron aura lieu le samedi 20 mai. Cow-boy Girls est le nom donné aux femmes hors la loi qui défiaient à l’époque les normes établies. Pow ! Pow ! pour faire péter. Un bruit de bouche imitant la violence d’une action... L’exposition Paroles de cow-boy Girls – Pow ! Pow ! part d’une volonté de cartographier les territoires intimes, collectifs et sauvages de femmes aux passions et histoires atypiques.

    Vernissage et exposition de Gabrielle Lajoie-Bergeron à Plein sud «La roulotte à Judith», 2017.Photo: Jean-Sébastien Veilleux

    Inspiré d’histoires de conquêtes, de pionnières et de rencontres imprévues, le projet prend racine directement dans la zone sauvage, le touffu, la perte de vue. C’est la collecte des paroles de femmes : motardes, shamanes, cow-girls, chasseuses... celles surnommées les « outsideuses » par l’artiste. Elles sont le point où se conjuguent fragilités et forces dans un rapport qui ébranle les codes prescrits.

    Une cartographie qui s’amplifie par des récits interrogeant les notions d’appartenance, de (s’)appartenir. Le projet découle d’un désir de comprendre ce qui façonne ces espaces communs et privés. Il parle d’identités individuelle et sociale, d’aridité et de fragilité, de perte et de (re)trouvailles. Le corps y est présenté comme lieu de (re)conquête, d’émancipation et d’espoir. Un terrain vaste et paradoxal. À l’image d’une courtepointe, le projet tisse des liens entre les récits éclectiques pour (re)formuler une histoire collective féminine et circonscrire les territoires, les passions et les pulsions.

    Le travail de Gabrielle Lajoie-Bergeron est à la fois violent et silencieux, entre le bruit et le recueillement, et son exposition à Plein sud s’ouvre volontairement à de nouveaux espaces, donnant voix à celles dont la parole a souvent été occultée. Une ramification d’histoires, de petites comme de grandes. Une volonté de donner voix à celles qui ont participé et participent à la conquête du territoire et dont l’histoire a souvent été occultée. Toutes époques confondues. Anonymes. Toutes ensemble. Un grand cri. Sans bruit. Une sourdine. Une parole acouphène : à peine audible, toujours présente. Qui dérange. Comme une filiation, une famille déraillée.

    Gabrielle Lajoie-Bergeron

    Originaire de La Malbaie, Gabrielle Lajoie-Bergeron vit et travaille à Montréal. Elle est détentrice d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Son travail a été présenté dans plusieurs villes du Québec et d’Europe. Elle a été commissaire des expositions Petites bouchées hybrides (Québec, 2010), Insubordonnées (La Malbaie, 2014) et, en collaboration avec Paul Brunet, Paysage actuel – Wilderness Explorations (Québec, 2014). Elle est récipiendaire de nombreux prix et bourses, dont la bourse Plein sud (2016) et la bourse d’études supérieures du Canada Joseph-Armand-Bombardier octroyée par le CRSH. En 2014, elle était invitée à la table ronde sur les enjeux de la peinture actuelle à la Galerie B-312, à Montréal.

    En 2015, elle exposait à La Centrale Galerie Powerhouse et au centre Les Territoires, à Montréal, en plus de prendre part au programme de résidences de L’Écart, à Rouyn-Noranda. En 2016, son travail a été présenté à L’Écart lors de l’exposition collective Filles debouttes ! (organisée par Isabelle Guimond) ; elle a également participé à la présentation collective du groupe de discussion féministe Vivre avec... (organisé par Monique Régimbald-Zeiber et Martine Delvaux), en plus de prendre part au programme de résidences d’automne du centre d’artistes Est-Nord-Est, à Saint-Jean-Port-Joli.

    En 2016 et 2017, ses oeuvres ont été diffusées dans le réseau des maisons de la culture de l’île de Montréal dans le cadre du programme CAM en tournée (par l’entremise de B-312) ainsi qu’au centre Plein sud, à Longueuil, à la Galerie Laroche-Joncas, à Montréal (commissaire : Christian Messier), et aux Jeux de la Francophonie 2017 à Abijdan, en Côte d’Ivoire (délégation CALQ). Son projet Paroles de cow-boy Girls - Pow ! Pow ! a reçu le soutien du Conseil des arts du Canada (2017).

    L’artiste tient à remercier Plein sud, le Conseil des arts du Canada et le centre d’artistes Est-Nord-Est pour leur soutien, ainsi que toutes celles qui ont participé et donné voix à cette parole commune.

    Paroles de cow-boy Girls – Pow ! Pow !

    Vernissage et lancement

    • Samedi 10 juin dès 15h
    • Dévoilement de la Bourse Plein sud 2017
    • Opuscule d’exposition de 20 pages (Texte de Sofia Eliza Bouratsis/ Conception graphique Élisa-Maude Tremblay)

    DANS NOS ARCHIVES

    Pierre Delagrave et Lionel Pardin expliquent en quoi le marketing Internet a changé la donne

    Pierre Delagrave et Lionel Pardin expliquent en quoi le marketing Internet a changé la donne

    Pour Pierre Delagrave, président Média à Vision 7 International, et Lionel Pardin, vice-président Innovation et Stratégie numérique chez Cossette, il n’est plus question de savoir quand ou (...)

    Suite