Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::MULTIMÉDIA
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide annuel
  • Vidéos
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Internet
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • CALENDRIER

    RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Sur fond blanc de Nicolas Bernier et Jacques Denis-Poulin / CD_Ekumen

    24 juin 2009, 16h33
         |      Article rédigé par Charles Prémont.

    Fruit d’une collaboration entre les artistes Nicolas Bernier et Jacques Denis-Poulin, Sur fond blanc constitue un album électronique difficile à définir (autrement qu’en le rangeant dans le large tiroir de la musique expérimentale). Explorant les thèmes de l’intériorité et de l’absence, l’album se présente comme une page blanche où tout peut arriver. Composé à partir de textures électroniques et d’enregistrements, Sur fond blanc créée une ambiance particulière bien qu’étonnamment familière. Les pièces s’écoutent sans effort, mais montrent une surprenante profondeur pour peu qu’on s’y intéresse de plus près.

    Sur fond blanc de Nicolas Bernier et Jacques Denis-Poulin / CD_Ekumen

    Utilisant avec brio la spatialisation des sons, c’est au cœur d’une histoire que Jacques Poulin-Denis et Nicolas Bernier semblent vouloir nous emmener. L’enregistrement sur le terrain est particulièrement bien utilisé. Entre les bruits de pas et les chuchotements, on perçoit les échos et sentons les espaces que les compositeurs ont voulu créer. L’idée du canevas neutre est présente tout le long des pièces. Toujours, on se demande où l’on se trouve et notre imagination divague facilement sur les thèmes abstraits que proposent les deux artistes.

    C’est surtout l’utilisation très maîtrisée du rythme qui classe cet album à part. C’est probablement ce qui nous rappelle le plus qu’on écoute bien un album de musique et non la trame sonore de nos fantasmes. Le rythme sert d’épice à la recette des deux compères et relève avantageusement l’écoute de chacune des pièces. Toujours amené avec grand soin, c’est cette utilisation subtile, mais efficace, qui nous transporte d’un bout à l’autre de notre écoute sans qu’on s’en rende compte.

    Sur fond blanc, produit d’une collaboration efficace dont on espère n’avoir écouté que les débuts.

    DANS NOS ARCHIVES

    Alain Paquin considère l’intérêt de l’automatisation du marketing

    Alain Paquin considère l’intérêt de l’automatisation du marketing

    La multiplication des canaux de communication numériques et des bases de données rend le marketing Web à la fois potentiellement plus efficace, mais aussi plus complexe. Entre puissance de (...)

    Suite