Le Lien MULTIMÉDIA comprend:

  • 50 numéros du bulletin-HTML
  • Mot de passe pour www.lienmultimedia.com
  • Quotidien par courriel
  • 12 numéros du magazine CONVERGENCE
  • 1 Guide de l’industrie::NUMÉRIQUE
  • 1 Guide de l’industrie::WEB
  • 1 Guide de l’industrie::MOBILE
  • 1 Guide de l’industrie::JEUX VIDÉO
  • 1 Guide de survie::START-UP

CONNEXION

  • Abonnement
  • Publicité
  • Contact
  • Guide industrie
  • Vidéos
  • Podcasts
  • magazine CONVERGENCE
  • Boutique
  • Numérique
  • Jeux Vidéo
  • Mobile
  • Animation
  • Informatique
  • Arts Médiatiques
  • E-Marketing
  • Ciné-Télé
  • Musique
  • Industrie
  • Réalité virtuelle
  • Intelligence artificielle
  • Startups
  • Artisans du numérique
  • Conseils d´experts
  • Collection numérique
  • COVID-19
  • RECEVEZ GRATUITEMENT
    LE BULLETIN QUOTIDIEN [voir un exemple]

    Tous les événements

    Nexam, l’entreprise québécoise qui se spécialise dans la gestion et la correction des examens en ligne

    1er avril 2022, 09h25
         |      Article rédigé par Sophie Bernard.

    En 2019, Marie-Sophie Dionne, comptable de formation et correctrice d’études de cas universitaires en comptabilité, fonde Solution Nexam, la première plateforme spécialisée dans la gestion et la correction d’examens numériques. D’expérience, elle savait que faire des corrections s’avérait extrêmement long. Comme elle le dit en entrevue au Lien MULTIMÉDIA, accompagnée de Josiane Trudel, comptable et directrice des opérations, personne n’est enthousiaste à l’idée de passer une fin de semaine à faire des corrections.

    Nexam, l’entreprise québécoise qui se spécialise dans la gestion et la correction des examens en ligne Marie-Sophie Dionne et Josiane Trudel.Photo: Courtoisie

    Comme comptables, les deux femmes ont eu à préparer de longs examens s’étendant sur trois jours pour CPA Canada. L’idée de développer une plateforme a commencé à poindre pour faciliter la tâche des responsables d’examen et les correcteurs, mais aussi pour combler les besoins des étudiants en matière de rétroaction. La plateforme Nexam offre à la fois la possibilité d’effectuer des corrections et de la gestion de copies en un seul et même endroit. L’outil se trouve en ligne, directement dans le navigateur. Les étudiants n’ont alors qu’à se connecter au jour et à l’heure où l’examen devient disponible. « Nous avons inclus des fonctions de sécurité dans les activités à la demande des clients, comme l’enregistrement d’écran, précise Josiane Trudel, ce qui permet aux examinateurs de détecter des anomalies en plus de présenter de grands avantages au moment de la correction. »

    L’équipe de Solution Nexam a commencé par développer des examens plus complexes avec des grilles de corrections – des corrections collaboratives – tout en permettant l’anonymat. L’outil a été lancé avant la pandémie, rappelle la directrice des opérations. L’objectif n’était donc pas de répondre aux nouveaux besoins nés de la pandémie, ce qui n’a pas empêché l’entreprise de tirer parti de la situation pour faciliter l’ensemble du processus. « La pandémie a forcé la fermeture de presque tous les établissements d’enseignement dans le monde, rappelle Marie-Sophie Dionne. Cela représente 1,6 milliard d’étudiants privés d’éducation à un moment ou un autre. Quand on est passé en urgence aux examens numériques, il a fallu offrir un soutien aux enseignants et aux responsables d’examens. Le coaching que nous avons réalisé a été très apprécié. » La fondatrice de Nexam souligne qu’il ne s’agit pas uniquement d’offrir une plateforme de correction, mais aussi un soutien à l’intégration et un accompagnement du client, afin d’assurer la transition numérique sans qu’il y ait de répercussions sur la qualité. « Nous avons effectivement connu un gros boom en mars 2020 », ajoute-t-elle.

    Plusieurs institutions d’enseignement et entreprises avaient déjà dans leurs cartons un virage numérique, mais n’étaient pas encore rendues au point de plonger concrètement. Or, après deux ans de pandémie, on le voit, le monde du travail s’est transformé avec le télétravail et la formation à distance. La crise sanitaire a aussi eu pour effet de rendre la formation plus inclusive et accessible. D’ailleurs chez Nexam, il n’existe pas de frontières géographiques. « Les examens font partie de la culture probablement partout dans le monde, du primaire au secondaire, en passant par le collégial et l’universitaire, mais aussi dans les milieux professionnels et pour le recrutement, note la présidente de Solution Nexam. Chaque année, des milliards de notes doivent être compilées, sans compter les cas de plagiat et la rétroaction. Imaginez si on était encore au papier et au stylo rouge ! »

    La clientèle de Nexam se divise en trois grands segments : les ordres professionnels et les associations tels que l’Ordre des géologues du Québec et l’Ordre des urbanistes du Québec ; les organismes publics et privés, comme le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), de même que le cabinet comptable Mallette ; et enfin les institutions d’enseignement telles que la Faculté des sciences de l’Université Laval et ENOSI, une entreprise de formation clinique en ostéopathie. Les ordres professionnels exigent des examens pour que les professionnels soient acceptés en leur sein, indique Josiane Trudel. Ces examens facilitent l’accessibilité des membres et les examens numériques permettent aux ordres de grossir. Du côté des organismes publics et privés, les examens permettent d’aider la promotion d’une personne et de plus en plus d’organismes utilisent les examens pour recruter, surtout en cette période de pénurie de main-d’oeuvre.

    Nexam oeuvre dans différents milieux et propose différents types d’examens, pas uniquement des choix multiples, mais aussi des études de cas et tout autre examen qui peut inclure des présentations courtes ou longues, et même de l’audio pour les examens oraux. Il est également possible d’enregistrer l’écran quand l’apprenant se trouve en mode tâche. « Par exemple, dans un département de secrétariat, le candidat ou la candidate doit montrer sa capacité à structurer une lettre dans Word, illustre Josiane Trudel. La personne démarre l’enregistrement et explique sa démarche. L’évaluateur peut ainsi évaluer le processus global. »

    Au moment d’écrire ces lignes, Nexam avait rédigé plus de 25 000 copies, plus de 100 000 questions à choix multiples et plus de 35 millions d’enregistrements de vidéos de surveillance. « La première chose vraiment importante quand on passe au numérique est de ne pas transposer l’expérience en classe à distance, indique Marie-Sophie Dionne. Il faut tenir compte de la fonction de l’évaluation, qu’elle soit pour un diagnostic, formative ou certificative. Il faut donc choisir le format le mieux adapté. » L’équipe de Nexam travaille de près avec ses clients pour réaliser une analyse des questions afin de voir ce qui doit être évalué et comment. « Chez Nexam, on s’amuse à créer plein de formats d’examen, c’est presque sans fin ! », lance la fondatrice.

    Aujourd’hui, l’entreprise de Québec compte sept employés, dont une majorité de femmes. La fondatrice tient à souligner leur travail, et particulièrement celui d’Hubert Perron. « C’est lui qui a développé la plateforme au complet et ce, depuis le lancement de Nexam. Il est maintenant associé et occupe le poste de directeur technologique », souligne Marie-Sophie Dionne. Nexam est en pleine croissance et se trouve présentement en processus pour obtenir les certifications CyberSécuritaire Canada et B Corp.

    Nexam était en nomination pour la Bourse Jeune Entreprise de la Jeune chambre de commerce de Québec. « Nous sommes contents. C’est une belle tape dans le dos, lance Marie-Sophie Dionne, d’autant plus qu’il s’agit d’une reconnaissance par les pairs. Nous avons tellement de plaisir au quotidien à développer l’outil ; cette nomination nous encourage à travailler encore plus fort. »

    Intéressé.e à reproduire l'article, la photo ou la vidéo ?

    En bénéficiant de notre licence de reproduction, vous pourrez :

    • publier cet article dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • en modifier la longueur
    • recevoir les photos (et vidéos, si applicable) en haute résolution
    • publier les photos (et vidéos, si applicable) dans vos sites Web, dans vos infolettres, dans vos réseaux sociaux, etc.
    • le contenu devient public sur notre plateforme, ce qui vous octroîe encore plus de visibilité