Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    « Le Nord au cœur » aux RIDM

    16 novembre 2012, 18h00

    Ghislain Picard, Chef de l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador, a accepté l’invitation de Productions du Rapide-Blanc de venir discuter des enjeux soulevés par le film et les propos de Louis-Edmond Hamelin sur le développement du Nord. La discussion aura lieu suite à la projection du film « Le Nord au cœur » du 17 novembre 15 h à la Grande-Bibliothèque, dans le cadre des RIDM.

    « Le Nord au cœur » aux RIDM

    Ghislain Picard sera aux côtés du réalisateur Serge Giguère et de Suzann Méthot. C’est elle qui avait approché Les Productions du Rapide-Blanc en 2006 pour leur proposer l’idée de réaliser un film sur son mentor, Louis-Edmond Hamelin. Elle est depuis devenue directrice régionale au Québec de l’Initiative boréale canadienne (2009). Elle est coprésidente du groupe de travail sur la Concertation et développement durable au Plan Nord et siège à ce compte à la Table des partenaires du Plan Nord.

    Fidèle à sa réputation, dans « Le Nord au Cœur », Serge Giguère nous offre une fois de plus un personnage plus grand que nature, un pionnier québécois de la géographie nordique et de sa terminologie, ainsi qu’un ardent défenseur de l’autochtonie : Louis-Edmond Hamelin. Intellectuel de haut niveau, reconnu internationalement, comme les Pierre Dansereau, Guy Rocher ou Fernand Dumont, Hamelin est un « inconnu célèbre » à découvrir grâce aux images toujours pleines de vérité, d’humour et de sensibilité de Serge Giguère.

    Ce géographe, économiste, linguiste, fondateur du réputé Centre d’études nordiques, est en effet un homme discret, mais son œuvre est publique. Inventeur du terme nordicité et de dizaines d’autres, qui manquaient à notre vocabulaire, Louis-Edmond Hamelin est un créateur de mots inspiré, amoureux de la langue autant que du territoire...

    Le réalisateur Serge Giguère saisit le prétexte du retour, après 40 ans, de Louis-Edmond Hamelin à la Rivière George, au mythique Mushuau-Nipi, comme point de départ de son documentaire pour nous faire découvrir un homme exceptionnel mais nous dévoiler aussi un être simple, un homme d’émotions et de racines.

    Au moment où le développement du Nord soulève autant de spéculations que de préoccupations, ce film est incontournable. Le Québec arrivera-t-il, comme le souhaite Hamelin, à joindre le Sud et le Nord dans la conception qu’il se fait de lui-même et à reconnaître l’importance historique des nations autochtones pour devenir enfin ce qu’il appelle le « Québec total » ?

    Serge Giguère est l’une des figures majeures du documentaire au Québec. Son précédent long métrage À force de rêves s’est mérité le Prix Jutra du meilleur documentaire en 2007. Trois de ses films ont par ailleurs reçu la mention Meilleur moyen métrage de l’année par l’Association québécoise des critiques de cinéma, soit Oscar Thiffault (1988), sur le célèbre auteur-compositeur du « Rapide blanc », « Le roi du drum » (1991), portrait du jazzman Guy Nadon, et « 9, Saint-Augustin » (1995), portant sur le prêtre ouvrier Raymond Roy. Serge Giguère est reconnu en tant que réalisateur et caméraman et a cofondé Les Productions du Rapide-Blanc.

    Le film est produit pour Les Productions du Rapide-Blanc par Nicole Hubert et Sylvie Van Brabant.

    Nicole Hubert avait aussi travaillé sur le film précédent de Serge Giguère, maintes fois primé, « À force de rêves » (Jutra du meilleur documentaire 2007, Prix spécial du jury, catégorie Meilleur long métrage canadien, Hot Docs, Toronto 2007, Prix La Vague du meilleur documentaire, Festival international de cinéma francophone en Acadie (FICFA), Prix NFB du meilleur documentaire canadien (NFB Best Canadian Documentary Award) Festival du Film International de Calgary 2007). On lui doit aussi notamment « L’Imposture » de Ève Lamont, Sur les traces de Riel (finaliste meilleur documentaire du festival Présence autochtone 2003) et Squat !

    Cofondatrice, avec Serge Giguère, des Productions du Rapide-Blanc, Sylvie Van Brabant dirige avec passion cette boîte qui a produit depuis 1984 des documentaires marquants, lauréats de nombreux prix ici et ailleurs. Ces films ont été reconnus et célébrés pour leur facture cinématographique souvent singulière, de même que leur impact social et politique indéniable. Si elle était là comme productrice lors des premières œuvres de Serge Giguère au Rapide-Blanc, comme « Oscar Thiffault » et « Le Roi du drum », elle y est encore derrière des films récents comme « Chercher le courant », « L’Imposture », « Bas ! Au delà du Red Light », On ne mourra pas d’en parler et le présent film de Serge Giguère « Le Nord au cœur ».

    Les Productions du Rapide-Blanc

    Depuis 1984, cette compagnie fondée par Serge Giguère et Sylvie Van Brabant, auxquels se joint bientôt l’auteure Francine Tougas, propose des films percutants, poétiques, personnels ou critiques, qui mettent de l’avant un engagement envers la culture populaire et les questions d’ordre humain, social et environnemental. En 1997, la fille des fondateurs, Katerine Giguère, vient compléter l’équipe de direction.

    Le film prendra l’affiche le 30 novembre au Cinéma Cartier à Québec, le 7 décembre au Cinéma Excentris à Montréal. Il sera présenté le 4 décembre à la Bibliothèque publique de Chicoutimi, le 4 décembre à Cinémalice à Matane et le 11 décembre à Paralœil à Rimouski. Dates à Sherbrooke et autres villes à confirmer sous peu.

    DANS NOS ARCHIVES

    Le Web ne change pas le monde, affirme Philippe Le Roux

    Le Web ne change pas le monde, affirme Philippe Le Roux

    Est-ce possible qu’on nous ait menti depuis 15 ans ? Philippe Le Roux lui-même s’est-il trompé pendant tant d’années ? C’est en tout cas ce qu’a affirmé le président (...)

    Suite